Contact Us  |  

    Jozef Segers

    Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

    Jozef Segers (1868-1900). Un martyr CICM

    Chang Wen Chao Petrus

    Jozef Segers est né à St Niklaas, Belgique, le 20 octobre 1868. Il prononce ses premiers vœux le 8 septembre 1890. Il est ordonné prêtre le 21 juillet 1895. Il part pour la Mongolie orientale, en Chine, le 17 septembre 1895.

    « En 1898 déjà, les Boxers ont commencé leurs activités en répandant des accusations fausses[1] contre les chrétiens et les missionnaires. Ils entrent en Mongolie orientale vers Pâques 1900 et mènent leur propagande dans les environs de Pakeou. Les chrétiens et les missionnaires prennent leurs précautions. Les orphelins sont mis en sûreté et confiés à des chrétiens. Beaucoup de missionnaires se rendent à Songchoutsoeitse (Songshuzuizi), où ils se préparent à défendre la mission. »[2]

    Jozef Segers séjourne chez les chrétiens à Laohugou. Pendant la journée, il se cache dans les montagnes. Il retourne à sa résidence pour la nuit. Dans la matinée du 12 juillet, les chrétiens constatent qu’environ cinq cents soldats s’approchent de Laohugou. Jozef fuit le village pour la montagne. Le 16 juillet, il part pour Weichang en compagnie de deux chrétiens. En chemin, un groupe d’hommes armés les arrête. Il est amené dans un village. Le lendemain, une enquête est menée et il est jeté dans un donjon.

    Le 21 juillet, il est amené au mandarin de Lan-p'ing-hien où il est emprisonné dans un donjon. Tard dans la soirée du 24 juillet, après enquête, il est condamné à mort. Cinq hommes l’emmènent à l’extérieur de la ville, sur la rive du Lan-ho. Ils l’étranglent très probablement avec une corde et le jettent dans une fosse profonde. Tout en lui jetant de la terre, il tente de se relever. L’un des hommes le frappe avec sa pelle sur le front. La fosse est remplie de terre…

    Six jours plus tard, le mandarin ordonne l’exhumation du corps, et le fait jeter dans la rivière. Certains chrétiens de P'ien-k'iao-tze le découvrent et tentent de lui donner un lieu de repos décent. Son visage est encore très reconnaissable. Tout le corps porte des marques de torture. Le maire païen du village ne permet pas que les chrétiens prennent le corps et en informe le mandarin qui fait jeter le corps dans la rivière une fois de plus. Cette fois, le corps est perdu à jamais, bien que les chrétiens aient quand même essayé de le retrouver.

    La vie missionnaire de notre confrère Jozef Segers a été très courte. Notre Seigneur aimant n’a pas attendu longtemps pour lui accorder une couronne de martyr.

    Puisse sa vie et son martyre nous inspirer à être des missionnaires généreux en montrant le visage aimant de Jésus à nos frères et sœurs.

    André De Bleeker, cicm
    Archiviste général


    [1] Concernant les accusations fausses Dans sa lettre du 19 septembre 1900, adressée au Supérieur général, Adolf Van Hecke, Louis Van Dyck, Supérieur provincial de Mongolie orientale, mentionne que le mandarin de Lan-p'ing-hien a dit aux gens que les missionnaires ont tué des petits enfants et utilisé leurs yeux pour fabriquer des médicaments. Ce mandarin a également affirmé que trois cents soldats européens, armés de canons, se cachaient dans la résidence de Laohugou. Cette lettre se trouve dans Missions en Chine et au Congo, n° 143, décembre 1900, p. 558-560.

    [2] Le texte cité - le deuxième paragraphe - se trouve dans Daniel Verhelst, "Nouveau développement en Chine," dans Daniël Verhelst et Hyacint Daniëls, éds. Scheut, hier et aujourd’hui 1862-1987. Histoire de la Congrégation du Cœur Immaculé de Marie C.I.C.M. Leuven : Presses Universitaires de Louvain, 1993, p. 96.

    Les informations sur son arrestation et son martyre se trouve dans la lettre du Père Louis Van Dyck. Voir ci-dessus, note 1. Le Père Van Dyck a obtenu l'information de Philippus Nai, un chrétien de Laohugou, qui l'avait entendue d'un témoin oculaire qui était employé de la cour de justice de Lan-p'ing-hien.


    Désiré Abbeloos - Jozef  Dobbe - André  Zijlmans

    Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

    Désiré Abbeloos (1871-1900)
    Jozef  Dobbe (1864-1900)
    André  Zijlmans (1873-1900)

    CICM Martyrs

    Désiré Abbeloos, Jozef Dobbe et André Zijlmans, ainsi que de nombreux chrétiens, ont été martyrisés le 22 août 1900 à Tiegedangou, en Mongolie centrale, en Chine.



    Desire Abbeloos

    Désiré Abbeloos

    J0zef Dobbe

    Jozef Dobbe

    Andre Zijlmans

    André Zijlmans

     

    André Zijlmans est né le 27 décembre 1873 à Waalwijk, aux Pays-Bas. Il est le troisième fils d’un marchand de grains, Adrianus Cornelius Zijlmans (1836-1906), et d’Adriana Maria van der Heijden (1842-1899). Peut-être, le fait qu’un parent éloigné, Joachim Zijlmans (1841-1901), était Scheutiste a attiré André à entrer dans la Congrégation. Le 8 septembre 1893, André fait sa première profession religieuse. Il est ordonné prêtre le 25 juillet 1898. Moins de deux mois plus tard, le 22 septembre, il prend le train pour se rendre à Marseille. Un bateau à vapeur le conduit à Shanghai. Via Tianjin et Pékin, il arrive à Xiwanzi le 31 octobre.

    Jozef Dobbe est né à « s Hertogenbosch, aux Pays-Bas, le 19 mai 1864. Il était séminariste au séminaire Beekvliet à Sint-Michielsgestel (au sud de “s-Hertogenbosch) quand il est entré dans la Congrégation. Il prononce ses premiers vœux le 25 mars 1889. Trois mois plus tard, le 29 juin, il est ordonné prêtre. Le 22 septembre, il part pour la Chine.

    Désiré Abbeloos est né à Opwijk, en Belgique, le 20 juillet 1871. Après avoir terminé ses humanités au Petit Séminaire de Hoogstraten, il entre dans la Congrégation. En 1891, il prononce ses premiers vœux. Le 19 juillet 1896, il est ordonné prêtre par Mg Roelens, vicaire apostolique du Haut-Congo, dans la chapelle de Scheut. Il est impatient de partir pour la Chine. Mais ses supérieurs ont un autre plan pour lui. Il est chargé d’enseigner la philosophie à ses jeunes confrères. En 1898, il reçoit la joyeuse nouvelle qu’il peut partir pour la Chine. Le 22 septembre, il prend le train pour Marseille où il embarque sur un bateau à vapeur. Il arrive à Shanghai le 30 octobre. De là, il se rend à Xiwanzi.

    En juillet 1900, les Pères Abbeloos et Zijlmans doivent quitter leur mission et cherchent refuge dans la résidence du Père Dobbe à Tiegedangou. Dans un premier temps, les Boxers n’inquiètent pas les trois missionnaires. En août, les trois confrères accueillent des missionnaires protestants — 3 hommes, 3 femmes et 7 enfants — qui ont fui leur mission et tentent de rejoindre l’Europe via la Sibérie.

    Le 22 août, 1 500 soldats, divisés en trois groupes, attaquent la mission de Tiegedangou de trois côtés. Tous les chrétiens, environ 400, les missionnaires protestants et les trois confrères se sont rassemblés dans l’église pour se préparer au martyre. Les soldats ont mis le feu à l’église et tous sont morts dans le brasier ou sont abattus, sauf une vieille veuve qui a pu s’échapper, car un soldat l’avait protégée et l’avait laissé partir.

     

    The destroyed church of Tiegedangou

    Les ruines de l’église de Tiegedangou

     

    André De Bleeker, cicm
    Archiviste général


    Remi Van Merhaeghe

    Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

    Remi Van Merhaeghe (1869-1901). Un Martyr CICM

    Chang Wen Chao Petrus

    Remi Van Merhaeghe est né le 6 février 1869 à Waregem, Belgique. Il entre au noviciat de Scheut le 7 septembre 1889. Le 8 septembre de l’année suivante, il prononce ses vœux temporaires. Le 22 juillet 1894, il est ordonné prêtre dans la chapelle de Scheut. Deux mois plus tard, le 16 septembre, il part en compagnie de trois autres confrères, pour le vicariat de Mongolie du Sud-Ouest. En passant par Lourdes, ils se rendent à Marseille où ils prennent le bateau Sidney pour Shanghai le 23 septembre. Cinq semaines plus tard, ils arrivent à Shanghai. De là, le père Remi se rend à Pékin et à Sandaohe (San-tao-ho), le lieu de la résidence épiscopale du vicariat du Sud-Ouest de la Mongolie. L'évêque est Ferdinand Hamer (1840-1900).

    Après avoir étudié la langue chinoise, Remi est envoyé dans la mission de Xiayingzi (Hsia-ing-tze) dans la province de Gansu. A partir de cette mission, il faut 30 heures de voyage pour atteindre la mission la plus proche. La mission ne compte pas beaucoup de chrétiens et la plupart des gens sont musulmans.

    En 1896, les musulmans se révoltent. Ils ne visent pas directement les chrétiens et les missionnaires. Au début du mois d'août 1900, les Boxers entrent dans la région. Grâce à l'intervention du gouverneur, qui est un ami personnel de Paul Splingaerd (1842-1906), le compagnon laïc de la première caravane CICM, les Boxers ne peuvent pas infliger beaucoup de dégâts à la mission. Dans d'autres endroits, les missions sont saccagées, les chrétiens massacrés et environ 2.000 filles et femmes chrétiennes enlevées pour être vendues principalement à des musulmans. La rébellion des Boxers est réprimée à la fin de l'année 1900.

    L'une des questions délicates est la libération des filles et des femmes qui avaient été enlevées. Combien de personnes ont été enlevées ? De nombreux hommes ont été tués et les chrétiens ont fui. Ceux qui ne sont pas revenus ont-ils été enlevés ou tués ? Un autre problème est la difficulté de localiser les personnes qui ont été enlevées. En outre, de nombreux acheteurs ne sont pas très désireux de laisser partir les femmes, même après avoir reçu un certain paiement. Et les tribunaux coopéreront ils pour régler la question ? Les missionnaires doivent-ils payer ? Il s'agit en effet d'une entreprise délicate et non dénuée de danger.

    Dans la mission de Xiayingzi, Remi ne ménage pas ses efforts pour obtenir la libération des femmes enlevées. Cependant, le 13 décembre 1901, en la fête de Sainte Lucie, son confrère Henri Bongaerts (1874-1901) et lui sont attaqués dans leur résidence. Remi est tué et Henri est gravement blessé. Il meurt dix jours plus tard.

    Il est en effet dangereux d'essayer de libérer les femmes enlevées, car les pouvoirs en place ne sont pas très désireux d'abandonner leur pouvoir. Au cours de son ministère public, notre Seigneur Jésus a connu l'opposition et en a finalement payé le prix. De nombreux disciples ont suivi son exemple et ont subi le même sort.

    En 1917, les dépouilles mortelles de deux martyrs sont transférées dans la crypte de la cathédrale de Sanshenggong. Pendant la révolution culturelle, les deux cercueils sont retirés de la crypte et cachés dans un lieu secret. En 1993, les cercueils sont remis dans la crypte. En 1994, Johannes Zhao, le jeune curé chinois de Xiayingzi, conçoit le plan de ra­mener les dépouilles mortelles dans la nouvelle église de Xiayingzi. Deux nouveaux cercueils sont préparés. La ré-inhumation a eu lieu le 1er jan­vier 1995. Après une célébration eucharistique solennelle présidée par l'évêque et concélébrée par de nombreux prêtres, les deux cercueils sont placés dans les autels latéraux de l'église paroissiale.[1]

    André De Bleeker, cicm
    Archiviste général

     

    [1] Voir Staf Beelen. Remi Van Merhaeghe, cicm : Zendeling in de Ordos en martelaar van de Boksersopstand. Leuven : De Verbieststichting, n.d., p. 193.


    Amand Heirman

    Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

    Amand Heirman (1862-1900). Un Martyr CICM

    Chang Wen Chao Petrus

    Amand Heirman est né le 24 octobre 1862 à Berlare, Belgique. Il est l'un des sept en­fants de Petrus Heirman et Maria Blanqaert. Après avoir terminé ses études au collège d'Eeklo et sa philosophie au petit-séminaire de Sint Niklaas, il entre dans la CICM en 1883. Il est ordonné prêtre le 20 juin 1886. Il pro­nonce ses premiers vœux le 5 fé­vrier 1888. Le lendemain, il est parti pour la Chine.

    Pendant une dizaine d'années, il a été actif en Mongolie centrale qui compte environ sept millions d'habitants dont cinq millions sont des Chinois Han et le reste des Mongols. Il fonde la mission de Ho-t’eou-wa (ou P’ing-ti-nobo). En 1892-93, une grave fa­mine ravage toute la région. Il est nommé Supérieur provincial de la Mongolie centrale. Au début de 1898, il part pour la Belgique pour assister au premier Cha­pitre général de la Congrégation qui s'ouvrira le 23 mai.

    Il reste en Belgique pour quelques mois de convalescence et de repos. En 1899, il retourne en Mongolie centrale. Il est af­fecté à travailler dans le district de Tai-Hai (Daihai) où Jan Mallet est également actif. En juin et juillet 1900, deux attaques des Boxers sont repoussées. Dans une lettre du 4 août 1900, il écrit que chaque jour il se prépare à la mort, surtout maintenant que les autorités civiles ont décidé d'ex­pulser tous les Européens.

    Comme je l'ai écrit dans la courte biographie de Jan Mallet, Amand Heirman et Jan Mallet ont été trompés par les mandarins. « Leurs gardiens les conduisent d’abord à Ning-yüan (Ningyuan) et plus tard à Kuei-hua-ch’eng (Guihuacheng), où le préfet les reçoit de manière amicale. Mais plus tard, quittant la ville, ils sont battus à mort par les soldats »[i] le 13 août 1900.

    Dans l'Elenchus Defunctorum de 2015, on peut lire que le lieu de leur martyre est Ning-Yüan-T’ing. Dans son article (voir note 1), Daniel Verhelst n'indique pas clairement où ils sont marty­risés. Le père Jeroom Heyndrickx écrit que le lieu de leur martyre est Ninyuanting,[ii] que, je suppose, est le même que celui qui se trouve dans l'Elenchus Defunctorum de 2015. Quel que soit le nom du lieu de leur martyre, leurs noms sont écrits dans le Livre de la vie. Ils étaient de fidèles serviteurs du règne de Dieu. Nous espérons qu’un jour ils seront ajoutés à la longue liste des saints qui ont tout abandonné pour Jésus et leurs frères et sœurs. ■

    André De Bleeker, cicm
    Archiviste général


    [i] Daniel Verhelst, « Nouveau Développent en Chine » dans Daniel Verhelst et Nestor Pycke, éds. Scheut, hier et aujourd’hui 1862-1987. Histoire de la Congrégation du Cœur Immaculé de Marie C.I.C.M. Leuven : Presses Universitaires de Louvain, 1993, p. 88. Voir aussi Kamiel Crabbe, « Onze Martelaren », in Missiën van Scheut, no. 6, juni 1950, p. 133.

    [ii] Jeroom Heyndrickx, The Spirituality of Theofiel Verbist. Leuven: Ferdinand Verbiest Institute KU Leuven, 2018, p. 13.


    © 2022 CICM | Powered by VICIS