icon vimeofacebook
Reflections

Reflections (1)

On the Quest for Christ in Panama



                                                                                             Ghislain Toussé, cicm



From January 21 to 27, 2019, I had the privilege and grace to take part in the World Youth Days (WYD) held in Panama. In September 2017, the Bishop of Antwerp had entrusted me with the task of forming a group of 50 young people aged 17 to 20 with whom I had to live this exceptional triennial experience. My responsibility consisted in human and, especially, in spiritual accompaniment before, during, and after the WYD. To carry out this mission, I first surrounded myself with a team of knowledgeable, motivated, and experienced people, in order to offer these young people every opportunity for a fruitful encounter with Christ.



Together with a team of 4 mentors, including the youngest Belgian priest of our diocese, we came up with a program of action that takes into account the spiritual, psychological, and cultural elements of our youth. Through the choice of participants, we wanted to manifest the great and rich diversity of our diocese. In order to achieve this, the multiculturality and internationality aspects of our group had to be taken into consideration. Thus, our delegation was made up of 39 young Belgians of Armenian, Burundian, Cameroonian, Congolese, Colombian, Croatian, Spanish, Nigerian, and Polish origins. We were particularly honored by the decision of our Bishop to travel with us to Panama.



The stay of our young people in Panama was a remarkable moment of fervor and rejoicing. We were moved by the striking hospitality of Panamanians. We were staying with host families. Our presence, despite the surprises it generated, was far from being perceived as an embarrassment, far from it. We, who came from a country where human relations are sometimes cold like winter, our young people discovered the warmth of a com- munity marked by proximity. We were gladdened not only by the wonderful warmth of Panama but especially by the emotional warmth of our hosts.



The catechesis, the Eucharist, and daily meditations punctuated our days in this country best known for its canal (the Canal of Panama). These activities were insured by the two Bishops present (ours and that of the diocese of Bruges). It was a great experience for the majority of our young people whose practice of Christian life is not always part of their usual daily life. Indeed, this was precisely the main goal of this spiritual adventure: to allow these young people to renew or grow in their faith in Jesus Christ. The sacrament of reconciliation was one of the most important moments of this spiritual journey. Many young people experienced the Lord’s mercy. Our Lord is someone who never condemns us but who wants to constantly awaken what is best in us.



On Saturday January 26 evening, there was the big prayer vigil presided over by his Holiness Pope Francis. Our young people were touched and moved to tears. They realized that faith is not dead; that it is not only the affair of “old people” as many people think in Belgium. Our young people experienced a youthful love and were proud of their faith in Jesus Christ. Came from a society where faith is sometimes subject of mockery and ridicule, they discovered that it is beautiful to believe, and that faith does not take away anything from us but makes us happy instead. To see how the young people lived this experience was indeed for me a reason for thanksgiving.



This spiritual journey will continue until June. We want to continue to mentor and accompany them so that this moments of grace experienced in Panama be the be- ginning of a new life trajectory, where Jesus is not only the mysterious companion but also the faithful friend on whom it is just and right to build one’s life.



May the Lord strengthen their faith so that these young people may in turn be missionaries in their different life settings. And may they have from now on the courage and conviction of the Apostle Peter, so as to say: “As for us, we cannot help speaking about what we have seen and heard” (Acts 4:20).







A la quête de Christ au Panama

 

Du 21 au 27 janvier de cette année 2019, j’ai eu le privilège et la grâce de prendre part aux journées mondiales de la jeunesse (JMJ) qui se tenaient au Panama. L’Évêque d’Antwerpen (Anvers) mavait, en septembre 2017, chargé de constituer un groupe de 50 jeunes âgés de 17 à 20 ans avec lesquels je devais vivre cette expérience triennale inédite. Mon cahier des charges prévoyait un accompagnement humain et surtout spirituel, avant, pendant et après les JMJ. Pour mener à bien cette mission, je me suis tout dabord entoudune équipe de personnes avisées, motivées et expérimentées, afin doffrir à ces jeunes toutes les chances possibles dune rencontre fructueuse avec le Christ.

 

Ensemble avec une équipe de 4 encadreurs, dont le plus jeune prêtre belge de notre diocèse, nous avons élaboré un programme d'action qui prenait en compte l'élément spirituel, psychologique et culturel de nos jeunes. Nous voulions, à travers le choix des candidats, manifester la grande et riche diversité de notre diocèse. Pour ce faire, la multiculturalité et l'internationalité de notre groupe devaient être des aspects importants. C’est ainsi que notre délégation était constituée de 39 jeunes belges d’origine arménienne, burundaise, camerounaise, congolaise, colombienne, croate, espagnole, nigériane et polonaise. Nous avons été particulièrement honorés par la décision de notre Évêque de se rendre, avec nous, au Panama.

 

Le séjour de nos jeunes au Pa- nama fut un moment singulier de ferveur et de réjouissance. Nous avons été émues par l’hospitalité saisissante des Panaméens. Nous logions, en effet, dans des familles d’accueil. Notre présence, malgré les secousses inhabituelles qu’elle engendrait, était loin d’être perçue comme une gêne, tant s’en faut. Nous qui venions d’un pays où les relations humaines sont parfois hi- vernales, nos jeunes découvraient la chaleur de la proximité communautaire. Nous étions réchauffés, non seulement par la bienfaisante chaleur du Panama, mais aussi et surtout par la chaleur affective de nos hôtes.

 

La catéchèse, l’eucharistie et les méditations quotidiennes rythmaient nos journées dans ce pays surtout connu pour son canal (canal de Panama). Ces activités étaient assurées par les deux Évêques présents (le nôtre et celui du diocèse de Brugge). C’était une première pour la majorité de ces jeunes dont la pratique de la vie chrétienne ne fait pas partie de leur décor habituel. Mais ce fut juste- ment l’objectif de cette aventure spirituelle : permettre à ces jeunes de renouer ou de grandir dans leur foi en Jésus Christ. Le sacrement de la réconciliation fut un moment fort de cette démarche spirituelle. Plusieurs jeunes ont ainsi fait l’expérience de la miséricorde du Seigneur. Un Seigneur qui ne nous condamne jamais, mais qui veut sans cesse réveiller ce qu’il y a de meilleur en nous.

 

Le soir du samedi 26 janvier a eu lieu la grande veillée de prière présidée par sa Sainteté le Pape François. Nos jeunes étaient saisis et émus aux larmes. Ils se rendaient compte que la foi n’est pas morte ; qu’elle n’est pas seulement l’affaire des « personnes âgées » comme beaucoup le pensent en Belgique. Nos jeunes faisaient l’expérience d’une jeunesse amoureuse et fière de sa foi en Jésus Christ. Eux qui venaient d’une société où la foi est parfois sujet de raillerie et de dérision, découvraient qu’il est beau de croire et que la foi ne nous enlève rien ; mais au contraire, elle nous rend joyeux. Voir ces jeunes faire une pareille expérience était pour moi un motif d’action de grâce.

 

Ce cheminement spirituel va se poursuivre jusqu’au mois de juin. Nous voulons continuer à les encadrer et les accompagner, afin que ce moment de grâce vécu au Panama soit le début d’une nouvelle trajectoire de vie où Jésus n’est plus seulement le mystérieux compagnon de route mais aussi l’ami fidèle sur lequel il est juste et bon de bâtir sa vie.

 

Puisse le Seigneur affermir leur foi pour que ces jeunes puissent être, à leur tour, des missionnaires dans leurs différents milieux de vie. Et qu’ils aient dorénavant le courage et la conviction de l’Apôtre Pierre, pour dire : « Nous ne pouvons pas, quant à nous, ne pas publier ce que nous avons vu et entendu » (Actes 4,20).

The use of a cookie is a must-have for the quest to be a favorite of all serviced offerings. The accessibility of these services and the use of the service involves the use of the cookie