icon vimeofacebook
Mar 18 2021

"Affermis tes frères" - "Strenghen Your brethren" (Lk 22, 32)

"Affermis tes frères" - "Strenghen Your brethren" (Lk 22, 32) par/by Jos Das, cicm (English text below)


Dans ma lettre de fin d’année, adressée à ma famille, bienfaiteurs et connaissances, j’avais écrit : « Je ne construis pas des églises, ni des écoles, je ne travaille pas pour un projet de développement, mais je travaille à la formation de l’homme ». Une religieuse a réagi à ces paroles et elle m’a félicité pour cette façon d’être missionnaire. D’autre part, je suis reconnaissant envers mes prédécesseurs qui ont construit ce beau Centre qui me permet d’être missionnaire dans le domaine de la formation permanente et de l’animation.

Ca fait 14 ans que le CTV-Mbudi, Centre Théophile Verbist a ouvert ses portes. C’est notre confrère, Feu le cardinal Frédéric Etsou qui l’a béni le 3 janvier 1998, fête de l’Epiphanie, fête éminemment missionnaire. Depuis l’ouverture, les équipes dirigeantes qui se sont succédé, ont élaboré progressivement un programme d’activités. Au début c’était principalement des retraites, mais en se limitant à ces activités, le Centre se trouvait la plupart du temps vide, et financièrement déficitaire. Les circonstances contraignantes ont obligé les responsables à réfléchir, comment le Centre pouvait jouer pleinement son rôle d’animation et de formation dans un esprit missionnaire et selon notre charisme cicm.

Actuellement, l’équipe organise des retraites, surtout pendant les mois de juillet, août et septembre, dont plusieurs sont animées par des confrères cicm. Pendant d’autres périodes de l’année, nous présentons des sessions d’une semaine sur un thème suggéré par des religieux et religieuses, comme e.a. « L’ennéagramme spirituel », « Maturité affective et humaine dans notre ministère », « L’exercice du leadership religieux » ; « La gestion des émotions »,« L’expérience du milieu de la vie ».

Depuis quelques années, l’équipedu CTV propose un programme de ressourcement en 12 semaines, appelé R-12, destiné à des religieuses, religieux et prêtres diocésains. L’objectif est d’aider les participants à évaluer leur propre vie sous tous les aspects : humain, psychologique, théologique, spirituel, apostolique, pastoral, communautaire. Des animateurs et animatrices compétents et expérimentés les accompagnent pendant les trois mois. Il s’agit

d’une expérience communautaire qui se fait dans un environnement africain et la majorité des animateurs et animatrices sont des Africains, ce qui devrait conduire à un ressourcement qui colle à la vie concrète de chaque participant. Beaucoup font de cette période d’arrêt et de recul un temps d’action de grâce pour la bonté et la présence de Dieu dans leur vie.

D’autres la vivent comme un temps de guérison de blessures intérieures, un temps pour un

nouveau départ. A la fin de la session les participants se rendent compte qu’ils viennent de prendre un nouvel élan pour une vie plus belle et plus épanouie, sous le regard de l’amour de Dieu. Une deuxième session, appelée R-6, qui en est déjà à sa 14e édition, est destinée à des hommes et des femmes appelés à un ministère de formation initiale dans l’Institut de vie consacrée auquel ils appartiennent. Six semaines, c’est peu.

Même dans une situation de précarité, il est nécessaire de faire ce qui est possible pour se préparer à cette tâche, car il s’agit de la vocation et de l’avenir de jeunes gens qui répondent généreusement  à un appel de Dieu. Nous savons que c’est Dieu qui est le premier et principal formateur des cœurs,mais il n’agit pas dans le vide.

Sa sollicitude pour ceux qu’il appelle à suivre son Fils de façon radicale, passe par d’autres personnes, des aînés. Ceux-ci désirent accomplir cette mission avec compétence, avec confiance et dans un esprit de foi. Il s’agit donc d’une tâche de collaboration avec Dieu luimême. C’est donc plutôt une initiation au ministère de formateur ou formatrice. Cette initiation se veut surtout pratique, intégrée, proche des réalités du monde africain.

Les derniers temps, l’équipe du Centre a été sollicitée aussi par des supérieures religieuses

pour demander un temps de formation intense comme préparation aux vœux perpétuels de leurs jeunes Sœurs. C’est ainsi que nous proposons cette année une première session de six

semaines afin de répondre à ces demandes. Le programme consiste en trois volets. Le premier veut amener les religieuses à une connaissance de soi plus profonde.

Le deuxième volet veut les aider à approfondir la connaissance et la pratique de leur vie religieuse, en réfléchissant sur les trois vœux et la vie communautaire. Le dernier volet les aidera à mieux comprendre leur mission dans l’Eglise et dans le monde, en tant que religieuses, et à s’y engager avec enthousiasme.

L’ensemble du programme veut inviter les participantes à faire une relecture de leur vie

religieuse en vue d’un engagement définitif en connaissance de cause, qui doit être une réponse de tout leur être à l’appel d’amour du Seigneur. La méthode est active et participative. Les intervenants introduiront les thèmes et inviteront les participantes à un travail en petit groupe, qui sera suivi par une mise en commun et des échanges supplémentaires. Un accompagnement personnel est prévu et est fort conseillé, afin que les participantes puissent approfondir et intégrer la matière reçue, éprouver leurs motivations et enraciner davantage leur vie religieuse en Christ.

Le CTV veut être un instrument au service de l’Eglise locale de la République du Congo en particulier, et de l’Afrique francophone en général ; au service des prêtres diocésains, des religieux et religieuses, toujours dans une perspective missionnaire.

Un ministère d’animation, de formation et d’accompagnement exige un esprit et une attitude d’accueil et d’écoute. Dire à tous ceux qui viennent vers nous, comme Jésus disait à ses disciples qui revenaient de leur mission : « Venez vous-mêmes à l’écart, dans un endroit désert, et reposez-vous un peu » (Mc 6,31). Oui, après plusieurs années d’engagement, chaque personne consacrée ressent le besoin de s’arrêter, de profiter d’un temps de ressourcement, indispensable pour la santé physique, psychologique et spirituelle. Notre ministère consiste à s’asseoir au bord du puits, comme Jésus avec la Samaritaine et écouter l’histoire de leur vie. Rejoindre des pèlerins sur la route, parfois découragés, fatigués, déçus et frustrés par les coups de la vie, et faire avec eux un bout de chemin, comme Jésus faisait avec les disciples d’Emmaüs, afin qu’ils puissent continuer la route, le cœur brûlant.

Ou encore, écouter dans le silence du soir des chercheurs de Dieu, comme Jésus accueillait Nicodème. Accueillir et écouter tous avec bienveillance, sans juger ou condamner. Les inviter à la confiance en Dieu qui connaît les cœurs et accueille chacun tel qu’il est, avec ses joies, ses peines et échecs, avec ses talents et ses limites. Le cas échéant, dire une parole de pardon, de miséricorde, de guérison à ceux qui se sont égarés quelque peu, comme Jésus disait à la femme adultère : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, désormais ne pèche plus » (Jn 8,11). Enfin, les inviter à se laisser poser la question essentielle que Jésus a posée à Simon Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimestu ? » Une question qui peut alors susciter une nouvelle réponse, généreuse, humble mais enthousiaste : « Oui Seigneur, tu sais tout, tu sais que je t’aime » (cfr Jn 21,15 …17). A ce moment, ils entendront de nouveau l’appel du début : « Suis-moi ». Et avec le Seigneur ressuscité, présent au cœur de leur vie, ils peuvent aller loin, très loin.

Accueillir, s’asseoir, écouter, encourager, redonner confiance, ouvrir des horizons, être dans la joie avec ceux qui se réjouissent, partager les peines de ceux qui pleurent, affermir ceux qui doutent : n’est-ce pas cela que Jésus a fait ? En effet, chaque personne qui l’avait rencontré, reprenait sa route, transformée, renouvelée. Ainsi, nous essayons d’être missionnaires à la manière de Jésus.

Le jour où les participants, le cœur en joie, ‘descendent de la montagne’, quittent l’oasis de silence et de paix du CTVMbudi, et reprennent la route vers leur champ de mission, nos cœurs sont habités de sentiments d’action de grâce pour l’œuvre que le Seigneur a réalisée. Nous les accompagnons avec nos prières et nous faisons nôtres les paroles de S. Paul : « Je rends grâces à mon Dieu chaque fois que je fais mémoire de vous, en tout temps dans toutes mes prières pour vous tous. … Dieu m’est témoin que je vous aime tous tendrement dans le cœur

du Christ Jésus. … Que votre charité croissant toujours de plus en plus s’épanche en cette vraie science et ce tact affiné qui vous donneront de discerner le meilleur » (Ph 1, 3 … 10)

======================== English

In my letter sent to my family, benefactors and acquaintances at the end of the year, I wrote: “I do not build churches or schools, I do not work for a development project, but I work for the formation of people.” A religious reacted to these words and congratulated me for my way of being a missionary. Besides, I am grateful to my predecessors who built this beautiful center that allows me to be a missionary in the field of ongoing formation and animation.
The CTV-Mbudi, the Théophile Verbist Center, opened its doors fourteen years ago. Our confrere, the late cardinal Frederic Etsou blessed it on January 3, 1998, on the feast of the Epiphany, an eminently missionary feast. Since its opening, the successive teams in charge developed progressively a program of activities. At first, they organized mainly retreats. However, when limiting itself to these activities, the Center remained mostly empty and finally in deficit. The constraining circumstances compelled the people in charge to examine how the Center could play its animation and formation role in a missionary spirit and according to our CICM charism.

Currently, the team organizes retreats, especially during the months of July, August and September and many of them are animated by CICM confreres. During the other periods of the year, we offer one- week sessions on a theme suggested by the religious, such as “The spiritual enneagram”, “Affective and human maturity in our ministry”, “The function of religious leadership”, “Managing one’s emotions”, “The mid-life experience.”

Since a few years, the CTV team offers a twelve-week renewal program, called R-12, for religious and diocesan priests. It aims at helping the participants assess their own life in all its aspects: human, psychological, theological, spiritual, apostolic, pastoral, communitarian. Competent and experienced facilitators accompany them during three months.

It is a community experience that takes place in an African environment and with facilitators, most of whom are Africans. This should contribute to a renewal that is true to the concrete life of each participant. Some participants make use of this moment of coming to rest and of standing back to thank God for his goodness and his presence in their lives. Other people see it as a chance to heal inner wounds, as an opportunity for a new beginning. At the end of the session the participants are aware that they have been given new impetus in view of a more beautiful and more fulfilling life, under God’s watchful eye.

A second session, called R-6 that is already at its 14th edition, is meant for men and women called to the ministry of initial formation in the institute of consecrated life to which they belong. Six weeks is not much. Even in a precarious situation, we must do whatever we can to have the participants prepared for this job, because the vocation and the future of young people who respond generously to God’s call are at stake. We know that God is the first and principal formator of hearts, but he does not act in a vacuum. His concern for those he calls to follow his Son radically goes through other people, the seniors. They wish to fulfill this task competently, confidently, and in a spirit of faith. It is a question of collaborating with God himself. In fact, it is an initiation to the ministry of formator that wants above all to be practical, integrated, close to the realities of the African world.

Recently, the religious superiors have also requested the team of the Center to foresee a period of intense formation as a preparation for their young sisters’ perpetual vows. So, this year, we prepare a first six-week session to respond to this request. The program comprises three parts. The first part wants to bring the religious to a better self- knowledge. The second part will help them to deepen the knowledge and the practice of their religious life, by reflecting on the three vows and on community life. The last part will help them to better understand their mission as religious in the Church and in the world and to commit themselves with enthusiasm to the present reality.

The entire program wants to invite the participants to review their religious life in view of a fully conscious final commitment that must be an answer of their whole being to the Lord’s call of love. The method is active and participative. The speakers will introduce the themes and invite the participants to work in small groups, followed by sharing sessions and additional exchanges. Personal accompaniment is foreseen and highly recommended, so that participants may deepen and integrate what they have learned, test their motivations and further deepen their religious life in Christ.

CTV wants to be an instrument in the service of the local Church in the Republic of Congo in particular, and of Francophone Africa in general; an instrument in the service of diocesan priests, religious, but always with a missionary perspective.

A ministry of animation, formation and accompaniment calls for a welcoming and listening mind and attitude. To tell all those who come to us what Jesus said to his disciples when they came back from their mission: “Come away to some lonely place, and rest for a while” (Mk 6:31). Yes, after several years of commitment, every consecrated person feels the need to stop and have a time of renewal, which is essential for physical, psychological and spiritual health. Our ministry implies that we sit on the edge of the well and listen to their life’s story, as Jesus did with the Samaritan woman. To join pilgrims on the road, who are sometimes discouraged, tired, disappointed and frustrated by the blows of life, and to go part of the way with them, as Jesus did with the disciples of Emmaus, so that they may pursue their trip with a burning heart. To listen to God seekers in the silence of the night, as Jesus welcomed Nicodemus. To welcome everybody and to listen with sympathy, without judging or condemning. To invite them to have trust in God who knows the hearts and welcomes everybody the way he is, with his joys and sorrows and failures, his talents and limitations. If the need arises, say a word of forgiveness, mercy, healing to those who went a bit astray, as Jesus did for the adulterous woman: “Neither do I condemn you. Go away and don’t sin any more” (John 8:11). Finally, to invite them to let themselves ask the essential question that Jesus asked Simon Peter, “Simon, son of John, do you love me?” A question that can arouse a new answer, generous, humble but enthusiastic: “Yes, Lord, you know everything; you know that I love you” (cf. John 21:15 ... 17). Then, they will hear the initial call again: “Follow me.” And with the risen Lord, present at the heart of their lives, they can go far, very far.

To welcome, sit, listen, encourage, restore confidence, open horizons, rejoice with those who rejoice, share the sorrows of those who mourn, strengthen those who doubt: is this not what Jesus has done? Indeed, every person who met him, resumed his journey, transformed and renewed.

So, we try to be missionaries in Jesus’ way.

The day participants ‘come down the mountain’ with a joyful heart and leave the CTV-Mbudi oasis of silence and peace to set off again on the road to their mission field, their hearts are full of feelings of gratitude for what the Lord has realized. We accompany them with our prayers and we make Saint Paul’s words our own:

“I thank my God whenever I think of you, and every time I pray for all of you. ...

God knows how much I love you as Christ Jesus loves you ....

May your love always increase more and more and never stop improving your knowledge and deepening your perception so that you can always recognize what is the best” (Phil. 1:3 ... 10).


Read 884 times Last modified on Thursday, 18 March 2021 08:53

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

The use of a cookie is a must-have for the quest to be a favorite of all serviced offerings. The accessibility of these services and the use of the service involves the use of the cookie