icon vimeofacebook

André Halluent


Andre_Halluent.png

André Halluent (English text below)
(1924-2020)
Né à Gosselies (B), le 22 octobre 1924
Premiers vœux le 8 septembre 1943
Ordonné prêtre le 24 octobre 1948
Missionnaire au Congo (KIN) et en Belgique
Décédé à Sint-Pieters-Leeuw (B) le 21 Aout 2020 à l’âge de 95 ans
==========================================
« Merci », est la der­nière parole du Père André. Une parole de reconnaissance qui a fait partie de sa vie. Dans ses derniers jours, le docteur, l’infirmière, les soi­gnantes et nous-mêmes, ses con­frères, avons pu bénéficier de son merci.

Quand tu offres au Père André une tasse de café ou tu le conduis à sa chambre tu ne le quittes pas sans merci. Il faisait même le geste avec ses grandes mains pour exprimer sa gratitude.

Le témoignage de notre volon­taire Jacqueline : « A vous tous ici présent et aux pères de Scheut, je vous souhaite mes condoléances. Ce dont je me souviens du père André, est qu'il a apprécié le printemps dernier le concert, donné par sa cousine, que vous aviez organisé. Il a aussi apprécié chaque visite en silence et a été très reconnaissant envers tous. Qu'il repose en paix ».

« Un instrument de Paix »

La vie concrète et le Seigneur ont fait du Père André un homme de paix. Les paroles de St. François d’Assise ont été sa nourriture mentale et sa vitalité de cœur : « Seigneur, fais de moi un instru­ment de ta Paix. Là où il y a l’of­fense, que je mette l’amour ».

« Il se tourne vers l’autre »

Le dernier jour, Père André se tourne vers celui ou celle qui est proche de lui. Le 20 août, les membres de la communauté sont à la chapelle pour l’eucha­ristie. Il demande à l’infirmière Marika : « Pourquoi restes-tu ici » ? Le même avant-midi, il me de­mande : « Pourquoi ça dure si longtemps avant de pouvoir fer­mer les yeux » ? Ce dernier geste et ses dernières paroles nous don­nent une profonde synthèse de la totalité de sa vie missionnaire, re­ligieuse et sacerdotale.

« Vingt et un an au diocèse de Boma, – RD Congo » (1949-1970)

Jeune missionnaire, religieux et prêtre dans les paroisses de Kidima, Temvo, Nganda Tsundi, Lukula. Fondateur de la paroisse de Lukula.

« Trente ans dans la paroisse de Strépy-Bracquegnies » (1975-1989 ; 1992-2007)

C’est la Région du Centre ; c’est le Canal, c’est le charbonnage. Il a été le vicaire et le prêtre auxiliaire de ce peuple bien précis. Père André 'au cœur d’or' y a été une présence dans les mains de Dieu. Il a été là l’envoyé de Dieu à l’écoute du peuple avec sa con­nexion auprès du Seigneur.

Le père André a été photographe. Il avait des dizaines de dia ma­gnifiques de la Région du Centre. Le tout a été confié au Cercle d’Histoire de Strépy et Bracquegnies.
Un témoignage global nous dit : « Il a été apprécié par son dévouement et sa bonne
humeur ».

Que puis-je dire de plus de la vie ac­tive du Père André ? Rien. Père André était fort discret. Il ne disait jamais : « chez nous à Boma », « chez nous à Bracquegnies », « quand j’étais ». Il a actualisé la pa­role de l’Évan­gile de Mattheus 25, 31-46.
·      J’ai vu la faim de mon peuple, j’ai donné à man­ger…
·      J’ai entendu et écouté le cri de mon peuple…
·      J’ai porté ce cri auprès de Dieu.
·      J’ai donné à boire…
·      J’ai donné en abondance la Parole de Dieu.
·      J’ai accompagné les ma­lades.
·      J’ai été auprès d’eux pour cheminer avec eux.
·      Les ouvriers emprisonnés dans les galeries du charbon­nage, je suis allé vers eux.

Jésus dit au Père André

Viens, toi, le béni de mon Père, reçois en héritage le Royaume qui a été préparé pour toi.

Père André a planifié sa vie

Il décide de rejoindre la commu­nauté de Jambes en 2007 pour y rester. En mai 2008, il rejoint la communauté d’Embourg car la maison de Jambes est vendue. À Embourg, il accepte d’être vice-recteur, avec moi comme recteur, et comptable de la communauté alors que le père André a 82 ans ! En 2015, il rejoint la communauté de Zuun. Il a été présent dans la communauté et fidèle à la vie de prière et fraternelle. Souvenons-nous des dialogues qu’il a eus durant le ‘potus’ avec le père Tinus.

Oui, Seigneur

Père André, bon et fidèle servi­teur. Il est entré dans le Royaume. « C’est en donnant, en s’oubliant, en pardonnant (prière de Saint-François) ». C’est en mourant qu’il ressuscite avec Toi, Seigneur. ■
par Alfons Ysebaert
================================================================
André Halluent
(1924-2020)
Born in Gosselies (B) on October 22, 1924
First vows on September 8, 1943
Ordained priest on October 24, 1948
Missionary in Congo (KIN) and in Belgium
Died in Sint-Pieters-Leeuw (B) on August 21, 2020, at the age of 95.
=============================================

“Thank you” is the last word of Father André. A word of grati­tude that was part of his life. In his final days, the doctor, the nurse, the caregivers, and our­selves, his confreres, were able to benefit from his thanks.

When you offer Father André a cup of coffee, or you take him to his room, you do not leave him without receiving a word of thanks. He would even make the gesture with his big hands to express gratitude. The testimony of our volunteer Jacqueline: “To all of you here present and to the fathers of Scheut, I wish you my condolences. What I remember about Father André is that last spring, he appreciated the concert given by his cousin that you had organized. He also enjoyed each visit in silence and was very grateful to everyone. May he rest in peace”.

“An Instrument of Peace”

Concrete life and the Lord made Father André a man of peace. The words of St. Francis of Assisi were his mental nourishment and vitality of heart: "Lord, make me an instrument of your peace. Wherever there is offense, let me put love.

“He turns to the other”

On the last day, Father André turns to whoever was close to him. On August 20, the members of the community were in the chapel for the Eucharist. He asked the nurse Marika: “Why are you staying here”? The same morning, he asked, “Why does it take so long before you can close your eyes”? This last gesture and his last words give us a profound summary of the totality of his missionary, religious, and priestly life.

“Twenty-one years in the Diocese of Boma - RD Congo” (1949-1970)

A young missionary, religious, and priest in the parishes of Kidima, Temvo, Nganda Tsundi, Lukula. Founder of the parish of Lukula.

“Thirty years in the parish of Strépy-Bracquegnies” (1975-1989; 1992-2007)

It is the Central Region; it is the Canal; it is coal mining. He was the vicar and the auxiliary priest of this particular people. Father André 'with a heart of gold' was there as a presence in the hands of God. There he was God's envoy to listen to the people with his connection to the Lord.

Father André was a photogra­pher. He had dozens of beautiful slides from the Central Region. Everything was entrusted to the “Cercle d'Histoire” of Strépy et Bracquegnies.

A global testimony tells us: “He was appreciated for his devotion and his good humor”.

What more can I say about Father André's active life? Nothing. Father André was very discreet. He never said: “at home in Boma”, “at home in Bracquegnies”, “when I was”. He actualized the words of the Gospel of Matthew 25:31-46.

·      I saw the hunger of my people; I gave them food...

·      I have heard and listened to the cry of my people...

·      I brought this cry to God.

·      I gave a drink...

·      I have given the Word of God in abundance.

·      I have accompanied the sick.

·      I have been with them to walk with them.

·      The workers imprisoned in the galleries of the colliery; I went towards them.

Jesus said to Father André

Come, you who are blessed of my Father, inherit the kingdom that has been prepared for you.

Father André planned his life

He decided to join the commu­nity of Jambes in 2007 to stay there. In May 2008, he joined the community in Embourg be­cause the house in Jambes was sold. In Embourg, he accepted to be vice-rector, with me as rector, and treasurer of the community when Father André was 82 years old! In 2015, he joined the community of Zuun. He was pre­sent in the community and faith­ful to the life of prayer and fra­ternity. Let us remember the dialogues he had during the 'potus' with Father Tinus.


Yes, Lord

Father André, good and faithful servant. He has entered the Kingdom. “It is by giving, by for­getting himself, by forgiving” (prayer of St. Francis). It is by dying that he resurrects with You, Lord. ■

by Alfons Ysebaert
Read 168 times Last modified on Thursday, 17 December 2020 16:38

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

The use of a cookie is a must-have for the quest to be a favorite of all serviced offerings. The accessibility of these services and the use of the service involves the use of the cookie