icon vimeofacebook
On the frontline

On the frontline (1)

Dialogue and Solidarity in a Time of a Global Pandemic

Adorable Castillo, cicm

Vicar General


I have been staying in the Casa Generalizia CICM with four other confreres since the beginning of the lockdown in Italy. Practically, almost all kinds of activities in the entire country, including sports and cultural events, political gatherings, and religious services, have been postponed, suspended, or canceled. We watched the Pope lead a solemn prayer at St Peter’s Square, deliver his message and give his extraordinary blessing Urbi et Orbi in times of this global pandemic on March 27, 2020. We celebrated this year’s Triduum in cyberspace, tuned in to the Pope’s live-streamed celebration in the almost empty St. Peter’s Basilica. Now, after nearly three months of lockdown, the Italian government has already lifted the lockdown and has eased a lot of regulations to bring back normalcy to all aspects of life in the country.

The lockdown implemented by governments all over the world to contain the virus has impacted our lives. We feel very insecure. Everyone is a potential carrier of the virus; he or she is a threat, so to speak. According to medical experts, the asymptomatic carrier (with no visible symptoms) is the most dangerous. The warm environment with kith and kin is not a guarantee of safety and protection. We feel isolated: deprived of human touch, of warm embrace, even a friendly handshake. We feel vulnerable. The microscopic virus has pricked our “big pride.” We are obliged to be humble and meek. We become aware that we are all “fragile and weak.” We all feel helpless (even useless) in the face of imminent death from the infection. The virus has no passport; it does not respect national boundaries, breaching the economic, political, and cultural divide between nations, tribes, and ethnic groups. No concrete walls and barbed fences can protect us. Tiny and almost invisible, it has seemingly turned out to be the greatest “equalizer.”

“It was the best of times, it was the worst of times...” These are the opening lines of Charles Dickens in A Tale of Two Cities. Expectantly prophetic as well as bleakly dramatic, these might also fittingly describe our contemporary situation in the midst of the global pandemic.

It is the best of times when families have huddled around the homely hearth and have started to talk to one another and renew their bonding. It is the best of times when the rich share their table with the poor. It is the best of times when the so-called “front-liners” – medical personnel, transporters, soldiers, police officers, garbage collectors, and store employees have risked their lives to bring goods and services to the most vulnerable, to treat patients, to comfort the sick and dying. It is the best of times when people confined and isolated in the four corners of their houses, apartments, and condo units rediscover the benefits of silence and re-learn how to pray. It is the best of times when in the midst of isolation and despair, people show kindness, solidarity, and trust. It is the best of times when “wounded” nature begins to heal itself: skylines of most cities are clearer, and air is cleaner, birds fly more freely and leisurely build their nests, animals seemingly roam in their natural habitat unmolested, fish and other sea creatures are swimming in the waters unnoticed.

It is the worst of times when millions of people have been infected, and tens of thousands have already died. It is the worst of times when scientists seem to be overwhelmed and are scrambling to find a ready cure and an effective vaccine. It is the worst of times when powerful nations suddenly become vulnerable, and their health system cannot cope up with the increasing rate of infection; many of these countries are caught off guard. It is the worst of times when the economy is almost at a standstill: stock markets all over the capitalist world are in chaos, airline companies have canceled thousands of flights, billions of dollars and euros have already been lost. It is the worst of times when domestic violence seems to increase due to the lockdown. It is the worst of times when this health crisis breeds racial discrimination. It is the worst of times when a lot of fake news and outright lies proliferate in cyberspace.

Without setting aside this seemingly unnecessary digression, I will now turn directly to the main topic of this reflection. How do we promote dialogue and solidarity in the midst of this worldwide pandemic?

Dialogue must have a face. We dialogue with people who have faces, but how could we dialogue with a person with a mask. We are afraid to be contaminated or careful to infect others. How could we dialogue when we don’t see people’s faces? How could we reach out to people when we are asked to do social or physical distancing?

We dialogue with words. How could our words be sincere, for even with words of kindness, we could spit out the tiny virus from our mouth? We could probably spread the virus through tiny droplets in the air! Even the kindest and sincerest words could be muffled by fear and prejudice. Covid-19 is not just a deadly virus to kill the body; it could also kill the soul. It could breed more discrimination; its further backlash in the aftermath of the crisis is being feared. When a bigoted leader announced nonchalantly that this was a Chinese virus, people of Chinese or Asian descent have already been discriminated, even physically attacked in some places in the USA and elsewhere. While in some cities in China, Africans are unwanted and even maltreated, being singled out as potential carriers of the virus. These could probably be isolated cases, but these are early symptoms of a worse scenario in the wake of this global health crisis.

To engage in dialogue is to embrace somebody, to offer a handshake, to plant a friendly kiss; but with the outbreak of COVID-19, these simple gestures of human communion are discouraged, even prohibited. They are not just against health regulations; they could even be fatal.

How could we get in touch with our friends if we are isolated in the confinement of our domicile since the lockdown? Of course, we could use the cyberspace to communicate, send a text, talk to them via Skype, Messenger, WhatsApp, Zoom, etc. And yet a virtual dialogue is no substitute to a real encounter with someone in the flesh.

How could an academic spread his word of dialogue in exchange with his peers when most people in the world are preoccupied in saving lives in the hospitals, giving food to the hungry, distributing cash to the jobless, burying the dead, finding an effective vaccine in the laboratories, and enforcing quarantine and lockdown?

How could we ever publish a book on dialogue without missing the train of relevance and being left out on the platform of indifference, and risking to be relegated to the back burner of significance and judged harshly by history, when nowadays most people’s concern or preoccupation is a matter of life and death?

I take a cue from this consoling and inspiring prayer of Pope Francis:

“Lord…You are calling on us to seize this time of trial as a time of choosing. It is not the time of your judgement, but of our judgement: a time to choose what matters and what passes away, a time to separate what is necessary from what is not.”[1]

We have to seize the moment (carpe diem) and choose what matters most in our lives. We are called to foster boundless solidarity and show unconditional compassion. We are summoned to a profound conversion, a complete revision of our priorities, and a radical change of mentality. The virus has obliged us to recognize the contribution of the faceless and countless people who do not usually figure in the newspaper’s headlines: doctors, nurses, supermarket employees, cleaners, garbage collectors, drivers, caregivers, religious men and women, and all other so-called workers in the “front lines”. They are the last who have become the first in our fight against the virus.[2]

The virus is capable of crossing over every natural and man-made barrier and division, be it racial, tribal, ideological, economic, political, religious, etc. It has forced us to use the “principal weapon of humanity” against the pandemic: human solidarity that is timeless and borderless that transcends racial separation, national loyalties, economic divide, political parties, ideological views, and religious faiths. Solidarity is a priceless and precious virtue valued by most adherents of the various faiths. It begins with some awareness of our common origin, then continues to the mutual search for unity and fellowship and collective effort to deal with global challenges, and perhaps, culminates in the existential quest for a common human destiny.

This worldwide health crisis has compelled us to foster greater solidarity, to put our resources together, to share expertise and good practice, and to trust in each other’s good intention to contain and eradicate the virus. There will surely be a bigger task to be done in the aftermath of this pandemic, much greater than the economic recovery. It will have greater repercussions as we return to normalcy in most aspects of our daily life.

Hopefully, after this crisis, we shall uncover the masked faces of prejudice and hate, and show the faces of human solidarity and hospitality. We shall cleanse our hands of filth, smut, and dirt of xenophobia, and a handshake of friendship and goodwill shall be extended freely. We shall once again bridge the gap of social divide and physical distance and give each other a kiss of sincere peace and lasting comfort.

It remains to be seen if solidarity as the main ingredient of dialogue is sustainable in the long run. Global solidarity as manifested in the worldwide fight against the virus orchestrated and coordinated by world leaders, scientists, and other experts, is a giant step toward mutual understanding and endeavor for world peace. Solidarity, though global in scope, remains local as a sustainable endeavor. I do agree that we should “think globally and act locally.” Real and down-to-earth solidarity happens in the same neighborhood, in the same apartment building, in the sprawling slums of most cities of the world where people of different faiths have found themselves living in very close proximity. During this pandemic, when families are locked down and confined in a closed and limited space, friendship remains the key to dialogue and solidarity.

As an essential virtue in human interaction, experiences of real friendship with people from different background would surely make a big difference. The almost “canonical” four forms of dialogue introduced in the document Dialogue and Mission (Secretariat for Non-Christians, 1984), namely dialogue of life, works, theological ideas, and religious experiences can only be realized in concrete and tangible form, in simple friendship among neighbors living in the vicinity of the same physical space. In other words, dialogue begins between “homes,” between two households, between two people living on the same floor, in the same compound, in the same neighborhood of a big city. After this global health crisis, who will greet each other first, who will offer a warm handshake, give a bear hug, offer a hearty meal, if not among close friends and neighbors regardless of gender, religion, and ethnic roots.

What globalization and solidarity have brought together, let not the pandemic put asunder. The deplorable “globalization of superficiality”[3] and “globalization of indifference”[4]  shall not stand in our way to bring about “profound conversion (metanoia),” to promote “solidarity economics,” and perhaps, to uphold the desired struggle for the “greater Jihad” as André De Bleeker strongly asserts in an article: “Time has come to join hands with believers belonging to other religious traditions, atheists, and all people of goodwill to tackle the problems facing the world. Cooperation has to take the place of confrontation and war in the name of God”.[5]

More than ever, in the name of the God of love and mercy, let dialogue and solidarity flourish; and akin to justice and righteousness, let it flow like a river, like an unfailing stream (Amos 5:24)

[1] Extraordinary Moment of Prayer, March 27, 2020.
[2] “The Last Must Become the First,” The Tablet (April 11, 2020): p. 2.
[3] This is a term attributed to Adolfo Nicolas, the former Superior General of the Society of Jesus.
[4] Pope Francis has repeatedly mentioned this term in his speeches and homilies.
[5] “Jihad: Warfare or Peaceful Efforts to Improve Oneself and Society?,” MST Review , vo. 17, no. 2 ( 2015 ): p. 74.


Dialogue et solidarité en temps d’une pandémie mondiale

Adorable Castillo, cicm

Vicaire général

Je suis resté à la Casa Generalizia CICM en Italie, avec quatre autres confrères, depuis le début du confinement. Presque toutes les activités dans tout le pays, y compris des événements sportifs et culturels, des rassemblements politiques et des services religieux, ont été reportées, suspendues ou annulées. Nous avons vu le pape présider une prière solennelle, délivrer son message et donner sa bénédiction extraordinaire Urbi et Orbi en ce temps de pandémie mondiale, le 27 mars 2020 sur la place Saint-Pierre vide. Nous avons célébré le Triduum de cette année dans le cyberespace, en suivant la célébration du pape en direct de la basilique Saint-Pierre, presque vide. Aujourd’hui, après près de trois mois de cantonnement, le gouvernement italien vient de déclarer la fin du confinement et d’assouplir de nombreuses restrictions et réglementations afin que tous les aspects de la vie reviennent à la normale dans le pays.

Le confinement mis en place par les gouvernements du monde entier pour contenir le virus a eu un impact sur nos vies. Nous nous sentons très peu en sécurité. Tout le monde est un porteur potentiel du virus ; chacun est une menace pour les autres, pour ainsi dire. Selon les experts médicaux, le porteur asymptomatique (sans symptômes visibles) est le plus dangereux. L’environnement chaleureux avec des proches n’est pas une garantie de sécurité et de protection. Nous nous sentons isolés : privés de contact humain, d’une étreinte chaleureuse, voire d’une poignée de main amicale. Nous nous sentons vulnérables. Le virus microscopique a piqué notre «grande fierté». Nous sommes obligés d’être humbles et doux. Nous prenons conscience que nous sommes tous «fragiles et faibles». Nous nous sentons tous impuissants (voire inutiles) face à la mort imminente causée par l’infection. Le virus n’a pas de passeport ; il ne respecte pas les frontières nationales, brisant le fossé économique, politique et culturel qui sépare les nations, les tribus et les groupes ethniques. Aucun mur de béton ni aucune clôture barbelée ne peuvent nous protéger. Minuscule et presque invisible, il s’est révélé être le plus grand «égalisateur».

«C’était le meilleur des temps, c’était le pire des temps...» Tels sont les premiers mots de Charles Dickens dans son livre A Tale of Two Cities. D’une prophétie attendue et d’un triste drame, ceux-ci pourraient tout aussi bien décrire notre situation actuelle au milieu de cette pandémie mondiale.

C’est le meilleur des temps où les familles se sont regroupées au sein de leurs foyers et ont commencé à se parler et à renouer des liens. C’est le meilleur des moments où les riches partagent leur table avec les pauvres. C’est le meilleur des moments où ceux qui sont en première lignes de la lutte - le personnel médical, les transporteurs, les soldats, les policiers, les éboueurs et les employés des magasins - ont risqué leur vie pour apporter des biens et des services aux plus vulnérables, pour soigner les patients, pour réconforter les malades et les mourants. C’est le meilleur des moments où les personnes confinées et isolées aux quatre coins de leurs maisons, appartements et dortoirs redécouvrent les bienfaits du silence et réapprennent à prier. C’est le meilleur des moments où, au milieu de l’isolement et du désespoir, les gens font preuve de gentillesse, de solidarité et de confiance. C’est le meilleur des moments où la nature «blessée» commence à guérir : les lignes d’horizon de la plupart des villes sont plus claires et l’air plus pur, les oiseaux volent plus librement et construisent tranquillement leurs nids, les animaux semblent errer dans leur habitat naturel sans être molestés, les poissons et autres créatures marines nagent dans les eaux sans être remarqués.

C’est le pire des temps où des millions de personnes ont été infectées, et des dizaines de milliers sont déjà mortes. C’est le pire des moments où les scientifiques semblent débordés et se démènent pour trouver un remède et un vaccin efficace. C’est le pire des moments où les nations puissantes deviennent soudainement vulnérables et où leur système de santé ne peut pas faire face au taux croissant d’infection ; beaucoup de ces pays sont pris au dépourvu. C’est le pire des moments où l’économie est presque au point mort ; les marchés boursiers du monde capitaliste sont en plein chaos, les compagnies aériennes ont annulé des milliers de vols ; et des milliards de dollars et d’euros ont déjà été perdus. C’est la pire des périodes où la violence domestique semble augmenter en raison du confinement. C’est le pire des moments où cette crise sanitaire engendre la discrimination raciale. C’est la pire des périodes où de nombreuses fausses nouvelles et des mensonges prolifèrent dans les réseaux sociaux.

Sans mettre de côté cette digression apparemment inutile, je vais maintenant passer directement au sujet principal de cette réflexion. Comment promouvoir le dialogue et la solidarité au milieu de cette pandémie mondiale ?

Le dialogue doit avoir un visage. Nous dialoguons avec des personnes qui ont un visage. Mais comment dialoguer avec une personne qui porte un masque ? Nous avons peur d’être contaminés ou prenons soin de ne pas infecter les autres. Comment pourrions-nous dialoguer avec les gens si nous ne voyons pas leurs visages ? Comment pourrions-nous rencontrer les gens quand on nous demande d’observer la distanciation sociale ou physique ?

Nous dialoguons avec des paroles. Mais comment nos paroles pourraient-ils être sincères, car même avec des mots de gentillesse, nous pourrions cracher le minuscule virus de notre bouche ? Nous pourrions peut-être propager le virus par des gouttelettes de salive que nous rejetons dans l’air! Même les paroles les plus gentils et les plus sincères pourraient être étouffés par la peur et les préjugés. Le COVID-19 n’est pas seulement un virus mortel qui tue le corps, il pourrait aussi tuer l’âme. Il pourrait engendrer davantage de discriminations ; On craint qu’il y ait d’autres répercussions au lendemain de la crise. Des personnes d’origine chinoise ou asiatique ont déjà été victimes de discrimination, voire d’attaques physiques dans certains endroits aux États-Unis et ailleurs après qu’un dirigeant fanatique ait annoncé nonchalamment qu’il s’agissait d’un virus chinois alors que dans certaines villes de la Chine, des Africains étaient indésirables et même maltraités, parce que considérés comme porteurs potentiels du virus. Il s’agit probablement de cas isolés, mais ce sont les premiers symptômes d’un scénario plus grave au lendemain de cette crise sanitaire mondiale.

S’engager dans un dialogue, c’est embrasser quelqu’un, lui serrer la main, lui donner un baiser amical ; mais avec l’apparition de COVID-19, ces simples gestes de communion humaine sont découragés, voire interdits. Ils ne sont pas seulement contraires aux règlements sanitaires, ils pourraient même être fatals.

Comment pourrions-nous entrer en contact avec nos amis si nous sommes isolés dans l’enceinte de notre domicile depuis le confinement ? Bien sûr, nous pourrions utiliser le cyberespace pour communiquer, envoyer un message, leur parler via Skype, Messenger, WhatsApp, Zoom, etc. Et pourtant, un dialogue virtuel ne remplace pas une rencontre réelle avec une personne en chair et en os.

Comment un universitaire pourrait-il faire passer sa parole de dialogue en échange avec ses pairs alors que la plupart des gens dans le monde sont préoccupés par le souci de sauver des vies dans les hôpitaux, de donner de la nourriture aux affamés, de distribuer de l’argent aux chômeurs, d’enterrer les morts, de trouver un vaccin efficace dans les laboratoires et d’appliquer la quarantaine et le confinement ?

Comment pourrions-nous publier un livre sur le dialogue sans manquer le train de la pertinence et être laissés sur le quai de l’indifférence, et risquer d’être relégués à l’arrière-plan de l’importance et jugés sévèrement par l’histoire, alors qu’aujourd’hui la préoccupation ou l’inquiétude de la plupart des gens est une question de vie ou de mort ?

Je m’inspire de cette prière consolante et inspirante du pape François :

« Seigneur… Tu nous invites à saisir ce temps d’épreuve comme un temps de choix. Ce n’est pas le temps de ton jugement, mais celui de notre jugement : le temps de choisir ce qui importe et ce qui passe, de séparer ce qui est nécessaire de ce qui ne l’est pas[1].

Nous devons saisir l’instant présent (carpe diem) et opter pour ce qui compte le plus dans notre vie. Nous sommes appelés à encourager une solidarité sans limite et à faire preuve d’une compassion inconditionnelle. Nous sommes appelés à une profonde conversion, à une révision complète de nos priorités et à un changement radical de mentalité. Le virus nous a obligés à reconnaître la contribution de ces innombrables personnes méconnues et qui ne figurent généralement pas dans les titres des journaux : médecins, infirmiers, employés de supermarchés, ménagères, éboueurs, chauffeurs, soignants, religieux et religieuses, et tous les autres travailleurs de la «première ligne». Ce sont les derniers qui sont devenus les premiers dans notre lutte contre le virus.[2]

Le virus est capable de franchir toutes les barrières et divisions naturelles et artificielles, raciales, tribales, idéologiques, économiques, politiques, religieuses, etc. Il nous a obligés à utiliser la «principale arme de l’humanité» contre la pandémie : une solidarité humaine intemporelle et sans frontières qui transcende la séparation raciale, les liens nationaux, la division économique, les partis politiques, les opinions idéologiques et les croyances religieuses. La solidarité est une vertu inestimable et précieuse, appréciée par la plupart des adeptes des différentes confessions religieuses. Elle commence par une certaine prise de conscience de notre origine commune, se poursuit par la recherche mutuelle de l’unité et de la fraternité et par un effort collectif pour faire face aux défis mondiaux, et culmine peut-être dans la quête existentielle d’une destinée humaine commune.

Cette crise sanitaire mondiale nous a obligés à encourager une plus grande solidarité, à mettre nos ressources en commun, à partager notre expertise et nos bonnes pratiques, et à faire confiance à la bonne intention de chacun pour contenir et éradiquer le virus. Il y aura certainement une tâche plus importante à accomplir au lendemain de cette pandémie, bien plus importante que la reprise économique. Elle aura des répercussions plus importantes lorsque que nous reviendrons à la normale dans la plupart des aspects de notre vie quotidienne.

Il faut espérer qu’après cette crise, nous découvrirons les visages masqués des préjugés et de la haine, et montrerons les visages de la solidarité et de l’hospitalité humaines. Nous nous débarrasserons de la saleté et de la sordidité de la xénophobie, et une poignée de main d’amitié et de bonne volonté nous sera donnée librement. Nous comblerons une fois de plus les fossés sociaux et les distances physiques, et nous nous embrasserons mutuellement pour nous offrir une paix sincère et un réconfort durable.

Il reste à voir si la solidarité, en tant que principal ingrédient du dialogue, est durable à long terme. La solidarité mondiale, telle qu’elle se manifeste dans la lutte globale contre le virus orchestrée et coordonnée par les dirigeants mondiaux, les scientifiques et d’autres experts, est un pas de géant vers la compréhension mutuelle et l’effort pour la paix mondiale. La solidarité, bien que de portée mondiale, reste locale en tant qu’effort durable. Je suis d’accord pour dire que nous devrions «penser globalement et agir localement». La solidarité réelle et concrète se manifeste dans un même quartier, dans un même immeuble, dans les bidonvilles tentaculaires de la plupart des villes du monde où des personnes de différentes confessions se sont retrouvées très proches les unes des autres. Pendant cette pandémie, lorsque les familles sont enfermées et confinées dans un espace clos et limité, l’amitié reste la clé du dialogue et de la solidarité.

En tant que vertu essentielle dans l’interaction humaine, des expériences d’authentique amitié avec des personnes d’origines différentes feraient certainement une grande différence. Les quatre formes de dialogue presque «canoniques» introduites dans le document Dialogue et mission (Secrétariat pour les non-chrétiens, 1984), à savoir le dialogue de vie, d’œuvres, d’idées théologiques et d’expériences religieuses, ne peuvent se réaliser que sous une forme concrète et tangible, dans une simple amitié entre voisins vivant à proximité, dans un même espace physique. En d’autres termes, le dialogue commence entre «maisons», entre deux ménages, entre deux personnes vivant au même étage, dans une même enceinte, dans un même quartier d’une grande ville. Après cette crise sanitaire mondiale, qui se salueront le premier, qui offrira une poignée de main chaleureuse, un câlin d’ours, qui offrira un repas copieux, si ce n’est entre amis proches et voisins sans distinction de sexe, de religion et d’origine ethnique.

Ce que la mondialisation et la solidarité ont rapproché, ne laissons pas la pandémie l’emporter. La déplorable «mondialisation de la superficialité»[3]  et la «mondialisation de l’indifférence»[4]  ne doivent pas nous empêcher d’opérer une «conversion profonde (metanoia)», de promouvoir «l’économie solidaire» et, peut-être, de soutenir la lutte souhaitée pour le «grand Jihad», comme l’affirme avec force André De Bleeker dans un article : «Le temps est venu de se donner la main entre croyants appartenant à d’autres traditions religieuses, les athées et toutes les personnes de bonne volonté pour s’attaquer aux problèmes auxquels le monde est confronté. La coopération doit se substituer à la confrontation et à la guerre au nom de Dieu».[5]

Plus que jamais, au nom du Dieu d’amour et de miséricorde, que le dialogue et la solidarité s’épanouissent ; et à l’image de la justice et du droit, qu’il coule comme un fleuve, comme un torrent intarissable (Amos 5, 24).


[1] Moment extraordinaire de prière, le 27 mars 2020.
[2] “The Last Must Become the First,” The Tablet (April 11, 2020): p. 2.
[3] C’est un terme attribué à Adolfo Nicolas, l’ancien supérieur général de la Compagnie de Jésus.
[4] Le pape François a mentionné ce terme à plusieurs reprises dans ses discours et ses homélies.
[5] “Jihad: Warfare or Peaceful Efforts to Improve Oneself and Society?” MST Review , vo. 17, no. 2 ( 2015 ): p. 74.

 


The use of a cookie is a must-have for the quest to be a favorite of all serviced offerings. The accessibility of these services and the use of the service involves the use of the cookie