icon vimeofacebook
On the frontline

On the frontline (4)

Feb 02 2021
Saint Louis University (1911-2011):
A centennial legacy of educational mission ad extra By Jessie M. Hechanova (texte français en bas)

Introduction

In his monumental circular The Immaculate Heart Missions: A centennial (1862-1962) commemorating the centenary of the CICM, Superior General Omer Degrijse sees the Philippine missions as integral to the one hundred years of the CICM. He further generously notes that in the Philippines “the crowning achievement in the field of school apostolate is Saint Louis University in Baguio.” Thus, in the history of the CICM missions in the Philippines, Saint Louis University (SLU) is truly one important contribution of the CICM to the growth of the people of Cordilleras in the area of providing quality education and Christian human formation.

Historical significance

The pioneer CICM missionaries in the Philippines started and complemented their work of evangelization through education. Their main mission strategy, upon their arrival in the Mountain regions of the Cordilleras in Northern Philippines in 1907, was to build churches and open schools in the indigenous communities they engaged themselves in. Their guiding principle was “a mission to transform.” Meaning to say, the CICM presence was essentially a transformative one. Changing the society’s values according to the Gospel principles was the CICM way, which was accomplished more systematically through education.

Called to conversion, the CICM missionaries constantly applied themselves to the process of improving their lifestyles relative to the needs of their communities, thus making themselves effective witnesses to the Gospel. School apostolate was one invaluable missionary milieu of integral transformation that CICM missionaries long recognized. SLU as a CICM institution maintains that missionary legacy.

The legacy of SLU as a CICM school can be best appreciated when measured against the backdrop of a remarkable century of missionary service to the people of the Mountain regions in Northern Philippines. That is, for the past one hundred years it has played a vital role in the socio- cultural development and Christian formation of the people of the Cordilleras.

Originally founded as a small mission school in 1911 by the humble pastor of Baguio, Fr Séraphin Devesse, and eventually established as a college by Bishop William Brasseur and Raphael Desmedt in 1952, and thereafter expanded and elevated into a university beginning in 1963 with competent CICM rectors and presidents – SLU since then has evolved into an important center of education in the Philippines today.

SLU today

In carrying out the mission to transform society through education as shown by the early CICM missionaries, SLU today continues to revitalize its missionary calling by expanding its institutional reach through academic programs of international standards.

SLU is the premier higher education institution of the CICM in the Philippines. It is the largest university north of the Philippines’ capital and one of the largest in the country. SLU has an average student population of 27,000 in the tertiary level spread among its four main campuses, which are well situated in its present 12- hectare total land area. SLU has a proven record of academic excellence with school programs getting the highest level of accreditation in the country. Benchmarked against the international standard of research and teaching quality, SLU is recently ranked among the top 200 Asian universities by the QS (Quacquarelli Symonds) World University Rankings.

The multicultural and international character of SLU as a CICM institution of higher learning, for which it has consistently received positive rankings, is essentially in keeping with the CICM orientation of mission at extra. Education achieved along the lines of mission ad extra redefines the way society understands and does education today. That is, the mission of education ad extra as envisioned and implemented by CICM schools like SLU can provide a new paradigm for making education finally work for the common good.

The attainment of the common good is in principle a task ad extra. It involves, first and foremost, a general grasp of what it means to live in mutual respect for one another. It also means the willingness to transcend one’s own interests and thus to be solicitous of the other’s welfare. Mission ad extra is a social orientation to reach out to the other who is in need. That is Catholicity at work ! In an educational perspective ,it implies designing other pedagogical tools, which are universal and inclusive enough to make learning meaningful to every student. SLU, fairly put, has been working towards that direction.

Indeed, SLU endeavors to provide an inclusive academic environment, where students coming from different cultural backgrounds, foreign countries, and diverse religious beliefs, can meaningfully interact with and learn from one another.

The university also continues to attract students and scholars from around the world. The presence of such diverse ethnic and social groups in the campus certainly makes SLU an enduring mission area for the CICM to preach the Good News!

Hence, from the present individualist, consumerist, and exclusivist paradigm of education in society, a missionary education like that offered by SLU’s can radically bring about a Gospel-inspired education in social justice, human rights, and environment preservation towards a sustainable future.

Aside from the outstanding academic training offered by SLU to the people of the Cordilleras, it has also seriously taken into account its pastoral responsibility as a missionary higher education institution. Following its CICM identity, SLU is commissioned by the CICM, by the Church, and by God to be an instrument and source of hope for the marginalized sectors of society.That is, since SLU advances an education from a Christian perspective, it is incumbent upon its teaching function to lead the way towards the building of the Kingdom of God in the midst of the poor.

Thus, dedicated to the promotion of the wellbeing of the most vulnerable members of society, SLU as a CICM university has several pastoral institutes as auxiliary offices to the office of the president. That is, faithful to the CICM time- honored mandate “to care for the abandoned children,” SLU has, among others: 1) the Sunflower Children’s Center, which gives psycho-therapeutic intervention and psychological assessment to children with special needs; 2) the SLU Sunflower Centennial Halfway Home for Boys, which provides a protective refuge for boys who are victims of abuse or neglect; and, 3) the Institute for Inclusive Education Foundation, which attends to learners with visual impairment.

SLU tomorrow

SLU - the landmark educational institution of the CICM missions in the Philippines as the “Light of the North” and tasked with a mission to transform society - will continue to be a specialized apostolate of the CICM. For it promotes the primary missionary goal of evangelization to the local students as well as to the international students of every culture through inclusive education.
That makes school apostolate a mission priority for the CICM, since evangelization and education are inextricably inseparable. That is, education from a Christian and missionary perspective implies the effective proclamation of the Gospel of Jesus Christ to an evolving society, that is, outside geographical and cultural boundaries.

Accordingly education aims at the integral growth of society into the makings of the Kingdom of God in our midst, where every human person is included and allowed to experience the fullness of life. In other words, CICM education at SLU is ultimately soteriological in that it is concerned with the attainment of salvation through the unity of evangelization and education.

Conclusion

True to the CICM calling of conversion, SLU today must take to heart its own institutional life of conversion as a necessary condition of transformation. Transformation at all fronts is by and large a function of conversion, of that change of heart, that purifies the old habits of self-righteousness and indifference to new things.

In short, at the core of SLU’s transformation is a spirit of renewal that animates it to transform itself and the society it is called to serve. To reiterate: Before SLU can ever dream of transforming the society around it, it has the concurrent task to transform itself so that it can become indeed an instrument of transformation for others.

Beyond statistics, a century of SLU’s sustained missionary presence necessarily bears witness to the significant impact it has made on the improvement of the people of the Cordilleras.
It has given them a different way of life that is inspired by the life and message of Jesus Christ. It has taught them compassion and service to society. Finally, it has molded the youth who are entrusted to its care for a holistic human formation according to the values of the Gospel.
The CICM was founded 150 years ago primarily to preach the good news, to establish Christian communities and to take care of the abandoned children and the marginalized. SLU today as a CICM university preserves this CICM mission ad-extra by providing quality education that includes rather than excludes. Joining all other CICM pastoral entities around the world in celebrating the 150th foundation anniversary of the congregation , SLU renews its commitment to be faithful to the Lord Jesus Christ, the first missionary and teacher, who commands his disciples : “As the Father has sent me, so I send you,” (John 20: 21).
===================================

Saint Louis University (1911-2011) Cent ans de mission ad extra dans l’enseignement: un héritage

I
NTRODUCTION

Dans sa remarquable circulaire Les missions du Cœur Immaculé de Marie: Un centenaire (1862-1962) pour commémorer le centenaire de CICM, le supérieur général Omer Degryse décrit les Missions aux Philippines comme une partie intégrante des cent ans de la congrégation CICM. En plus, il affirme qu’aux Philippines la “Saint Louis University à Baguio est le couronnement de l’apostolat scolaire”. Dans l’histoire de la mission CICM aux Philippines, Saint Louis University (SLU) est vraiment une importante contribution de CICM au développement du peuple des Cordillères pour ce qui concerne un enseignement de qualité et une formation humaine chrétienne.

IMPORTANCE HISTORIQUE

Les pionniers CICM aux Philippines ont commencé et complété leur travail d’évangélisation par le biais de l’enseignement. Quand ils sont arrivés dans les régions montagneuses des Philippines en 1907, leur principale stratégie missionnaire consistait à construire des églises et à ouvrir des écoles dans les communautés locales qu’ils desservaient. Leur principe directeur était “une mission pour transformer”. Cela veut dire que la présence CICM envisageait surtout une transformation. CICM voulait changer systématiquement, par le biais de l’enseignement, les valeurs de la société pour qu’elles soient conformes aux principes de l’Évangile.


Appelés à la conversion, les missionnaires CICM se sont constamment efforcés d’améliorer leurs modes de vie en fonction des besoins de leurs communautés, pour devenir ainsi des témoins efficaces de l’Évangile. Les missionnaires CICM ont toujours considéré l’apostolat scolaire comme un important lieu missionnaire de transformation intégrale. SLU en tant qu’institution CICM et est devenue une université au début de 1963 avec des recteurs et des présidents CICM compétents. Depuis lors SLU a continué à évoluer en un important centre d’éducation aux Philippines.

SLU AUJOURDHUI

Pour accomplir sa mission de transformer la société par le biais de l’enseignement comme l’ont fait les premiers missionnaires CICM, SLU continue à revitaliser sa vocation missionnaire en étendant son influence institutionnelle à l’aide de programmes académiques aux normes internationales.

SLU est la première institution d’enseignement supérieur CICM aux Philippines. C’est la plus grande université au nord de la capitale des Philippines et une des plus grandes du pays. SLU compte environ 27.000 étudiants pour l’enseignement supérieur dans ses quatre principaux campus, qui sont très bien situés sur son terrain de douze hectares. SLU fait preuve d’une excellence académique indubitable avec entretient cet missionnaire.

Héritage

L’héritage de SLU comme école CICM peut être apprécié à sa juste valeur quand elle est vue dans le contexte d’un remarquable siècle de service missionnaire à la population des régions montagneuses du nord des Philippines. Pendant les cent dernières années, elle a joué un rôle essentiel dans le développement socioculturel et la formation chrétienne des peuples de la Cordillère.

Fondée comme une petite école de mission en 1911 par le Père Séraphin Devesse, l’humble curé de Baguio, et établie comme collège par Mgr William Brasseur et Raphaël Desmedt en 1952, elle a grandi des programmes pédagogiques qui reçoivent le meilleur degré d’accréditation du pays. Évaluée selon les normes internationales pour la qualité de la recherche et de l’enseignement, SLU compte parmi les deux cents meilleures universités d’Asie d’après le QS (Quacquarelli Symonds) World University Rankings.

Le caractère multiculturel et international de SLU comme établissement d’enseignement supérieur de CICM, pour lequel il a toujours été apprécié, est essentiellement en accord avec l’orientation ad extra de CICM. L’enseignement offert selon les critères de la mission ad extra modifie les méthodes que la société emploie aujourd’hui pour définir et assurer l’éducation. La mission de l’enseignement ad extra envisagé et appliqué par les écoles CICM comme SLU peut offrir un nouveau paradigme pour que l’éducation vise enfin le bien commun.

Poursuivre le bien commun est en fait un devoir ad extra. Il suppose, d’abord et avant tout, une compréhension globale de ce que signifie vivre dans le respect mutuel. Il implique aussi la volonté de transcender ses propres intérêts et par conséquent de se soucier du bien-être de l’autre. La mission ad extra est une orientation sociale pour aller vers l’autre qui est dans le besoin. C’est la catholicité en action! Dans une perspective pédagogique, elle implique l’élaboration d’autres outils pédagogiques, suffisamment universels et inclusifs, pour que les études soient intéressantes pour tous les étudiants. On peut dire que SLU a toujours fonctionné en vue de cet objectif.

En effet, SLU s’efforce d’assurer un environnement académique global, où les étudiants de différents milieux culturels, de divers pays étrangers et de diverses croyances religieuses peuvent entrer en dialogue et apprendre les uns des autres. L’université continue aussi à attirer des étudiants et des experts du monde entier. La présence de ces différents groupes ethniques et sociaux dans le campus transforme SLU en un centre de mission permanent où CICM peut prêcher la Bonne Nouvelle!

Ainsi, en partant de l’actuel paradigme pédagogique individualiste, consumériste et exclusiviste de la société, un enseignement missionnaire comme celui assuré par SLU peut susciter une éducation d’inspiration évangélique pour ce qui concerne la justice sociale, les droits de l’homme et la préservation de l’environnement en vue d’un avenir viable.

En plus de l’excellente formation académique que SLU offre à la population de la Cordillère, elle n’a pas manqué d’assumer sa responsabilité pastorale en tant qu’établissement missionnaire d’enseignement supérieur. Fidèle à son identité CICM, SLU est mandatée par CICM, par l’Église et par Dieu pour être un instrument et une source d’espoir pour les secteurs marginalisés de la société. Puisque SLU offre une éducation ayant une perspective chrétienne, il incombe à sa mission pédagogique d’ouvrir la voie vers la construction du Royaume de Dieu parmi les pauvres.

Dédiée à la promotion du bien-être des membres les plus vulnérables de la société, SLU en tant qu’université CICM dispose de plusieurs instituts de pastorale qui fonctionnent comme instances auxiliaires du bureau du président. Fidèle à son mandat CICM ratifié de “s’occuper des enfants abandonnés”, SLU a, entre autres: 1) le Sunflower Children’s Center, qui offre une aide psychothérapeutique et une évaluation psychologique pour des enfants ayant des besoins spéciaux; 2) le SLU Sunflower Centennial Halfway Home for Boys, qui offre un refuge protecteur à des garçons victimes d’abus ou de négligence, et, 3) l’Institute for Inclusive Education Foundation, qui s’occupe des étudiants souffrant de déficiences visuelles.

SLU DEMAIN

SLU – un remarquable institut d’enseignement de CICM aux Philippines qui, comme la “Lumière du Nord”, est chargé de la mission de transformer la société – veut continuer à être un apostolat spécialisé de CICM. Grâce à un enseignement inclusif elle soutient le principal objectif missionnaire de l’évangélisation au service des étudiants autochtones et des étudiants étrangers de toutes les cultures. L’apostolat scolaire est donc une priorité missionnaire pour CICM, puisque l’évangélisation et l’éducation sont inextricables, inséparables. L’enseignement dans une perspective chrétienne et missionnaire implique la proclamation efficace de l’Évangile de Jésus- Christ dans une société en pleine évolution, au-delà des limites géographiques et culturelles.

Par conséquent, vu à la lumière du message salvifique du Seigneur, l’enseignement vise à la croissance intégrale de la société en vue de la réalisation du Royaume de Dieu parmi nous, où chaque être humain est accepté et peut profiter de la plénitude de vie. En d’autres mots, l’enseignement CICM à SLU est finalement sotériologique puisqu’il veut réaliser le salut en harmonisant l’évangélisation et l’enseignement.



CONCLUSION

Fidèle à la vocation CICM de conversion, SLU doit prendre à cœur sa propre conversion institutionnelle comme une condition indispensable pour la transformation. La transformation globale est en fait une tâche de conversion, de changement du cœur, qui purifie les anciennes habitudes d’autosatisfaction et d’indifférence aux choses nouvelles. Bref, au cœur de la transformation de SLU il y a un esprit de renouvellement qui l’anime pour se transformer elle-même ainsi que la société qu’elle est appelée à servir. Je le répète: avant que SLU puisse rêver de transformer la société autour d’elle il lui incombe le devoir concomitant de se transformer pour devenir vraiment un instrument de transformation pour les autres.

En plus des statistiques, la présence missionnaire soutenue de SLU pendant un siècle témoigne inévitablement de l’important impact qu’elle a eu pour le développement des peuples de la Cordillère. Elle leur a donné un autre mode devie qui est inspiré par la vie et le message de Jésus-Christ. Elle leur a enseigné la compassion et le service à la société. Enfin, elle a façonné la jeunesse qui est confiée à ses soins en vue d’une formation humaine holistique selon les valeurs de l’évangile.

CICM a été fondée il y a cent cinquante ans avant tout pour prêcher la bonne nouvelle, pour établir des communautés chrétiennes et prendre soin des enfants abandonnés et des marginaux. Aujourd’hui, SLU en tant qu’université CICM entretient cette mission CICM ad extra en offrant une éducation de qualité qui inclut au lieu d’exclure. Elle s’unit à toutes les autres entités pastorales de CICM à travers le monde pour célébrer le cent cinquantième anniversaire de la fondation de la congrégation, et elle renouvelle son engagement d’être fidèle au Seigneur Jésus Christ, le premier missionnaire et maître, qui dit à ses disciples: “Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie” (Jean 20: 21)





Jan 11 2021
By Father Herman De Vriendt, cicm (Texte en français en bas)

Since I arrived in Senegal in November 1986, I felt that to be at ease “in my Father’s house” (the Church and Senegalese society), I should learn the Wolof language, otherwise I would stay in front the door of this ‘house’. Relying on Article 13.2 of our Constitutions that says “Integration requires that we know the language of the people we serve”, Together with confreres we looked for a suitable teacher and we found one at the Center for Applied Linguistics of Dakar (Dakar University), in the person of Jean Leopold Diouf, a researcher in Wolof. He helped me in my infancy to become a highly qualified expert.

 Wolof is the first national language of Senegal. Despite the fact that only 40% of the population is ethnic Wolof, 85% of the population speaks that language.

 After working two of us, I and Mr. Diouf, we saw that a group of ‘ Wolof secretaries’, could increase the productivity of the work. Thus in December 1990, we founded together with some youth of the parish of Diamaguène a working group. Mr. Diouf trained them in Wolof, a language they spoke well, but they could neither write nor describe it, meaning to say they could not explain its language structures.

Shortly after that, this working group was named Diisoo Wolof Project (PWD). ‘Diisoo is a Wolof word meaning “dialogue” we wanted to work consulting one another regularly.

That I may feel at ease “in my Father’s house” is a strong motivation to learn the language of the people to whom I am sent. But more important than my feeling is the people who welcomed me, especially the “little” people, those who have not had the chance to study and learn other languages. Thus the motto of our Wolof Project has become “ SO THAT THE LITTLE ONES MAY UNDERSTAND".

 In view to respect the cultural heritage of the Senegalese people, the Diisoo Wolof project from the beginning of its existence (1990), has endeavored to promote the language by translating texts in Wolof. So it was an opportunity for Senegalese people to read and learn not from a foreign language but through a language that is specific to the local people.

 With Pope John Paul II in his speech at the UN General Assembly to commemorate the 50th anniversary of its founding (October 5, 1995), we read: “Each nation has a ‘fundamental right to exist’, to ‘keep its own language and culture, by which a people expresses and defends what I would call his’ spiritual sovereignty’. “

 With the group Wolof Project, we have worked and are still working on the translation and revision (retranslation 43 and rewriting in the spelling recognized by an official decree) of the biblical, liturgical, catechetical and pastoral texts. Previous missionaries had done a remarkable job. But the language evolves, therefore the need for a revision of the texts. In addition, catechetical and pastoral challenges of today are not those of thirty years ago.

 After some years of existence, we also committed ourselves to training Women in several literacy centers. This is to reach out to young women who had not had the opportunity to go to school regularly. “In search of the little ones, so that they may understand!" 

 Following the previous steps, the Wolof Project has organized for years basic courses for foreigners: missionaries and development workers take in our centers a basic course of three months (December, January and February).

 We notice that requests sent to Diisoo Wolof Project for intervention (oral or written) are increasing from year to year. Since four years ago the Apostolic Nuncio has requested us, on behalf of the Pontifical Council for Interreligious Dialogue, to translate the message to the Muslims for the end of Ramadan. We are asked to prepare liturgical texts on the occasion of ecclesial events, diocesan or national (pilgrimage, ordinations, jubilee etc.).

 For presidential elections (February 26, 2012) several translation requests have arrived on our desk: the message to the nation on the occasion of New Year by the Archbishop of Dakar, Cardinal Theodore Adrien Sarr, the message of the Bishops Conference and interventions of the diocesan Commission for Justice and Peace to support Senegalese citizens in preparing for these elections.

 And for three and a half years, the Diisoo Wolof Project, has embarked on TV shows. We, a group of ten people, broadcast twice a month (the second and fourth Sunday) a TV program of 55 minutes under the name “Laudemus Dominum” on RDV channel (= Dunyaa Radio Vision), entirely in Wolof.

 This program is designed entirely in Wolof, prepared and conducted by Project: we write the script, distribute to the various presenters and rehearse with them, we do the recording, editing, movie rendering and DVD burning , which eventually is given to the RDV radio and television as a finished products. We operate as an “external production house.”

 Note also that although the spoken Wolof is pervasive in society, the written language is not. That’s why our programs are accompanied with subtitles in Wolof: a kind of large-scale literacy.

 Besides the choice of the form (the Wolof as language of communication), our program ‘Laudemus Dominum’ also wants to promote the cause of justice and peace through its content. This content is divided into three parts. In the first part, we present a word of the Sunday liturgy (2nd reading, which is not always developed in the homilies).

 In the second part, we explain the social doctrine from Pope Benedict XVI’s encyclical “Caritas in veritate ‘, where he defends the poor, condemns unlimited capitalism, and advocates for environmental protection to safeguard our planet ‘Earth’. In the third part, entitled “Demb ak Tey” (meaning in Wolof for “Yesterday and Today”), we present recent or present events in the news. Besides the events of the local church, this part gives us the opportunity to present several programs such as “Africae Munus,” there is also the Post-Synodal Exhortation on the Church in Africa.

 Does our message reach the “little ones? Quite Difficult to assess with sophisticated polls like in Europe. But word of mouth, we learn something regularly. As an example.

 During a yearly reporting training session of Catholic journalists in Ziguinchor (Casamance - Senegal), the participants were sent to a village in the bush. Suddenly, a village woman recognized one of our news reporters at ‘Laudemus Dominum’ in Wolof, and called her friends. In an 45 instant our reporter was surrounded by a group of women, who began to sing in Wolof: “RDV ko moo yor,” which means: “Radio Dunyaa Vision is leading.” The reason for this fame was the exclusive use of Wolof.

 Leaving the Police station for Foreigners, where I had my residence permit renewed for 2011, a woman recognized me and said: “Sir, I recognize you: it is you who are doing TV and radio programs in Wolof. I am Muslim, but that does not stop me from watching your Catholic programs on TV".

 According to Cicm our constitutions, we are dedicated to the Incarnate Word. Article 12 mentions the letter to the Philippians 2, 6-7: “Jesus Christ emptied himself, taking the form of a slave, coming in human likeness “: He came so that we may understand. The Language is the royal door to enter “the house of our Father” and meet the people to whom we are sent, especially the little ones.

« Afin que les petits comprennent »


Dès mon arrivée au Sénégal en novembre 1986, j’ai senti que, pour être à mon aise « dans la maison de mon Père » (l’Eglise et la société sénégalaise), je devrais bien apprendre la langue Wolof, sinon je resterais devant la porte de cette ‘maison. M’appuyant sur l’article 13.2 de nos Constitutions qui dit «L’intégration exige que nous connaissons la langue de ceux au service desquels nous nous sommes mis », j”ai cherché ensemble avec les confrères un professeur. Nous l’avons trouvé au Centre de LinguistiqueAppliquée de Dakar (Université de Dakar), dans la personne de Monsieur Jean Léopold Diouf, chercheur en Wolof. Il m’a aidé dans mes premiers balbutiements jusqu’à devenir notre expert attitré.

Le Wolof est la première langue nationale du Sénégal. Malgré le fait que seulement 40 % de la population est de l’ethnie wolof, au moins 85 % de la population parle cette langue.

Après avoir travaillé à deux, moi même et Monsieur Diouf, nous avons vu qu’un groupe de secrétaires’ Wolof, pourrait augmenter le rendement du travail. C’est ainsi qu’en décembre 1990, nous avons fondé ensemble avec quelques jeunes de la paroisse de Diamaguène un groupe de travail. Monsieur Diouf les a ‘alphabétisés en Wolof, langue qu’ils parlaient bien mais qu’ils ne savaient ni écrire ni décrire c.-à-d. en expliquer ses structures linguistiques.

Peu après ce groupe de travail a reçu le nom de Projet Wolof Diisoo (PWD). ‘Diisoo’ est un mot Wolof qui veut dire « concerter, concertation » : nous voudrions travailler en nous concertant régulièrement.

Que je me sente à mon aise dans la maison de mon Père » est une motivation forte pour apprendre la langue du peuple vers lequel je suis envoyé. Mais plus important que mon sentiment est le peuple qui m’accueille, surtout les petits’, ceux qui n’ont pas eu la chance d’étudier et d’apprendre d’autres langues. C’est ainsi que la devise de notre Projet Wolof est devenue « Afin que les petits comprennent ! ».

Dans le respect pour le patrimoine culturel du peuple sénégalais, le Projet Wolof Diisoo, dès le début de son existence (1990), s’est attelé à la promotion de cette langue par la traduction des textes en Wolof. Ainsi il a donné l’occasion aux sénégalais de lire et de se conscientiser non à partir d’une langue étrangère mais par le biais d’une langue qui est propre au terroir.

Avec le Pape Jean-Paul II dans son discours à l’Assemblée générale des Nations Unies pour la célébration du 50ème anniversaire de sa fondation (5 octobre 1995), nous disons : « La nation possède un ‘droit fondamental à l’existence’, à ‘garder sa propre langue et sa culture, par lesquelles un peuple exprime et défend ce que j’appellerai sa ‘souveraineté spirituelle’. »

Avec le groupe du Projet Wolof, nous avons travaillé et travaillons encore à la traduction et la révision (retraduction et réécriture dans l’orthographe reconnu par un décret officiel) des textes bibliques, liturgiques, catéchétiques et pastoraux. Les anciens missionnaires avaient fait un travail remarquable. Mais la langue évolue. De là la nécessité d’une refonte des textes. En plus, les défis pastoraux et catéchétiques d’aujourd’hui ne sont plus ceux d’il y a trente ans.

Après quelques années d’existence, nous nous sommes engagés aussi dans l’alphabétisation dans plusieurs centres de Formation Féminine. Ceci pour aller à la rencontre des jeunes femmes qui n’avaient pas eu l’occasion d’aller régulièrement à l’école. « À la recherche des petites, afin qu’elles comprennent ! »

Dans la même lancée, le Projet Wolof a organisé depuis des années des cours de base de Wolof pour étrangers : des missionnaires et des coopérants y suivent un cours de base de trois mois (décembre, janvier et février).

Nous constatons que les sollicitations auprès du Projet Wolof Diisoo pour une intervention (orale ou écrite) augmentent d’année en année. Depuis quatre ans, la Nonciature Apostolique nous demande, au nom du ConseilPontifical pour le dialogue interreligieux, de traduire le Message aux Musulmans pour la fin du Ramadan. Nous sommes sollicités pour la préparation des textes liturgiques à l’occasion des événements ecclésiaux diocésains ou nationaux (pèlerinage, ordinations, jubilé etc.). En vue des Élections présidentielles (26 février 2012) plusieurs demandes de traduction sont arrivées sur notre bureau : le message à la Nation à l’occasion de Nouvel An de l'archevêque de Dakar, le Cardinal Théodore Adrien Sarr, le message de la Conférence Épiscopale et des interventions de la Commission Épiscopale de Justice et Paix pour accompagner les citoyens sénégalais dans la préparation de ces élections.

Et depuis trois ans et demi, le Projet Wolof Diisoo, s’est lancé dans des émissions télévisées. Nous, un groupe de dix personnes, assurons deux fois par mois (le deuxième et le quatrième dimanche) une émission de 55 minutes, sous le nom de « Laudemus Dominum », à la RDV (= Radio Dunyaa Vision), entièrement en Wolof.

Cette émission en Wolof est intégralement conçue, préparée et réalisée par le Projet : rédiger les textes, les distribuer aux différents présentateurs et présentatrices et les répéter avec eux ; l’enregistrement, le montage, le rendu en film et la gravure d’un DVD, qui, finalement, est déposé à la Radiotélévision RDV comme un produit fini. Nous fonctionnons comme une « maison de production extérieure ».

Signalons également que bien que le Wolof parlé est omniprésent dans la société, la langue écrite ne l’est pas. C’est pourquoi nos émissions sont accompagnées des sous-titrages en Wolof : une sorte d’alphabétisation à grande échelle.

A côté du choix de la forme (le Wolof comme langue de communication), notre émission ‘Laudemus Dominum’ veut aussi promouvoir la cause de la justice et de la paix par son contenu. Ce contenu se répartit en trois volets. Dans la première partie, nous présentons une Parole de la liturgie dominicale (2‘mG lecture, qui n’est pas toujours développée dans les homélies).

Dans la deuxième partie, nous expliquons la doctrine sociale partir de l’encyclique de Benoît XVI ‘Caritas in veritate’, où il prend la défense des pauvres, accuse le capitalisme illimité, et plaide pour le respect de l’environnement afin de sauvegarder notre planète ‘Terre’.

Dans la troisième partie, sous le titre « Démb ak tey » (pour dire en Wolof pour « Hier et aujourd’hui »), nous présentons une actualité, juste passée ou à venir. A côté des événements de l’Église locale, cette partie nous donne l’opportunité de présenter dans plusieurs émissions par exemple «Africae Munus », l’exhortation post-synodale sur l’Église en Afrique.

Est-ce que notre message atteint « les petits » ? Difficile à évaluer avec des sondages sophistiqués comme en Europe. Mais de bouche en bouche, nous apprenons régulièrement quelque chose. A titre d’exemple.

Lors d’un exercice de reportage pendant la session de formation annuaire des communicateurs catholiques à Ziguinchor (Casamance- Sénégal) participants étaient envoyés dans un village en brousse. Tout à coup, une femme du village reconnaissait une de nos présentatrices de ‘Laudemus Dominum’ en Wolof, et appelait ses copines. Dans un clin d’œil notre présentatrice était entourée d’un groupe de femmes, qui commençaient à chanter en Wolof : « RDV moo ko yor », ce qui veut dire : « Radio Dunyaa Vision est à la tête ». Le pourquoi de cette qualification était l’emploi exclusif du Wolof.

Sortant du Commissariat de la Police des Étrangers, où j’avais renouvelé ma carte de séjour pour 2011, une femme me reconnaît et me dit : « Monsieur, je vous reconnais : c’est vous qui faîtes des émissions en Wolof. Je suis musulmane, mais cela ne m’empêche pas de suivre vos missions catholiques. »

Selon nos Constitutions, nous sommes dédiés au Verbe Incarné. Article 12 cite la lettre aux Philippiens 2, 6 – 7 : « Jésus Christ s’est dépouillé, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes » : il est venu afin que nous comprenions. La langue est la porte royale pour entrer « dans la maison de notre Père » et y rencontrer le peuple vers lequel nous sommes envoyés, surtout les petits.

Par Herman De Vriendt
Dec 16 2020
Vivre en Communauté (English text below)

par Jan Reynebeau, cicm
Jun 16 2014

Celibacy and Natural Family Planning
(Texte français en bas du texte en anglais)

The use of a cookie is a must-have for the quest to be a favorite of all serviced offerings. The accessibility of these services and the use of the service involves the use of the cookie