icon vimeofacebook
Our values

Our values (2)

Les valeurs qui font notre identité CICM

En réfléchissant sur leur expérience de vie en tant que missionnaires, un grand groupe de missionnaires CICM retraités a écrit la réflexion suivante sur les valeurs qui font notre identité de CICM.

Nous, les missionnaires CICM de la Région Europe, sommes reconnaissants pour l’histoire de notre Congrégation. Nous voulons exprimer avant tout notre appréciation pour le labeur et le grand dévouement de tous ceux qui nous ont précédés dans le travail missionnaire, d’abord notre Fondateur Théophile Verbist. Nous trouvons les traces de leur travail dans l'histoire des Églises d’Asie, d’Afrique et d’Amérique, ainsi que dans celle d’Europe. Nous remercions Dieu pour ce qui a été réalisé par eux et par nous et nous reconnaissons les erreurs que nous avons commises dans le passé. Ce qui suit exprime à grands traits ce qui nous a inspirés au cours des années. “Nous transmettons ce que nous avons reçu du Seigneur et de ceux qui nous ont précédés” (cf. 1 Co 11,23). Nous espérons que ces paroles donneront force et vie à tous ceux qui viendront après nous.

1. Les séances de partage qui ont précédé le Chapitre ont démontré une fois de plus que notre union à Dieu reste au centre de notre vie missionnaire CICM. Jésus-Christ qui est la Parole de Dieu fait homme, est au coeur de tout ce que nous sommes et de tout ce que nous faisons. La vie de prière individuelle et communautaire et l’Eucharistie quotidienne sont pour la plupart d’entre nous une source permanente de vie et de vigueur. Nous savons bien que tous nos labeurs et peines au service du Royaume de Dieu n’ont de valeur que si le Seigneur de la récolte les bénit. Et quand tout est terminé et accompli, nous reconnaissons que sans Lui nous resterions des serviteurs inutiles.

2. La Congrégation du Coeur Immaculé de Marie a été pour nous beaucoup plus qu’un moyen de réaliser notre travail au service du Royaume de Dieu. Au sein de cette Congrégation, nous avons trouvé et passé aux autres la fraternité, une fidélité mutuelle et une solidarité surtout lors des moments difficiles, dans la maladie et dans les peines des vieux jours. Notre cordialité les unsenvers les autres a été reconnue comme extrêmement importante, aussi bien pour nous-mêmes que pour d’autres. Notre devise cor unum et anima una (un coeur et un âme) est notre force et notre premier témoignage.

3. Pour nous, il est indispensable de former communauté. Ceci n'exige pas nécessairement que nous vivions sous le même toit. “Même si on ne peut vivre ensemble, on va souvent à la recherche l’un de l’autre. Partout on est le bienvenu comme membre d’une même grande famille, ce qui est un support pour chacun. Cet esprit de famille que nous devons à notre formation religieuse CICM a toujours été la force de notre Congrégation missionnaire et a ainsi une grande valeur apostolique,”

écrit le Supérieur général de la Congrégation à l'occasion du centenaire.

4. Quand le Saint-Esprit, lors du Chapitre de 1974, nous invita à une fraternité universelle, l'idée de communauté a reçu une dimension toute nouvelle pour notre génération. Nous reconnaissons que, surtout dans les premières années après ce Chapitre, nous sommes demeurés, de plusieurs manières, en deçà de cette invitation. Mais les années suivantes nous ont enrichis de ce don que le Saint-Esprit a fait à notre Congrégation et nous avons appris à apprécier la valeur de témoignage des équipes internationales. Mais beaucoup reste à apprendre. Nous sommes confiants que le même Esprit guidera le Chapitre de 2005 et montrera à notre Congrégation le chemin vers l’avenir que Dieu lui a réservé.

5. Faire communauté avec tous ceux qui collaborent avec nous dans notre travail, nos paroisses, nos écoles et nos missions a toujours été un élément important et enrichissant de notre vie. Partager les joies et les peines de ceux vers qui nous avons été envoyés nous a apporté, dès le début, quelque chose de précieux: nous avons appris à respecter les autres cultures, à nous ‘sentir chez nous’ dans d’autres cultures, à rejoindre et accompagner des personnes d’autres cultures. Nous étions prêts à quitter notre famille, notre peuple et notre culture pour nous dévouer pour toujours à un autre peuple, apprendre sa langue et assimiler, dans la mesure du possible, sa culture. Notre pays de mission est devenu pour nous une deuxième patrie.6. En entrant à CICM, la majorité parmi nous voulait simplement devenir missionnaire. Pour atteindre ce but, nous acceptions les voeux comme notre Fondateur avant nous les avait acceptés. Ce n’est que plus tard que les voeux sont devenus, pour beaucoup, la source vitale de notre vie missionnaire. Dans un monde d’égoïsme, ils nous lancent continuellement des défis. Ils nous rendent libres afin de pouvoir vivre pour Dieu et pour les autres, en solidarité les uns avec les autres, avec les pauvres et les plus vulnérables. Ils nous rendent prêts à aller travailler là où les besoins sont les plus urgents et à incarner l’amour de Dieu dans notre amour pour le prochain.

7. L’ad extra (le départ pour un autre peyi) qui nous a attirés quand nous étions jeunes et qui jusqu'à maintenant constitue notre spécificité, doit peut-être recevoir, de nos jours, une nouvelle interprétation. Nous sommes convaincus que le fait de quitter notre pays en tant que missionnaires CICM et de nous montrer vulnérables en tant qu’étrangers au sein d’une société différente, reste un témoignage valable, surtout en cette époque où le monde est rempli de migrants.

8. La disponibilité au service de l’Église locale est une attitude importante pour nous. Le soin et l’engagement en faveur des pauvres et des marginalisés ont surtout été vus et vécus dès les origines de notre Congrégation comme une priorité. “Une des raisons fondamentales de l’engagement missionnaire de la plupart des confrères a été le souci de servir les pauvres, de lutter avec eux et pour eux, de les faire accéder à une vie libre, dans la dignité et la solidarité. Le Christ étant du côté des pauvres, c’est chez eux qu’on peut Le rejoindre. La joie de leur vocation est pour beaucoup de pouvoir vivre au milieu de populations opprimées et écrasées, dont ils se sentent très proches et qu’ils aiment profondément” (Silhouettes et profils, coll.: “Spiritualité CICM”, nº4, Rome, 2004, p. 16). Nous gardons à l'esprit la disponibilité radicale des premières générations de missionnaires CICM qui quittaient leur pays d’origine, souvent pour toujours, et se mettaient au service des plus pauvres et des plus vulnérables en Mongolie ou au Congo. Ceci nous porte à espérer que cette disponibilité radicale restera à l’avenir, en tout état de cause, la spécificité de CICM.

Fait en 2005 en préparation de la 13ème Chapitre général CICM






The use of a cookie is a must-have for the quest to be a favorite of all serviced offerings. The accessibility of these services and the use of the service involves the use of the cookie