icon vimeofacebook

Training Days for JPIC Promotors


                                   Fily.png

Training Days for JPIC Animators


                                  Ernest Kabongo, cicm           

 ■We were 40 people from differ- enReligiouCongregationsto participate in a JPIC workshop in Rome  froNovembe14  t17, 2018   on   the   theme:   Building strong relationships.

We were 6 CICM confreres from AFA, ASIA, BNL, and LAC Provinces, the second largest group after that of Marist Sisters, who had representatives from all the continents. The session was conducted with translation, alternately in English and Spanish, under the direction of two co-secretaries, Shei- la Kinsey, FCJM, and Felix Mushobozi, CPPS.

From the spirituality developed in  the  EncyclicaLetteoPope Francis,  LaudatSì  (L#138), “everything    is    interconnected, anfrohis Apostolic  Exhorta-


tion, Gaudete and exultate (GE): “Rejoice and be glad”, we walked through the world of connections and interconnections, where time and space are no longer distinct, and even the elementary particles (like atoms) are no longer perceptible separately. All living species form a network, with the result that no crisis is independent from the others. As such, a social crisis is also an economic and environ- mental crisis. And the search for solutions requires an integral approach, to fight against poverty, to give dignity to the excluded and, at the same time, to take care of na- ture, according to Pope Francis, in Laudato .

From there, the purpose of the session was to create a spiritual setting (environment) that provides basic information to participants for the functioning of JPIC in their own Congregation; to convey information about the services and opportunities available to JPIC facilitators in Rome (there are many projects in many communities), but especially to create links between them and other groups and organizations (SEDOS, AEFJN, the Dicastery for the Human Development, etc.).

Our Planet: Relationship and participation

The first day was dedicated to knowing more about our planet, which is already a miracle in itself. Thanks to a beautiful PowerPoint on the universe, we were able to discover various forms of relation- ships and participations in this universe that surrounds us, and discover the transcendence of God in the universe (to see the love of God in all creatures; cf. Francis of Assisi). Indeed, through faith, we can explain the meaning and the mysterious beauty of what is happening around us:

In this universe, shaped by open and intercommunicating systems, we can discern countless forms of relationship and participation. This leads us to think of the whole as open to God’s transcendence, within which it develops. Faith allows us to interpret the meaning and the mysterious beauty of what is unfolding. We are free to apply our intelligence towards things evolving positively, or towards


adding new ills, new causes of suf- fering and real setbacks. This is what makes for the excitement and drama of human history, in which freedom, growth, salvation and love can blossom, or lead to- wards decadence and mutual de- struction. The work of the Church seeks not only to remind everyone of the duty to care for nature, but at the same time “she must above all protect mankind from self-destruction” (LS 79).

In this sense, JPIC is not a hollow activism, but a life of conscious prayer and an action in order to change the world according to the spirit of the Gospel, by means of justice, peace, and integrity of cre- ation. JPIC promoters are above all contemplative in their action. It is through a life of prayer that religious must question themselves, and question the structures of injustice.

The theme of the second day was: Holiness and Consecrated Life

According to our different states of live, we are all called to become saints by living with love and by bearing personal witness to this love in everything we do, and wherever we are. In fact, says Pope Francis: “We are all called to be holy by living our lives with love and by bearing witness in every- thing we do, wherever we find ourselves. Are you called to the consecrated life? Be holy by living out your commitment with joy. Are you married? Be holy by loving and caring for your husband owifeaChrisdoefothe Church. Do you work for a living? Be holy by labouring with integri- ty and skill ithe service of your brotheransistersAryoa parent or grandparent? Be holy by  patientlteachinthe little ones how to follow Jesus. Are you in a position of authority? Be holy by working for the common good anrenouncinpersonagain(GE #14).

Just as we cannot understand Christ by excluding the Kingdom of God that he has come to establish, so our personal mission cannot be detached from the building of this Kingdom. The identification of religious with Christ implies a commitment to work for the coming of the Kingdom of love, justice, and peace among all peoples. That is therefore one more reason for religious to engage in the building of this Kingdom of God. Because, through their vows, all religious are by their nature collaborators for the coming of the Kingdom of God, and their life must bear witness to this Kingdom to come.

Commitment, solidarity, and love

The theme developed on the third day was about our commitment to community, and solidarity with the poor and the excluded. Because “the measure of our holi- ness stems from the stature that Christ achieves in us, to the extent that, by the power of the Holy Spirit, we model our whole life on his.   Eversain imessage which the Holy Spirit takes from the riches of Jesus Christ and gives to his people (GE #21).

This means that: Love for society and commitment to the com- mon good are outstanding expressions of a charity which affects not onlrelationshipbetweeindividuals      but      also      macro-relationships,     social,    economic and political ones. That is why the Church set before the world the ideal of a civilization of love. Social love is the key to authentic development: In order to make society more human, more worthy of the human person, love in social life political, economic and cultura–  musbe  giverenewed value, becoming the constant and highest norm for all activity (LS # 231).

As such, the goal of every JPIC promoter is to revalorize this love in social life, and to make of it a constant standard of action for a humane and dignified society. As Pope Francis clearly states: The urgenchallengtprotecour common home includes a concern to bring the whole human family together to seek a sustainable and integral development (LS #13).

There again, we talked about networking. This time not only within our Congregations or the within ecclesiastical institutions, but also outside them, for instance, with the International Rescue Committee (IRC), Food and Agriculture Organization (FAO), Soli- darity with South Sudan, contact with United Nations (UN) and European Union (EU) institutions.

Conclusion

During   the  lashalf-day,   we came to the conclusion that our en- tire life as a religious and anima- tors of  JPIC should  be driven by this thought: We are called to be contemplatives even  in the midst of action, and to grow in holiness by   responsibly   and   generously carrying out our proper mission(GE  #26)Thereforewshould seebalancbetweesilence (prayer) and action (spirituality oconcrete life).

Each of us should therefore re- new ourselves by remaining in re- lationship with God and by becoming a prophetic voice in our society (action). Because, In the present condition of global society, where injusticeabounangrowing numbers of people are deprived of basihumarightanconsid- ered expendable, the principle of the common good immediately becomes, logically and inevitably, a summons to solidarity and a preferential option for the poorest of our   brothers   and   sisters”   (LS #158).

Journées de formation pour les animateurs de JPIC



                                              Ernest Kabongo, cicm

Nous étions 40 personnes de dif- rentes Congrégations religieuses, pouparticipeà  uatelier  sur JPIC à Rome du 14 au 17 novembre 2018 sur le thème : Construire des relations solides.

Nous étions 6 confrères CICM (Provinces d’AFA, ASIA, BNL et LAC), le deuxième groupe le plus important après les Sœurs Maristes, qui avaient des représentantes de tous les continents. La session s’est déroulée avec traduction, alternativement en anglais et en espagnol, sous la direction de deux co-secrétaires, Sheilà Kinsey, FCJM, et Felix Mushobozi, CPPS.

À partir de la spiritualité développée dans la lettre encyclique du PapFrançois,  Laudato Sì  #138,

« tout est lié », et de son exhortation apostolique, Gaudete et exultate : « Soyez dans la joie et l'allégresse », nous nous sommes promenés   dans   le   monde   des connexions et des inter-connectivités, où le : temps et espace ne sont plus distincts, et même les particules élémentaires (comme des atomes) ne sont plus perceptibles séparé- ment. Toutes les espèces vivantes forment un réseau, avec comme résultat qu’aucune crise n’est indé- pendante des autres. Ainsi, une crise sociale est aussi une crise éco- nomique et environnementale. Et la recherche de solutions exige une approche intégrale pour lutter contre la pauvreté, pour rendre leur dignité aux exclus et, en même temps, pour prendre soin de la nature, selon le Pape François, dans Laudato .

À partir de là, le but de la session était de créer un cadre spirituel (environnement) qui fournisse des informations de base aux participants pour le fonctionnement de JPIC dans leur propre Congrégation ; de transmettre des informations sur les services et les opportunités disponibles aux animateurs de JPIC à Rome (il existe énormément de projets dans bien des communautés), mais surtout de créer des liens entre eux et avec d’autres groupes et organisations (SEDOS, AEFJN, le dicastère pour le développement humain, etc.).

Notre planète : relations et partici- pations

Le premier jour concernait notre planète, qui est déjà un miracle en elle-même. Grâce à un beau PowerPoint sur l’univers, nous avons pu découvrir diverses formes de relations et de participations dans cet univers qui nous entoure, et découvrir la transcendance de Dieu dans l’univers (voir l’amour de Dieu dans toutes les créatures ; cfr. François d’Assise). En effet, grâce à la foi, nous pouvons expliquer le sens et la beauté mystérieuse de ce qui se passe autour de nous :

« Dans cet univers, constitué de systèmes ouverts qui entrent en communication les uns avec les autres, nous pouvons découvrir d’innombrables formes de relations et de participations. Cela conduit à penser également à l'ensemble comme étant ouvert à la transcendance de Dieu, dans laquelle il se développe. La foi nous permet d’interpréter le sens et la beauté mystérieuse de ce qui arrive. La liberté humaine peut offrir son apport intelligent à une évolu- tion positive, mais elle peut aussi être à l’origine de nouveaux maux, de nouvelles causes de souffrance et de vrais reculs. Cela donne lieu à la passionnante et dramatique histoire humaine, capable de se convertir en un déploiement de libéra- tion, de croissance, de salut et d’amour, ou en un chemin de décadence et de destruction mutuelle. Voilà pourquoi l’action de l’Église ne tente pas seulement de rappeler le devoir de prendre soin de la nature, mais en même temps « elle doit aussi surtout protéger l’homme de sa propre destruction

» (LS 79).

En ce sens, JPIC n’est pas un ac- tivisme creux, mais une vie de prière consciente et une action pour changer le monde selon l'esprit de l’Évangile, par la voie de la justice, la paix et l’intégrité de la création. Les promoteurs de JPIC sont avant tout des contemplatifs dans leur action. C’est à travers une vie de prière que les religieux doivent se remettre en question et remettre en question les structures d’injustice.

Le thème du 2° jour était : sainteté et vie consacrée

Selon nos divers états de vie, nous sommes tous appelés à devenir saints, en vivant avec amour et en témoignant personnellement de cet amour dans tout ce que nous faisons, et partout où nous sommes. En effet, dit le Pape Fran- çois : « Nous sommes tous appelés à être des saints en vivant avec amour et en offrant un témoignage personnel dans nos occupations quotidiennes, là où chacun se trouve. Es-tu une consacrée ou un consacré ? Sois saint en vivant avec joie ton engagement. Es-tu marié ? Sois saint en aimant et en prenant soin de ton époux ou de ton épouse, comme le Christ l’a fait avec l’Église. Es-tu un travailleur Sois saint en accomplissant honnê- tement  eavecompétencton travail au service de tes frères. Es- tu   père,    mère,    grand-père   ou grand-mère ? Sois saint en enseignant avec patience aux enfants à suivre Jésus. As-tu de lautorité ? Sois saint  en luttant pour le bien commun et en renonçant à tes intérêts personnels » (GE #14).

De même que nous ne pouvons comprendre le Christ en excluant le Royaume de Dieu qu’Il est venu instaurer, de même notre mission personnelle ne peut pas être détachée de la construction de ce Royaume. L’identification des religieux au Christ implique un engagement à travailler pour la venue du Royaume d’amour, de justice et de paix parmi tous les peuples. C’est donc une raison de plus pour les religieux de s’engager dans l’édification de ce Royaume de Dieu. Parce que, de par leurs vœux, tous les religieux sont de par leur nature, des collaborateurs pour la venue Royaume de Dieu, et leur vie doit être un témoignage de ce Royaume à venir.

Engagement, solidarité et amour

Le thème développé le 3e jour concernait notre engagement dans la communauté et la solidarité avec les pauvres et les exclus. Parce que

« la mesure de la sainteté est don- e par la stature que le Christ at- teint en nous, par la mesure dans laquelle, avec la force de lEsprit Saint, nous modelons toute notre vie sur la sienne ». Ainsi, chaque saint est un message que lEsprit Saint puise dans la richesse de Jé- sus-Christ  et offre à son peuple » (GE#21).


Cela signifie que : « L’amour de la société et lengagement pour le bien  commun sont une forme excellente de charité qui, non seule- ment  concerne les relations entre les individus mais aussi les « macro-relations:   rapports   sociaux, économiques,    politiques».    C’est pourquoi,   lÉglisproposé   au monde lidéal dune « civilisation de lamour ». L’amour social est la cledudéveloppemenauthentique : « Pour rendre la société plus humaine, plus digne de la personne, il faut revaloriser lamour dans la vie sociale au niveau politique, économique, culturel , en en faisant la norme constante et suprême de laction » (LS #231).

Ainsi, lobjectif de chaque pro- moteur de JPIC est de revaloriser cet amour dans la vie sociale et den faire un standard constant daction pour une société humaine et digne. Comme laffirme clairement le Pape François : « Le défi urgent de sau- vegarder notre maison commune inclut la préoccupation dunir toute lfamillhumaindanlrecherchdudéveloppemendurable et intégral » (LS #13).

Là encore, il a été question de créer des réseaux. Cette fois-ci, non seulement au sein de nos Congré- gations ou au sein des institutions ecclésiastiques, mais aussi en dehors d’elles, par exemple, avec le Comité International de Secours (IRC), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l'agri- culture (FAO), Solidarité avec le Soudan du Sud, contact avec les institutions de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et de l’Union Européenne (UE).

Conclusion

Au cours de la dernière demi- journée, nous sommes arrivés à la conclusion   que   toute   notre   vie comme religieux et animateurs de JPIC devrait être animée par cette pensée : « Nous sommes appelés à vivre la contemplation  également au sein de laction, et nous nous sanctifions dans lexercice responsable et généreux de notre propre mission » (GE #26). Nous devrions donc rechercher un équilibre entre le silence (prière) et laction (spiritualité de la vie concrète).

Chacun de nous doit donc se renouveler en demeurant en relation avec Dieu et en devenant une voix prophétique dans notre société (action). Car, « Dans les conditions actuelles de la société mondiale, où il y a tant d’inégalités et où sont toujours plus nombreuses les personnes marginalisées, privées des droits humains fondamentaux, le principe du bien commun devient immédiatement comme consé- quence logique et inéluctable, un appel à la solidarité et à une option préférentielle pour les plus pauvres» (LS #158).

Read 49127 times Last modified on Friday, 10 July 2020 10:54
More in this category: test »

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

The use of a cookie is a must-have for the quest to be a favorite of all serviced offerings. The accessibility of these services and the use of the service involves the use of the cookie