Print this page

Honoré Lesalia Boinde

Boinde.png

Honoré Lesalia Boinde

(1961-2019)

Né à Bokoro (RDC) le 15 décembre 1961

Premiers vœux le 7 octobre 1984.

Ordonné prêtre le 26 septembre 1993.

Missionnaire au Cameroun et en RD Congo

Décédé à Kinshasa (RDC) le 20 novembre 2019, à l’âge de 57 ans.

Après sa Formation Initiale, la vie missionnaire et religieuse du père Honoré Lesalia peut être résumée en deux étapes.

1993 – 2001 : Expérience missionnaire et religieuse au Cameroun. Il a été : Vicaire à la Paroisse Saint Martin de Batouri, Aumônier diocésain des jeunes du Diocèse de Batouri, Formateur-Économe de la Communauté de Formation CICM de Ngoya (Diocèse d’Obala), et Vicaire général du Diocèse de Batouri.

2001 – 2019 : Expérience missionnaire et religieuse au Congo (KIN): Responsable de la Procure-Magasin, Économe de la Procure-Comptabilité, Représentant légal de la Congrégation au Congo (KIN), vicaire dominical à la Paroisse Saint Kizito de Kingabwa, Président du Conseil d’Administration du Garage de la Mission-Piscine et Saint Raphaël-Building, Membre-Économe de la communauté du Garage de la Mission, Économe provincial adjoint, Économe provincial a.i., Économe de la Maison d’Accueil cicm, Membre de la Commission provinciale des Finances, Président de la Commission provinciale du patrimoine cicm, membre de la Commission ad hoc pour la restructuration de la Procure-Magasin, membre de la Commission ad hoc pour la construction du complexe scolaire Notre-Dame de Fatima.

Le départ de notre confrère, le Père Honoré Lesalia nous a conduits à nous arrêter, à laisser de côté nos vraies et nos fausses urgences, nos préoccupations, et à nous retrouver pour ses obsèques, en raison des liens qui nous unissaient à lui, et du chemin partagé avec lui.

Comme à chaque fois qu’un être proche nous quitte, nous sommes invités à regarder cette vie qui passe. Le départ de toute personne aimée, estimée, nous renvoie immanquablement à tout ce qui a été vécu avec elle, à ce qui patiemment a été construit, tenté, envisagé. Mais le départ d’un frère, d’un ami, de l’aimé, nous renvoie aussi, bien sûr, à notre propre destinée, au sens que nous donnons à notre vie, à la valeur que nous donnons aux êtres, aux lieux et aux choses, à nos propres questions, nos projets et nos échecs, nos liens, nos joies et nos blessures secrètes.

Nous voulons rendre grâce à Dieu et reconnaître les merveilles qu’Il a accomplies par l’intermédiaire de son serviteur, le Père Honoré Lesalia Boinde, cicm, serviteur qu’il a rappelé auprès de Lui le mercredi 20 novembre 2019. Il est vrai que depuis son coma il y a plus d’un mois, le Père Honoré Lesalia se trouvait dans une situation d’un grand malade, ne dépendant que de l’assistance respiratoire sous oxygène; en dépit de cela, personne de nous ne s’attendait à sa mort maintenant. Mais quelle que soit la peine que provoque cette définitive disparition terrestre, chrétiens que nous sommes, nous fixons notre regard sur Celui qui a les paroles de la vie éternelle (cf. Jn 6, 68) ; sur Celui qui est le chemin, la vérité et la vie (cf. Jn 14, 6) ; sur Celui par qui il faut passer pour aller vers le Père (cf. Jn 14, 6), Jésus-Christ.

Le Père Honoré, que nous pleurons et pour qui nous prions, a marqué la vie de l’Église universelle au Cameroun, la vie de la Congrégation ici à Kinshasa et ma vie personnelle. Il était un homme simple, modeste, effacé, qui évitait les conflits mais très efficace dans le travail, un bon gestionnaire des finances.

Le Père Honoré Lesalia a marqué ma vie et je ne l’oublierai jamais. Je l’ai rencontré pour la première fois en 1996 au Cameroun. C’est lui qui était venu nous chercher à l’aéroport de Douala quand nous arrivions au Cameroun pour les études de théologie à Ngoya. J’étais très frappé par l’accueil qu’il nous avait réservé ce jour-là en nous offrant un repas dans un restaurant de luxe. C’est cette année-là qu’il fût nommé Formateur et Économe de la Communauté de Formation de Ngoya. C’était vraiment agréable de l’avoir comme Formateur et Économe. Un confrère très simple et effacé. Il n’avait pas de problèmes avec les étudiants. Il était un bon gestionnaire. C’est avec lui que la Communauté de Formation a eu une comptabilité claire de ses finances. Il avait un esprit de détachement. Cependant, nous avons été surpris d’apprendre que le Père Honoré avait refusé de renouveler son mandat comme Économe de la Communauté de Formation, quand nous savons que c’est un service que les gens adorent et convoitent.

En 2007, quand j’ai été nommé Socius au Noviciat et Formateur au Scopenko, je l’ai trouvé à la Procure-Magasin comme Procureur. Comme au Cameroun, il m’avait réservé un accueil très chaleureux. C’est lui qui m’avait introduit dans la vie de la Province de Kinshasa qui était nouvelle pour moi avec ses sages conseils. A la fin de son mandat à la Procure-Magasin, le Père Honoré n’accepta pas de le prolonger comme ce fût le cas à Ngoya.

Enfin, à partir de 2013, avec ma responsabilité à la tête de la Province, j’ai davantage découvert le Père Honoré Lesalia. Il était vraiment un aîné, soucieux de ses jeunes frères. Il a continué à nous soutenir avec ses sages conseils. Quand vous lui confiez une responsabilité, vous êtes sûr des résultats escomptés. Le Père Honoré Lesalia savait écouter l’autorité et lui obéir. Chaque fois que je sollicitais ses services, il disait toujours : « Père Provincial comme vous l’avez dit, je vais le faire ». Il savait toujours dire merci pour un bienfait reçu. Le Père Honoré, c’est aussi quelqu’un qui a enduré beaucoup d’épreuves mais il ne réagissait jamais. Malgré tous les coups qu’il avait reçus, il est resté silencieux souffrant seul dans son cœur ; la vengeance n’étant pas sa nature.

Ya Honoré, je ne peux pas le croire que tu nous as quittés. Et pourtant, deux mois avant votre décès, vous m’avez confié votre projet d’aller passer votre année sabbatique à Bokoro l’année prochaine (2020). Voilà que Dieu a décidé autrement. Vous allez passer cette année sabbatique avec Dieu que vous avez servi depuis Bokoro.

Merci beaucoup pour tout ce que vous avez été et pour tout ce que vous avez fait pour nous, vos confrères, et pour l’Église. Que là où vous êtes avec le Père, vous continuez de prier pour nous tous. Que les fruits succulents de votre vie retombent en grâces de bénédictions abondantes sur toute notre Congrégation du Cœur Immaculé de Marie en général et sur la Province CICM de Kinshasa en particulier. Que la Vierge Marie, notre Mère et notre Patronne, vous conduise auprès de son Fils où vous rencontrerez tous les autres confrères qui nous ont précédés auprès du Père. Que la terre de nos ancêtres te soit légère. Reposez-vous en paix.

Louis Ngoy Ntimbo




Honoré Lesalia Boinde

(1961-2019)

Born in Bokoro (DRC) on December 15, 1961

First vows on October 7, 1984.

Ordained priest on September 26, 1993.

Missionary in Cameroon and DR Congo

He died in Kinshasa (DRC) on November 20, 2019, at the age of 57.

After his Initial Formation, the missionary and religious life of Father Honoré Lesalia can be summarized in two stages, first in Cameroon then in DR Congo.

1993 - 2001: Missionary and religious experience in Cameroon. He was assistant priest at the Parish of Saint Martin of Batouri, Diocesan Youth Chaplain of the Diocese of Batouri, Formator-Treasurer of the CICM Formation House of Ngoya (Diocese of Obala), and Vicar General of the Diocese of Batouri.

2001 - 2019: Missionary and religious experience in Kinshasa: Head of the Procure-Magasin, Treasurer of the Procure-Accounting Office, Legal Representative of the Congregation in Congo (KIN), assistant priest on Sundays at Saint Kizito Parish in Kingabwa, President of the Board of Directors of Garage de la Mission-Piscine and Saint Raphaël-Building, Member-Treasurer of the community of Garage de la Mission, Assistant Provincial Treasurer, Provincial Treasurer a.i, Treasurer of the Maison d'Accueil ( CICM Guest House), Member of the Provincial Finance Committee, President of the CICM Provincial Heritage Committee, Member of the ad hoc committee for the restructuration of the Procure-Magasin, Member of the ad hoc committee for the construction of the Notre-Dame de Fatima school complex.

The departure of our confrere, Father Honoré Lesalia, led us to stop, to leave aside our real and imagined urgencies, our concerns, in order to meet again for his funeral, because of the ties that united us to him, and the path we shared with him.

As every time a loved one leaves us, we are invited to look at this passing life. The departure of any loved one and esteemed fellow inevitably brings us back to everything that has been lived with him, to what has been patiently built, attempted, and envisaged. But the departure of a brother, a friend, a loved one, also sends us back, of course, to our own destiny, to the meaning we give to our life, to the value we give to beings, places and things, to our own questions, our projects and failures, and to our bonds, our joys and our hidden wounds.

We want to give thanks to God and acknowledge the wonders He has accomplished through His servant, Father Honoré Lesalia Boinde, whom He called back to Him on Wednesday, November 20, 2019. It is true that since he fell into coma more than a month ago, Father Honoré Lesalia had been in a very critical situation, depending only on mechanical ventilator machine, and yet none of us expected his death now. But whatever the pain caused by this definitive earthly departure, as Christians, we fix our gaze on the One who has the words of eternal life (cf. Jn 6:68); on the One who is the way, the truth and the life (cf. Jn 14:6); on the One through whom we must pass in order to go to the Father (cf. Jn 14:6), Jesus Christ.

Father Honoré whom we mourn and for whom we pray has marked the life of the universal Church in Cameroon, the life of the Congregation here in Kinshasa and my personal life. He was a simple, modest, self-effacing man who avoided conflicts but was very efficient in his work and a good financial manager.

Father Honoré Lesalia marked my life and I will never forget him. I first met him in 1996 in Cameroon. He was the one who picked us up at the airport in Douala when we arrived in Cameroon for our theological studies in Ngoya. I was very struck by the welcome he gave us that day when he offered us a meal in a luxury restaurant. That year he was appointed Formator and Treasurer of the Formation Community of Ngoya. It was really nice to have him as Formator and Treasurer. A very simple and self-effacing confrere. He had no difficulty dealing with the students. He was a good manager. It was under his watch that the Formation Community had a clear accounting of its finances. He had a spirit of detachment. However, we were surprised to learn that Father Honoré had refused to renew his term as Treasurer of the Formation Community, although we know that this is a service that one would love and yearn for.

In 2007, when I was appointed Socius at the Novitiate and Formator at the Scopenko, I found him at the Procure-Magasin as Procurator. As in Cameroon, he had given me a very warm welcome. It was he who introduced me to the life of the Province of Kinshasa which was new to me with his wise counsel. At the end of his term in the Procure-Magasin, Father Honoré did not agree to extend it as it was the case in Ngoya.

Finally, from 2013, with my responsibility as head of the Province, I discovered Father Honoré Lesalia more. He was truly an elder, concerned about his younger confreres. He continued to support us with his wise advice. When you entrusted him with a responsibility, you were assured of expected results. Father Honoré Lesalia knew how to listen to authority and obey it. Whenever I requested his services, he always said: "Father Provincial, as you said, I will do it". He always knew how to say thanks for a favor received. Father Honoré is also someone who endured many trials, but he remained relentless. In spite of all the setbacks he suffered, he remained silent and kept all these in his heart; seeking revenge was not in his nature

Ya Honoré, I can't believe you've left us. And yet, two months before your death, you confided to me about your plan to go and spend your sabbatical year in Bokoro next year (2020). Now God has decided otherwise. You're going to spend this sabbatical year with God whom you served since Bokoro.

Thank you very much for all that you have been and for all that you have done for us, your confreres, and for the Church. May you continue to pray for all of us where you are with the Father. May the succulent fruits of your life fall in abundant blessings on our whole Congregation of the Immaculate Heart of Mary in general and on the CICM Province of Kinshasa in particular. May the Virgin Mary, our Mother and Patroness, lead you to her Son where you will meet all the other confreres who have gone before us to the Father. May the land of our ancestors be an eternal abode for you. Rest in peace.

Louis Ngoy Ntimbo



Read 68 times Last modified on Monday, 17 August 2020 10:17
The use of a cookie is a must-have for the quest to be a favorite of all serviced offerings. The accessibility of these services and the use of the service involves the use of the cookie