icon vimeofacebook
On the frontline

On the frontline (3)

Jan 11 2021
By Father Herman De Vriendt, cicm (Texte en français en bas)

Since I arrived in Senegal in November 1986, I felt that to be at ease “in my Father’s house” (the Church and Senegalese society), I should learn the Wolof language, otherwise I would stay in front the door of this ‘house’. Relying on Article 13.2 of our Constitutions that says “Integration requires that we know the language of the people we serve”, Together with confreres we looked for a suitable teacher and we found one at the Center for Applied Linguistics of Dakar (Dakar University), in the person of Jean Leopold Diouf, a researcher in Wolof. He helped me in my infancy to become a highly qualified expert.

 Wolof is the first national language of Senegal. Despite the fact that only 40% of the population is ethnic Wolof, 85% of the population speaks that language.

 After working two of us, I and Mr. Diouf, we saw that a group of ‘ Wolof secretaries’, could increase the productivity of the work. Thus in December 1990, we founded together with some youth of the parish of Diamaguène a working group. Mr. Diouf trained them in Wolof, a language they spoke well, but they could neither write nor describe it, meaning to say they could not explain its language structures.

Shortly after that, this working group was named Diisoo Wolof Project (PWD). ‘Diisoo is a Wolof word meaning “dialogue” we wanted to work consulting one another regularly.

That I may feel at ease “in my Father’s house” is a strong motivation to learn the language of the people to whom I am sent. But more important than my feeling is the people who welcomed me, especially the “little” people, those who have not had the chance to study and learn other languages. Thus the motto of our Wolof Project has become “ SO THAT THE LITTLE ONES MAY UNDERSTAND".

 In view to respect the cultural heritage of the Senegalese people, the Diisoo Wolof project from the beginning of its existence (1990), has endeavored to promote the language by translating texts in Wolof. So it was an opportunity for Senegalese people to read and learn not from a foreign language but through a language that is specific to the local people.

 With Pope John Paul II in his speech at the UN General Assembly to commemorate the 50th anniversary of its founding (October 5, 1995), we read: “Each nation has a ‘fundamental right to exist’, to ‘keep its own language and culture, by which a people expresses and defends what I would call his’ spiritual sovereignty’. “

 With the group Wolof Project, we have worked and are still working on the translation and revision (retranslation 43 and rewriting in the spelling recognized by an official decree) of the biblical, liturgical, catechetical and pastoral texts. Previous missionaries had done a remarkable job. But the language evolves, therefore the need for a revision of the texts. In addition, catechetical and pastoral challenges of today are not those of thirty years ago.

 After some years of existence, we also committed ourselves to training Women in several literacy centers. This is to reach out to young women who had not had the opportunity to go to school regularly. “In search of the little ones, so that they may understand!" 

 Following the previous steps, the Wolof Project has organized for years basic courses for foreigners: missionaries and development workers take in our centers a basic course of three months (December, January and February).

 We notice that requests sent to Diisoo Wolof Project for intervention (oral or written) are increasing from year to year. Since four years ago the Apostolic Nuncio has requested us, on behalf of the Pontifical Council for Interreligious Dialogue, to translate the message to the Muslims for the end of Ramadan. We are asked to prepare liturgical texts on the occasion of ecclesial events, diocesan or national (pilgrimage, ordinations, jubilee etc.).

 For presidential elections (February 26, 2012) several translation requests have arrived on our desk: the message to the nation on the occasion of New Year by the Archbishop of Dakar, Cardinal Theodore Adrien Sarr, the message of the Bishops Conference and interventions of the diocesan Commission for Justice and Peace to support Senegalese citizens in preparing for these elections.

 And for three and a half years, the Diisoo Wolof Project, has embarked on TV shows. We, a group of ten people, broadcast twice a month (the second and fourth Sunday) a TV program of 55 minutes under the name “Laudemus Dominum” on RDV channel (= Dunyaa Radio Vision), entirely in Wolof.

 This program is designed entirely in Wolof, prepared and conducted by Project: we write the script, distribute to the various presenters and rehearse with them, we do the recording, editing, movie rendering and DVD burning , which eventually is given to the RDV radio and television as a finished products. We operate as an “external production house.”

 Note also that although the spoken Wolof is pervasive in society, the written language is not. That’s why our programs are accompanied with subtitles in Wolof: a kind of large-scale literacy.

 Besides the choice of the form (the Wolof as language of communication), our program ‘Laudemus Dominum’ also wants to promote the cause of justice and peace through its content. This content is divided into three parts. In the first part, we present a word of the Sunday liturgy (2nd reading, which is not always developed in the homilies).

 In the second part, we explain the social doctrine from Pope Benedict XVI’s encyclical “Caritas in veritate ‘, where he defends the poor, condemns unlimited capitalism, and advocates for environmental protection to safeguard our planet ‘Earth’. In the third part, entitled “Demb ak Tey” (meaning in Wolof for “Yesterday and Today”), we present recent or present events in the news. Besides the events of the local church, this part gives us the opportunity to present several programs such as “Africae Munus,” there is also the Post-Synodal Exhortation on the Church in Africa.

 Does our message reach the “little ones? Quite Difficult to assess with sophisticated polls like in Europe. But word of mouth, we learn something regularly. As an example.

 During a yearly reporting training session of Catholic journalists in Ziguinchor (Casamance - Senegal), the participants were sent to a village in the bush. Suddenly, a village woman recognized one of our news reporters at ‘Laudemus Dominum’ in Wolof, and called her friends. In an 45 instant our reporter was surrounded by a group of women, who began to sing in Wolof: “RDV ko moo yor,” which means: “Radio Dunyaa Vision is leading.” The reason for this fame was the exclusive use of Wolof.

 Leaving the Police station for Foreigners, where I had my residence permit renewed for 2011, a woman recognized me and said: “Sir, I recognize you: it is you who are doing TV and radio programs in Wolof. I am Muslim, but that does not stop me from watching your Catholic programs on TV".

 According to Cicm our constitutions, we are dedicated to the Incarnate Word. Article 12 mentions the letter to the Philippians 2, 6-7: “Jesus Christ emptied himself, taking the form of a slave, coming in human likeness “: He came so that we may understand. The Language is the royal door to enter “the house of our Father” and meet the people to whom we are sent, especially the little ones.

« Afin que les petits comprennent »


Dès mon arrivée au Sénégal en novembre 1986, j’ai senti que, pour être à mon aise « dans la maison de mon Père » (l’Eglise et la société sénégalaise), je devrais bien apprendre la langue Wolof, sinon je resterais devant la porte de cette ‘maison. M’appuyant sur l’article 13.2 de nos Constitutions qui dit «L’intégration exige que nous connaissons la langue de ceux au service desquels nous nous sommes mis », j”ai cherché ensemble avec les confrères un professeur. Nous l’avons trouvé au Centre de LinguistiqueAppliquée de Dakar (Université de Dakar), dans la personne de Monsieur Jean Léopold Diouf, chercheur en Wolof. Il m’a aidé dans mes premiers balbutiements jusqu’à devenir notre expert attitré.

Le Wolof est la première langue nationale du Sénégal. Malgré le fait que seulement 40 % de la population est de l’ethnie wolof, au moins 85 % de la population parle cette langue.

Après avoir travaillé à deux, moi même et Monsieur Diouf, nous avons vu qu’un groupe de secrétaires’ Wolof, pourrait augmenter le rendement du travail. C’est ainsi qu’en décembre 1990, nous avons fondé ensemble avec quelques jeunes de la paroisse de Diamaguène un groupe de travail. Monsieur Diouf les a ‘alphabétisés en Wolof, langue qu’ils parlaient bien mais qu’ils ne savaient ni écrire ni décrire c.-à-d. en expliquer ses structures linguistiques.

Peu après ce groupe de travail a reçu le nom de Projet Wolof Diisoo (PWD). ‘Diisoo’ est un mot Wolof qui veut dire « concerter, concertation » : nous voudrions travailler en nous concertant régulièrement.

Que je me sente à mon aise dans la maison de mon Père » est une motivation forte pour apprendre la langue du peuple vers lequel je suis envoyé. Mais plus important que mon sentiment est le peuple qui m’accueille, surtout les petits’, ceux qui n’ont pas eu la chance d’étudier et d’apprendre d’autres langues. C’est ainsi que la devise de notre Projet Wolof est devenue « Afin que les petits comprennent ! ».

Dans le respect pour le patrimoine culturel du peuple sénégalais, le Projet Wolof Diisoo, dès le début de son existence (1990), s’est attelé à la promotion de cette langue par la traduction des textes en Wolof. Ainsi il a donné l’occasion aux sénégalais de lire et de se conscientiser non à partir d’une langue étrangère mais par le biais d’une langue qui est propre au terroir.

Avec le Pape Jean-Paul II dans son discours à l’Assemblée générale des Nations Unies pour la célébration du 50ème anniversaire de sa fondation (5 octobre 1995), nous disons : « La nation possède un ‘droit fondamental à l’existence’, à ‘garder sa propre langue et sa culture, par lesquelles un peuple exprime et défend ce que j’appellerai sa ‘souveraineté spirituelle’. »

Avec le groupe du Projet Wolof, nous avons travaillé et travaillons encore à la traduction et la révision (retraduction et réécriture dans l’orthographe reconnu par un décret officiel) des textes bibliques, liturgiques, catéchétiques et pastoraux. Les anciens missionnaires avaient fait un travail remarquable. Mais la langue évolue. De là la nécessité d’une refonte des textes. En plus, les défis pastoraux et catéchétiques d’aujourd’hui ne sont plus ceux d’il y a trente ans.

Après quelques années d’existence, nous nous sommes engagés aussi dans l’alphabétisation dans plusieurs centres de Formation Féminine. Ceci pour aller à la rencontre des jeunes femmes qui n’avaient pas eu l’occasion d’aller régulièrement à l’école. « À la recherche des petites, afin qu’elles comprennent ! »

Dans la même lancée, le Projet Wolof a organisé depuis des années des cours de base de Wolof pour étrangers : des missionnaires et des coopérants y suivent un cours de base de trois mois (décembre, janvier et février).

Nous constatons que les sollicitations auprès du Projet Wolof Diisoo pour une intervention (orale ou écrite) augmentent d’année en année. Depuis quatre ans, la Nonciature Apostolique nous demande, au nom du ConseilPontifical pour le dialogue interreligieux, de traduire le Message aux Musulmans pour la fin du Ramadan. Nous sommes sollicités pour la préparation des textes liturgiques à l’occasion des événements ecclésiaux diocésains ou nationaux (pèlerinage, ordinations, jubilé etc.). En vue des Élections présidentielles (26 février 2012) plusieurs demandes de traduction sont arrivées sur notre bureau : le message à la Nation à l’occasion de Nouvel An de l'archevêque de Dakar, le Cardinal Théodore Adrien Sarr, le message de la Conférence Épiscopale et des interventions de la Commission Épiscopale de Justice et Paix pour accompagner les citoyens sénégalais dans la préparation de ces élections.

Et depuis trois ans et demi, le Projet Wolof Diisoo, s’est lancé dans des émissions télévisées. Nous, un groupe de dix personnes, assurons deux fois par mois (le deuxième et le quatrième dimanche) une émission de 55 minutes, sous le nom de « Laudemus Dominum », à la RDV (= Radio Dunyaa Vision), entièrement en Wolof.

Cette émission en Wolof est intégralement conçue, préparée et réalisée par le Projet : rédiger les textes, les distribuer aux différents présentateurs et présentatrices et les répéter avec eux ; l’enregistrement, le montage, le rendu en film et la gravure d’un DVD, qui, finalement, est déposé à la Radiotélévision RDV comme un produit fini. Nous fonctionnons comme une « maison de production extérieure ».

Signalons également que bien que le Wolof parlé est omniprésent dans la société, la langue écrite ne l’est pas. C’est pourquoi nos émissions sont accompagnées des sous-titrages en Wolof : une sorte d’alphabétisation à grande échelle.

A côté du choix de la forme (le Wolof comme langue de communication), notre émission ‘Laudemus Dominum’ veut aussi promouvoir la cause de la justice et de la paix par son contenu. Ce contenu se répartit en trois volets. Dans la première partie, nous présentons une Parole de la liturgie dominicale (2‘mG lecture, qui n’est pas toujours développée dans les homélies).

Dans la deuxième partie, nous expliquons la doctrine sociale partir de l’encyclique de Benoît XVI ‘Caritas in veritate’, où il prend la défense des pauvres, accuse le capitalisme illimité, et plaide pour le respect de l’environnement afin de sauvegarder notre planète ‘Terre’.

Dans la troisième partie, sous le titre « Démb ak tey » (pour dire en Wolof pour « Hier et aujourd’hui »), nous présentons une actualité, juste passée ou à venir. A côté des événements de l’Église locale, cette partie nous donne l’opportunité de présenter dans plusieurs émissions par exemple «Africae Munus », l’exhortation post-synodale sur l’Église en Afrique.

Est-ce que notre message atteint « les petits » ? Difficile à évaluer avec des sondages sophistiqués comme en Europe. Mais de bouche en bouche, nous apprenons régulièrement quelque chose. A titre d’exemple.

Lors d’un exercice de reportage pendant la session de formation annuaire des communicateurs catholiques à Ziguinchor (Casamance- Sénégal) participants étaient envoyés dans un village en brousse. Tout à coup, une femme du village reconnaissait une de nos présentatrices de ‘Laudemus Dominum’ en Wolof, et appelait ses copines. Dans un clin d’œil notre présentatrice était entourée d’un groupe de femmes, qui commençaient à chanter en Wolof : « RDV moo ko yor », ce qui veut dire : « Radio Dunyaa Vision est à la tête ». Le pourquoi de cette qualification était l’emploi exclusif du Wolof.

Sortant du Commissariat de la Police des Étrangers, où j’avais renouvelé ma carte de séjour pour 2011, une femme me reconnaît et me dit : « Monsieur, je vous reconnais : c’est vous qui faîtes des émissions en Wolof. Je suis musulmane, mais cela ne m’empêche pas de suivre vos missions catholiques. »

Selon nos Constitutions, nous sommes dédiés au Verbe Incarné. Article 12 cite la lettre aux Philippiens 2, 6 – 7 : « Jésus Christ s’est dépouillé, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes » : il est venu afin que nous comprenions. La langue est la porte royale pour entrer « dans la maison de notre Père » et y rencontrer le peuple vers lequel nous sommes envoyés, surtout les petits.

Par Herman De Vriendt
Dec 16 2020
Vivre en Communauté (English text below)

par Jan Reynebeau, cicm
Jun 16 2014

Celibacy and Natural Family Planning
(Texte français en bas du texte en anglais)

The use of a cookie is a must-have for the quest to be a favorite of all serviced offerings. The accessibility of these services and the use of the service involves the use of the cookie