icon vimeofacebook
JUSTICE-PEACE-ECOLOGY

JUSTICE-PEACE-ECOLOGY (4)

Feb 02 2021
On Money and Talent By Tim Atkin (texte français en préparation)
Jan 07 2021
By Couvreur Jan, cicm (texte Français en bas)

MARY, JUSTICE AND CICM

Traditionally, with the celebration of Flores de Mayo, the month of May is consecrated to Mary. Throughout the ages, Mary has been invoked under hundreds of names as a refuge and as a model. Thousands of statues and images present her as a sweet, lovely Lady, far detached from the struggles and realities of daily life.
However, already in our daily prayer of the “Magnificat” we get a glimpse of her as the courageous, determined, strong woman at all times aware of and committed to the tremendous task put on her frail shoulders by her Creator. Through her “Yes”, the Mighty One brought justice to the world: He has shown the power of His arm: the proud are scattered with their plans, the mighty put down from their thrones, the lowly are uplifted, the hungry filled with good things and the rich sent away empty. Her unconditional “Yes” brought her a lot of suffering and unexpected turn of events in her life, but she remained at all times a model of justice and nonviolence.

Since the foundation of our Congregation, we, as missionaries, have been putting ourselves under her maternal protection. 

We are celebrating 150 years of CICM. Our founder and his companions left their country of origin and sacrificed their life to bring human dignity to abandoned Children in China. Over the years, so many confreres suffered hunger, sacrificed their health and even their life for the cause of the poor and voiceless, to stand up for their rights as human beings. Inspired by the “Yes” of Mary, they also lived as models of justice.

What about us now? Do we still believe we are an essential part of the big crossword puzzle that is JPIC, where each one of us, even how small we are, become an integral part of the solution?
The Acts of the Chapter state clearly that: “the commitment for justice and peace, for the recognition of the dignity of human life and persons, and likewise the care for creation are CONSTITUTIVE ELEMENTS of our mission.” This conviction must mark all our commitments, as individual confreres as well as CICM communities.

Daily we are confronted with the tremendous multitude of abuses: Abuse of women, OFW’s, child labour, 40% drop out of children from school, human trafficking, abortion, land grabbing of IP’s and exploiting their services, contractualization, overworked and underpaid church workers, illegal logging, illegal mining, pollution (air, land, water). How can we face this? We feel powerless, overwhelmed, even scared of reactions by the abusers.

All confreres, according to their possibilities, are trying to respond to local JPIC issues, but as we never got a formal training for this, the results are sometimes discouraging. Therefore, the PG approved to provide each CICM parish community with the training manual from the Lumko series: :” Building Parish Justice and Peace Groups.” Hopefully this booklet will be able to help us organize and work out a more Consistent program in coordination with our parish lay workers. If need be, we can ask Bukal to organize a training session on how to proceed with it. 

Father Joseph Wresinski of the Fourth World Movement states: “A Christian’s and the Church’s first duty is not so much to defend human rights, much less to defend them in the name of the law. Our duty is to defend the human being by restoring their rights to those whose very humanity has been called in question.”
As a Congregation, we have to stand up in solidarity with the downtrodden. This has to be an integral part of our corporate commitment with issues involving the neediest, the voiceless, those trampled upon. As RP-CICM we should fully support and endorse the initiatives taken by confreres to foster the restoration of “the endangered humanity” of so many abused people.

Maybe one strong sign of this solidarity could be to review our budget downwards, not only because of the financial situation of the RP Province, but especially because we want to share the lot of so many families with many children who have to make do with very low salaries and cannot go to collect a subsidy from anyagency. We should re-examine our projects and programs and prioritize them according to the needs, the urgency and the participation of the local communities.

Through our JPIC involvement, we realize that we have to look first into ourselves and ask ourselves: 136
Through our JPIC involvement, we realize that we have to look first into ourselves and ask ourselves:
-How can I bring more justice in my own life and in CICM?
-How can I live more in peace with myself and with CICM?

The answer to those questions will determine the effect of our witnessing, of our prophetic mission. Our own simple lifestyle, in solidarity with the poor, speaks more than 1000 beautiful slogans.
May Mary, the model of Justice, inspire each one of us to stick out our neck, whatever the cost, to become witnesses of truth and justice by honestly giving ourselves totally to the mission the Lord entrusted to us.
May the celebration of our 150 years CICM become a starting point for renewed commitment to a simple lifestyle as our pioneers did, full of hope and trust in the continued presence of the Lord.
=====================================
Marie, Justice et CICM par John Couvreur

Traditionnellement, avec la fête de « Flores de Mayo », le mois de mai est consacré à Marie. A travers tous les âges, Marie a été invoquée sous des centaines de vocables différents, à la fois comme refuge et comme modèle. Des milliers de statues et d’images la représentent comme, femme douce et aimable, bien loin des combats et des réalités de la vie quotidienne.

Et pourtant, dans notre prière quotidienne du «Magnificat», nous entrevoyons une femme forte, courageuse, déterminée, sans cesse consciente de la tâche énorme que le Créateur a posée sur ses épaules et s’y consacrant totalement. Grâce à son « Oui», le Tout Puissant a apporté la justice dans le monde : en déjouant les plans des orgueilleux, en renversant les puissants de leurs trônes, il a relevé les faibles, comblé de biens les affamés , chassé les riches les mains vides et montré ainsi la force de son bras. Le « Oui inconditionnel de Marie lui a causé beaucoup de souffrances dans sa vie. Plongée dans une suite d’événements complètement inattendus, elle n’en est pas moins restée sans cesse un modèle de justice et de non-violence.

Depuis la fondation de la Congrégation dont nous célébrons les 150 ans, nous, missionnaires , nous nous sommes placés sous sa maternelle protection. Notre fondateur et ses compagnons ont quitté leur pays d’origine et sacrifié leur vie pour apporter un peu de dignité humaine aux enfants chinois abandonnés.

Au cours de ces années, tant et tant de confrères ont souffert de la faim, ont sacrifié leur santé et offert leur vie pour la cause des pauvres et des sans voix ; ils les ont aidés à se lever et à combattre pour la reconnaissance de leurs droits en tant que humaines. Inspirés par le « Oui » de Marie, ils ont vécu comme autant de modèles de personnes de justice.

Et pour nous aujourd’hui ? Croyons-nous toujours que nous sommes un rouage essentiel de ce grand puzzle qu’est JPIC ? Chacun de nous, si petit qu’il soit, constitue une véritable partie de la solution recherchée !

Les Actes du Chapitre l’affirment clairement : « L’engagement pour la justice, pour la paix, pour la reconnaissance de la dignité de la vie et de la personne humaines de même que le souci pour la protection de la création sont des ELEMENTS CONSTITUTIFS de notre mission ». Cette conviction doit être la marque de tous nos engagements comme individus et comme communautés CICM.

Chaque jour, nous sommes confrontés à l’incroyable multitude des infractions : les injustices envers les femmes, le travail des enfants dont 40% sont rejetés des écoles, trafic d’êtres humains, avortements, propriétaires volant les terrains des pauvres et exploitant leurs services, contractualisation, employés d’Église surchargés de travail et mal payés, exploitations forestières et minières illégales, pollution de l’air, de l’eau et du sol ! Comment pouvons-nous faire face à cette situation ? Nous nous sentons impuissants, dépassés et même effrayés par ces gens qui abusent de leurs pouvoirs. Tous les confrères dans les limites de leurs possibilités essayent de répondre aux défis locaux ; mais n’ayant pour la plupart jamais reçu aucune formation en ce sens, ils sont parfois découragés par les résultats. C’est pourquoi, le GP a approuvé la décision chaque communauté paroissiale CICM soit pourvue du manuel de formation des séries « Lumko » : « Construire des groupes paroissiaux de Justice et Paix ». Nous espérons que ce livret pourra nous aider à mettre en place un programme consistant en coordination avec nos travailleurs laïcs paroissiaux. Si cela est nécessaire, nous pouvons demander à « Bukal » d’organiser une session de formation qui nous dira comment l’employer.

Le Père Joseph Wresinski, du mouvement quart-Monde, affirme ceci : « Le premier devoir d’un chrétien et d’une Église, ce n’est pas tellement de défendre les droits de la personne, moins encore de le faire au nom de la loi. Notre devoir est de défendre l’être humain en restaurant les droits de ceux et celles dont le caractère humain fondamental a été remis en question ».

Comme Province, il nous faut résister en solidarité avec ceux et celles qui sont écrasés. Ce doit être une partie intégrante de notre engagement communautaire : affronter les défis qui concernent les besogneux, les sans-voix, ceux et celles qui sont foulés aux pieds. Province philippine CICM, nous devrions supporter et appuyer sans hésitation les initiatives des confrères qui cherchent à restaurer « le caractère humain mis en danger » de tant de personnes persécutées.

Comme signe très fort de cette solidarité, nous pourrions peut-être revoir notre budget à la baisse, pas seulement à cause de la situation financière de la Province, mais bien parce que nous voulons partager le sort de tant de familles aux nombreux enfants qui doivent le faire avec des salaires très bas et ne peuvent quémander un subside de quelque agence que ce soit. Nous devrions ré-examiner nos projets et nos programmes et les accorder avec une participation aux besoins prioritaires urgents des communautés locales. Notre engagement JPIC nous pousse à réaliser qu’il nous faut tout d’abord regarder au-dedans de nous-mêmes et nous demander :

- Comment puis-je apporter plus de justice dans ma vie personnelle et dans CICM ?

- Comment puis-je vivre plus en paix avec moi-même et avec CICM ?

La réponse à ces questions sera déterminante pour la fécondité de notre témoignage et de notre mission prophétique. Tout simplement, notre style de vie en solidarité avec les pauvres est bien plus éloquent que mille beaux slogans.

Que par l’inspiration de Marie, Modèle de justice, nous décidions de prendre des risques, quoi que cela coûte, pour devenir ainsi des témoins de vérité et de justice en nous donnant honnêtement et totalement à la mission que le Seigneur nous a confiée. Que la célébration de nos 150 ans soit un point de départ pour un engagement renouvelé dans un style de vie simple comme l’était celui de nos pionniers, plein d’espérance et de confiance en la présence permanente du Seigneur.



Dec 16 2020
JPIC witness 

by Wilfried Gepts, cicm (Texte français en bas)
 
This summer I will celebrate my 82nd birthday. So, you can understand why presently my JPIC engagements are minimal. I consider our CICM priorities, JPIC-IRD (Justice, Peace and Integrity of Creation – Interreligious Dialogue, as the two glasses of my spectacles. This particular focus allows me to watch the world selectively, including the town where I live (Lier), near Antwerp. My JPIC-IRD specs help me avoid to get lost under the daily stream of information and many challenges.
Till last year, I was a member of the Antwerp Diocesan JPIC Committee. I kept my seat warm until our confrere Ghislain Toussé was ready to take over from me. He is also joining the BNL JPIC Working Group, where I continue to participate actively.
I gladly follow the campaigns and activities of ORBIT, where refugees and migrants feel at home. In view of the elections in Belgium (National and European), ORBIT issued its advice which I helped spreading and discussing, right and left. I also attend ORBIT’s formation sessions to keep me informed on refugee policies. Nowadays, we can no longer afford not to keep in touch with the developments in society; for example, I have been reading Yuval Noah Harari’s Trilogy (Sapiens, Homo Deus, 21 Lessons for the 21st Century). An eye-opener!
 
In principle, I use public transportation and, if need be, I practice car-sharing. Recently on a rainy day, I joined one of the climate marches in Brussels (70,000 attended). One lady was holding a sign: “I must come along, my daughters insisted!”
 
Here in town, I am a member of the local Amnesty Group. We regularly organize open “Amnesty letter writing” evenings, old fashioned, indeed, but still effective. During the yearly Human Rights Week, we invite the public to participate in a letter-writing marathon. At the service of schools and city guides, I composed a Human Rights Walk in Lier. One of our Amnesty Group also coordinates the local “World Council” (including Fair Trade Shop, minority groups, etc.).
 
I belong to the MOWE-Lier fan club: volunteers who help newly arrived asylum seekers and migrants for housing and other necessities; offering them coaching courses, etc. Last year, I assisted in the conversation group. On Sun- days, I attend Mass and other celebrations at De Brug (the Bridge).
 
During Lent, a Protestant scholar took care of the thematic celebrations. On another occasion, an imam delivered the “homily”. Repeatedly, I was asked to join the group of celebrants, but I refused leaving room for younger people. As a result, a young pastoral worker is sometimes leading the celebration.
 
At the previous BNL Encounter Days (September 2018), we were challenged to practice our faith in times of secularization. So, I am trying to reformulate and live my “secular” faith. The first “secular believer”, I presume, was Jesus himself as the Gospel of John let him say: “Believe me, woman, the hour is coming when you will worship the Father neither on this mountain nor in Jerusalem. God is Spirit, and those who worship him must worship in Spirit and truth” (Jn 4:21.24).
 
Fortunately, life is about more than CICM priorities. There are confreres, family, friends, and neighbors, birthdays and funerals, unexpected encounters. There is a small talk, fantasy, humor, laughing, and leisure, cooking and doing the dishes, walking and reading. ■
 ====================================================
Témoin de JPIC

par  Wilfried Gepts, cicm

Cet été, je vais fêter mes 82 ans de naissance. Vous pouvez donc comprendre pourquoi, pour le mo- ment, mes engagements avec JPIC sont minimes. Je considère nos priorités CICM, JPIC-DIR (Justice, Paix et Intégrité de la Création – Dialogue Interreligieux), comme les deux verres de mes lunettes. Cette attention particulière me permet de regarder le monde de manière sélective, y compris la ville où j’habite (Lier), près d’Anvers. Mes lunettes JPIC-DIR m’aident à ne pas me perdre dans le flot d’informations et de nombreux défis quotidiens.

Jusque l’année dernière, j’étais membre de la Commission JPIC du Diocèse d’Anvers. J’ai gardé ma place jusqu’à ce que notre confrère Ghislain Toussé prenne la relève. Il est aussi devenu membre du groupe de travail JPIC de BNL, dont je continue de participer activement aux activités.

Je suis heureux de suivre les campagnes et les activités d’ORBIT, où les réfugiés et les migrants se sentent chez eux. En vue des élections en Belgique (nationales et européennes), ORBIT a émis son point de vue que j’ai aidé à diffuser et à discuter, à gauche et à droite. J’ai également assisté aux sessions de formation d’ORBIT pour me tenir au courant des politiques relatives aux réfugiés. De nos jours, nous ne pouvons plus nous per- mettre de ne pas rester en contact avec les développements ayant lieu dans la société ; par exemple, je li- sais la trilogie de Yuval Noah Harari (Sapiens, Homo Deus, 21 leçons pour le 21e siècle). Un signe révélateur !

En principe, j’utilise le transport public et, si nécessaire, je pratique le covoiturage. Récemment, un jour de pluie, j’ai participé à l’une des marches sur le climat à Bruxelles (70.000 personnes y ont participé). Une dame tenait une pancarte : “Je dois venir avec vous, insistaient mes filles !”

Ici, en ville, je suis membre du groupe local d’Amnesty. Nous organisons régulièrement des soirées de « rédaction de lettres d’Amnesty », une manière démodée, certes, mais toujours   efficace.   Lors   de   la semaine des droits de l’homme durant l’année, nous invitons le public à participer à un marathon de rédaction de lettres. Au service des écoles et des guides de la ville, j’ai organisé une marche des droits de l’homme à Lier. Un membre de notre groupe Amnesty coordonne également le « Conseil mondial » local (y compris l’atelier sur le commerce équitable, les groupes minoritaires, etc.).

Je fais partie d’un fan club, le MOWE-Lier : des bénévoles qui ai- dent les demandeurs d’asile et les migrants nouvellement arrivés à trouver un logement et d’autres nécessités, en leur donnant des cours de coaching, etc. L’année dernière, j’ai participé au groupe de conversation. Le dimanche, je participe à la messe et à d’autres célébrations à de Brug (le pont).

Pendant le carême, un érudit protestant s’est occupé des célébrations thématiques. À une autre occasion, un Imam a prononcé « l’homélie ». À plusieurs reprises, on m’a demandé de rejoindre le groupe des célébrants, mais j’ai refusé, afin de laisser de la place aux plus jeunes. Ain- si, un jeune ouvrier pastoral dirige parfois la célébration.

Lors des précédentes journées de rencontres de BNL (septembre 2018), nous avions été mis au défi de pratiquer notre foi en ce temps de sécularisation. J’essaie donc de reformuler et de vivre ma foi «séculière». Je suppose que le premier « croyant séculier» était Jésus lui- même, comme l’Évangile de Jean le laisse dire: «Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père. Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer » (Jn 4,21.24).

Heureusement, la vie est plus que les priorités CICM. Il y a des con- frères, des familles, des amis et des voisins, des anniversaires et des funérailles, des rencontres inattendues. Il y a une petite causerie, une fantaisie, un humour, un rire et le loisir, la cuisine et la vaisselle, la marche et la lecture. ■
clip_image002.PNG

Struggle for places - Class struggle ( Texte français en bas du texte en angalis)

The use of a cookie is a must-have for the quest to be a favorite of all serviced offerings. The accessibility of these services and the use of the service involves the use of the cookie