Contact Us  |  

    Odeur, ocytocine, tawas et vie interculturelle

    Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

    Jean Gracia ETIENNEpar Silvester Asa, cicm
     

    Les chercheurs ont découvert que les bactéries se développent dans tous les coins et recoins de notre corps. Dans le règne animal, certaines bactéries s’épanouissent autour de l’orifice ou des parties intimes, ce qui explique pourquoi ces parties spécifiques du corps deviennent le centre d’attention des rites d’attachement et d’accouplement. Il est intéressant de noter qu’à l’instar de nos parents, les lémuriens, qui pouvaient se tenir sur leurs deux pieds, nous, les humains, remplissons nos aisselles de bactéries. La glande située sur nos aisselles produit certains microbes avec une odeur particulière qui, dans le cas des lémuriens, les aident à déterminer si un lémurien est issu de la même « conspiration » et s’il s’apparente à eux. Pour nous, les êtres humains, l’attirance pour une autre personne, ou l’absence d’attirance est une question de chimie. En effet, l’odeur de notre environnement personnel, qui peut être retracée jusqu’à nos aisselles, nous lie ou nous sépare.[1] C’est peut-être la raison pour laquelle une personne peut sentir le rafflesia pour vous, mais cette même personne peut être un pot d’albâtre débordant d’huile de bois de santal pour quelqu’un d’autre. Cela pourrait également expliquer pourquoi Adam est attiré par Eve, alors que Steve préfère Job. 

    Il est intéressant de noter que certaines études ont par ailleurs conclu que notre corps humain, plus précisément notre cerveau, est capable de produire de l’ocytocine, une hormone qui joue un rôle important dans notre comportement. L’ocytocine, aussi connue sous le nom d’hormone de l’amour, nous aide à nous sentir proches et connectés aux autres. En d’autres termes, l’ocytocine explique pourquoi les oiseaux de même plumage se regroupent. Cependant, il est important de se rappeler que l’ocytocine ne sert qu’à renforcer nos liens les uns avec les autres. En outre, les recherches sur le comportement des primates ont révélé que les niveaux d’ocytocine augmentent considérablement lorsqu’ils renforcent leur proximité et leurs liens. De même, les couples qui sont affectueux et se bénissent mutuellement par de tendres caresses ont tendance à développer un système immunitaire fort et à vivre plus longtemps et en meilleure santé grâce à une dose élevée d’ocytocine. [2]

    Il est curieux de constater que, même si l’ocytocine nous permet de renforcer nos liens les uns avec les autres, cette même hormone peut également accroître notre animosité envers les autres, les transformant en ennemis. L’ocytocine «incite à la confiance, à la générosité et à la coopération envers Nous, mais provoque un comportement plus désagréable envers Eux (…) »[3] La frontière entre l’amour et la haine est en effet très étroite. Alors, quel est le rapport entre ces études et la Formation initiale CICM et notre vie interculturelle en tant que missionnaires religieux CICM ? Pouvons-nous apprendre quelque chose de ces récentes découvertes scientifiques ? Permettez-moi de répondre à ces questions par une illustration basée sur des expériences réelles.

    Avec sept autres Indonésiens, j’ai passé deux semestres mémorables au Séminaire Maryshore situé dans la ville de Bacolod, Philippines, pour nos études de philosophie. Un jour, nous avons reçu des « tawas »[4] en cadeau. C’était la première fois que la plupart d’entre nous voyaient cette chose qui ressemble à du cristal et se demandaient quoi en faire. Plus tard, nous avons découvert que le tawas est largement considéré comme efficace, entre autres, pour neutraliser les odeurs corporelles aux Philippines. Cette découverte nous a fait comprendre à nous, les Indonésiens, que nos frères philippins tentaient de nous transmettre un message subtil, mais essentiel afin d’aborder la question pertinente de nos odeurs corporelles distinctes. En conséquence, certains d’entre nous ont commencé à utiliser du tawas, tandis que d’autres ont eu recours à des déodorants conventionnels ou se sont contentés de l’alcool.

    Des années plus tard, en tant que formateur, j’ai dû surmonter mon embarras pour aborder la question des odeurs corporelles. Certains membres de la communauté avaient soulevé cette question dans leur « évaluation par les pairs », ce qui nécessitait mon intervention. Contrairement à ma crainte que cela n’offense les parties concernées, mes commentaires soigneusement élaborés ont été accueillis avec enthousiasme.

    En écoutant mon partage, un confrère congolais m’a dit qu’il avait vécu une expérience similaire dans la mission en tant que formateur. Une fois, il a reçu un appel de l’école où nos étudiants étaient inscrits pour leurs études parce qu’un confrère étudiant avait « une odeur corporelle un peu forte ». L’école pensait que le confrère formateur pouvait aider à attirer l’attention de l’étudiant sur cette question. Il a discuté, malgré son inconfort et son embarras, poliment de cette question sensible avec le confrère étudiant et l’affaire a été résolue à l’amiable.

    S’il est vrai que nous avons tendance à être attirés par ceux qui partagent notre chimie, grâce à l’ocytocine, la bonne nouvelle est que notre proximité et nos interactions constantes peuvent, avec le temps, augmenter la production de notre ocytocine positive et celle du lien social. En effet, l’amour n’est pas seulement le fruit d’un coup de foudre et d’un coup d’éclat, mais il se nourrit aussi. Cela devrait être une nouvelle plus que bienvenue pour nous, missionnaires religieux CICM, qui venons de races, de nationalités et de milieux culturels différents. Et oui, chacun d’entre nous a une odeur corporelle distincte.

    Personne n’a jamais affirmé que vivre ensemble dans une communauté serait facile. Personne n’essaye de mettre en œuvre des politiques et des pratiques discriminatoires systémiques malgré nos différences fondamentales. Au contraire, notre vision et nos politiques sont claires comme de l’eau de roche. Appelés par le même Seigneur, nous suivons les pas de notre cher Fondateur, Théophile Verbist, laissant derrière nous notre environnement familier pour proclamer la Bonne Nouvelle à toute la création dans le Cor Unum et Anima Una. De plus, certaines structures mises en place, comme l’établissement de communautés internationales de formation qui nous permettent d’être proches les uns des autres, même au tout début de notre formation missionnaire religieuse CICM, peuvent réellement augmenter le niveau de notre ocytocine positive. En fait, c’est un moyen efficace d’accepter progressivement les effets secondaires de l’ocytocine. Dans des cas extrêmes, la même hormone d’amitié peut provoquer de l’animosité, qui peut conduire à la haine et à la discrimination raciale. Par conséquent, la formation de communautés de formation et d’équipes pastorales internationales et multiculturelles est nécessaire et importante pour la fécondité de la mission.

    Le défi, cependant, reste que nous devons aller au-delà de la vie internationale et multiculturelle. Réunir différentes nationalités et groupes culturels dans un même espace simplement parce que nous voulons être «multiculturels et internationaux» est insuffisant. Ce n’est que le début d’un voyage. Nous ne pouvons célébrer notre vie interculturelle que lorsque nous pouvons nous interpeller avec délicatesse, nous affirmer et nous enrichir les uns les autres, car nous avons tous été bénis avec quelque chose d’unique. 

    En fait, pour beaucoup de nos frères philippins — et je dois ajouter pour nous Indonésiens — c’était très probablement la première expérience de vie avec des « étrangers » qui sentent différemment. Je suis sûr qu’il n’a pas été facile pour ces séminaristes philippins de trouver des moyens créatifs d’aborder cette question sans nous offenser. Nos frères philippins auraient pu choisir de ne pas interagir du tout avec nous. Au lieu de cela, ils ont choisi de nous accueillir parmi eux. Heureusement, ils ont trouvé la réponse à cette question existentielle dans, entre autres, le tawas. Et il en était de même pour nous, les formateurs, qui étions empêtrés dans cette question délicate. Il serait gênant que nous devions écarter un candidat uniquement parce qu’il a une odeur particulière. Au lieu de cela, nous avons accepté nos propres appréhensions afin de résoudre cette question avec prudence et style. Bien sûr, une telle intervention créative risque d’être perçue comme une manière subtile d’imposer un certain standard de vérité aux autres. Cependant, il faut y voir un effort authentique de la part de certains membres de la communauté de partager la richesse de leur tradition avec ceux qui souhaitent entrer dans leur écurie sacrée, accueillant ainsi un étranger comme l’un des leurs. Après tout,

    Il appartient à notre dignité humaine de rechercher et de partager la vérité. La vérité est le fondement de toute communauté humaine. Les êtres humains s’épanouissent dans la recherche commune de la vérité, comme les poissons dans l’eau et les oiseaux dans l’air. Sans elle, nous périssons et la société se désintègre. Partager ce que je crois être le plus profondément vrai exprime ma croyance en la dignité de l’autre personne.[5]

    Ce qui s’est passé a simplement démontré une telle ingéniosité à partager ce qui est une vérité reconnue et éprouvée par le temps. Espérons que cet acte ingénieux et courageux, motivé par l’hospitalité et le désir sincère d’unité et d’harmonie, nous aidera de manière significative à devenir des missionnaires religieux CICM avertis sur le plan interculturel et ayant « l’odeur des brebis ».[6] 

     

    [1] DW Documentary. “Who lives on our Bodies? A Microscopic Safari.” YouTube Video, March 7, 2022. Who lives on our bodies? A microscopic safari | DW Documentary - YouTube

    [2] DW Documentary. “How does touch affect our mental and physical health.” YouTube Video, April 2, 2022. How does touch affect our mental and physical health? | DW Documentary - YouTube

    [3] Robert M. Sapolsky, Behave, the Biology of Humans at our Best and Worst (Penguin Books, 2017), 389.

    [4] Tawas est également connu sous le nom d'alun de potassium ou simplement d'alun.

    [5] Timothy Radcliffe, OP., “Does Europe Need Missionaries?” dans SEDOS Bulletin 2022, Vol.54, No. ¾, March-April, 15.

    [6] Pape François, Homélie de la messe chrismale en la basilique Saint-Pierre, le jeudi saint 28 mars 2013, en 28 mars 2013 : Messe chrismale | François (vatican.va).


    CICM et la trilogie esprit-âme-corps: un regard rétrospectif et prospectif

    Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

    Jean Gracia ETIENNEpar Jean-Gracia Etienne, cicm
    Conseiller général

     

    « Que le Dieu de la paix lui-même vous sanctifie totalement, et que votre être entier, l’esprit, l’âme et le corps, soit gardé sans reproche à l’Avènement de notre Seigneur Jésus Christ (1 Th 5, 23) ».

    Un ardent appel au début du 15e Chapitre général de 2017 de la CICM

    Lors de l’ouverture du 15e Chapitre général CICM, le Père Javier Alvarez-Ossorio, SSCC, était invité à animer la récollection qui marquait le début des travaux. Il avait centré ses méditations et exhortations sur le texte biblique cité plus haut. Dans une approche exégétique, le Père Javier avait mis un accent particulier sur la distinction et la fonction de chaque élément de la trilogie esprit-âme-corps. Ensuite, il avait essayé d’appliquer les résultats de cette analyse exégétique sur CICM.

    Il avait suggéré que l’esprit est le charisme de fondation, la formulation des idéaux de la mission, la promulgation des Constitutions et des Statuts de notre Congrégation. L’âme est le cœur de la Congrégation. C’est la capacité à exprimer Dieu, à inspirer et animer les gens, et à transformer les communautés en disciples de foi, d’espérance et de charité. Le corps est l’ensemble des membres de la Congrégation, ainsi que ses différentes œuvres.

    En se basant sur ces considérations, le Père Javier avait invité les participants au 15e Chapitre général et tous les membres de la Congrégation à se pencher, d’une manière particulière, sur l’âme (le cœur) de la Congrégation. Car, selon lui, il ne suffit pas que le corps soit sain et que l’esprit soit vivant. Il est important que les membres de la Congrégation prennent soin de l’âme de cette dernière.1 L’exhortation du Père Javier avait exercé une influence positive sur les capitulaires, sur le déroulement du Chapitre et sur l’ensemble des membres de la Congrégation à travers la publication des Actes du Chapitre. Ces Actes contenaient en effet un résumé du message du Père Javier. Qu’en est-il de ce message environ cinq années après le 15e Chapitre ?

    De la marche de la Congrégation après le 15e Chapitre général

    Durant les cinq années écoulées, sous la mouvance de l’Esprit Saint, nous avons essayé de maintenir et d’entretenir l’esprit, l’âme et le corps de notre Congrégation. Ce qui explique la continuation de sa participation active dans la mission du Christ confiée à l’Église. En effet, les rapports des réunions et des Assemblées des huit Provinces CICM et ceux des visites canoniques aux confrères sur terrain et dans des Maisons de Formation initiale par les membres du Gouvernement général (GG) ainsi que les échos positifs reçus des fidèles du Christ et des évêques là où les membres de la Congrégation sont engagés, témoignent de la vivacité de la Congrégation. Le témoignage des confrères reste toujours à améliorer. Les travaux de la Conférence générale CICM de 2019 nous donnent un aperçu plus général de la situation actuelle de notre Congrégation.

    La Conférence générale CICM: période d’évaluation des orientations du 15e Chapitre général

    Deux années après la célébration du 15e Chapitre général, le GG, selon le vœu de nos Constitutions (art.105,) a organisé une Conférence générale à Santo-Domingo, République dominicaine, du 14 au 28 octobre 2019. Les Supérieurs et les Vice-Supérieurs provinciaux ainsi que les membres du GG de notre Congrégation ont pris part à ces assises. Les travaux de cette Conférence étaient portés sur le suivi du 15e Chapitre. De plus, les participants à cette Conférence avaient  réfléchi sur la mission de la Congrégation, sur la Formation initiale, le célibat consacré, etc. Un temps a été aussi consacré à l’évaluation du fonctionnement de certaines structures internes de notre Congrégation.

    Il a été observé que les confrères ont pris au sérieux les recommandations du 15e Chapitre général dans les rapports  de toutes les Provinces CICM.  Ces rapports étaient honnêtes et sincères et ils reflétaient ce qui a été accompli, ce qui n’a pas été accompli ainsi que les divers obstacles et suggestions. En outre, ces rapports mettaient en exergue le leadership participatif au sein de notre Congrégation. Un bon processus de discernement a eu lieu dans certaines Provinces et dans le GG pour relever de nouveaux défis dans des situations frontières. C’est donc ce processus de réflexion qui a conduit au choix du Malawi comme nouvelle insertion missionnaire. Il a également été observé une prise de conscience accrue de la part des confrères d’être de bons intendants des biens matériels et des finances de l’Institut. Les audits internes et externes effectués dans toutes les Provinces ont favorisé cette prise de conscience.

    De plus, la taxe carbone est devenue une pratique courante partout dans nos Provinces, comme l’a recommandé le 15e Chapitre général. La multiculturalité était également ressentie comme un fait et une réussite dans le leadership à tous les niveaux de l’Institut et dans nos communautés de Formation initiale. Le charisme de l’Institut est pareillement visible dans notre option préférentielle pour les pauvres. Celle-ci est reflétée par l’implication des confrères dans les différents ministères, c’est le cas des ministères auprès des enfants abandonnés, des orphelins, des migrants, des personnes âgées, des toxicomanes, etc.

    Au demeurant, de nouvelles insertions dans la plupart de nos Provinces témoignent l’esprit pionnier de notre charisme devenu partie intégrante de notre vie missionnaire. Somme toute, les participants à la Conférence générale avaient renouvelé leur sentiment d’espoir pour l’avenir. Cet espoir est basé sur les rapports positifs et les projets missionnaires des différentes Provinces. Grâce aux partages durant cette Conférence générale, les participants avaient vu un regain d’espoir pour l’avenir.2

    Les participants à la Conférence générale avaient aussi identifié certaines choses qui sont moins positives et qui demandent une attention particulière. Il est décourageant, par exemple, de constater que certains confrères ne veulent pas changer d’apostolat. Ils préfèrent continuer à vivre dans leur zone de confort et ils ne sont pas disposés à servir la Congrégation lorsque l’on fait appel à eux. La crainte des Supérieurs provinciaux de prendre des décisions difficiles est également troublante, par exemple, la crainte des Supérieurs provinciaux d’appliquer le décret sur le traitement des cas graves de fraude et de mauvaise gestion financière. De plus, il est décevant de voir des confrères en voie de quitter la Congrégation ou ceux qui sont problématiques être envoyés pour faire des études spécialisées. Il est en outre surprenant de voir un nombre limité de confrères actifs sur le terrain malgré une grande présence des jeunes.

    Par ailleurs, les rapports de nos Provinces avaient fait voir aux participants qu’il y a encore du travail à faire en matière d’honnêteté et de vérité et d’engagement comme missionnaires et religieux. Nous devons d’abord prendre conscience des abus sexuels et autres abus ainsi que de leur prévention. Ensuite, il est important de soutenir les projets écologiques et d’animer les confrères à être conscients de la déclaration sur l’environnement. Enfin, nous devons mettre l’accent sur la formation des associés laïcs et animer les confrères à travers des projets missionnaires stratégiques corporatifs et leur rappeler les recommandations, les déclarations et les décrets du 15e Chapitre général.3

    La mission durant la pandémie de COVID-19

    La crise sanitaire provoquée par la COVID-19 a eu un grand impact sur la vie des gens partout dans le monde. Face à cette situation, les membres de notre Institut sont appelés à être des témoins de l’amour de Dieu au milieu de la souffrance et de la mort. Le GG, par le biais de la Commission générale pour la Mission, avait mené une enquête dans nos huit Provinces CICM. Le GG voulait ainsi demander de partager des réflexions concernant l’impact de la pandémie sur les confrères et sur la vie des personnes qui les entourent. L’objectif de cette enquête était de recueillir des propositions sur ce qui pourrait être encore fait au niveau de nos Provinces et au niveau de toute la Congrégation, en tant qu’effort collectif, à long terme.

    De la compilation des réponses reçues, nous avons retenu quelques éléments qui découlent des initiatives des CICM pour mieux faire face à cette réalité. Tout d’abord, nos Provinces CICM avaient mis en place des mesures pour assurer la sécurité et la santé des confrères et des proches collaborateurs. Les confrères ont fait de leur mieux pour suivre strictement les directives et les protocoles sanitaires émis par les gouvernements et les autorités sanitaires de leurs lieux respectifs pour assurer la sécurité de chacun. Dans le souci de participer à l’allègement des souffrances des personnes vulnérables, des confrères ont collaboré avec des organisations religieuses et des Organisations non gouvernementales pour fournir de la nourriture et des fournitures sanitaires. Des mesures ont été également prises afin que les ouvriers et les employés reçoivent la totalité ou la moitié de leur salaire pendant le confinement.

    Les efforts ont été fournis dans les écoles et les paroisses où les confrères travaillent afin de mieux étendre les efforts de secours aux communautés les plus touchées. Les jeunes confrères dans nos Maisons de formation, de leur côté, ont trouvé des moyens d’être créatifs et utiles durant cette pandémie. Dans le souci de continuer à fournir un service liturgique aux fidèles, pendant la période de confinement, des confrères, plus particulièrement ceux qui sont engagés dans la pastorale paroissiale, ont célébré des messes en ligne. Des professionnels des universités et de nos écoles ont été encouragés et soutenus afin qu’ils puissent prodiguer des conseils et un accompagnement psychologique aux personnes souffrant de traumatismes et de stress. Dans certaines de nos Provinces CICM, des confrères ont offert leurs installations comme abri temporaire pour les travailleurs de première ligne comme les médecins, les infirmières, etc. Des confrères individuels et les communautés ont affirmé qu’ils ont vécu d’intenses moments de prière et se sont réalisés davantage de la valeur de la vie communautaire. Enfin, des réunions et autres rassemblements ont été réalisés en utilisant les plateformes telles que Zoom, Skype, Google Meet, etc.

    La pandémie continue sans relâche à affecter des vies humaines. Ainsi, quelques propositions ont été émises afin d’arriver à établir des stratégies à long terme pour faire face à cette crise. Par conséquent, il a été proposé de créer un fonds « COVID-19 » et d’impartir un budget substantiel pour les secours d’urgence, si possible, pour les paroisses et autres entités CICM. Ce qui permettra de continuer à aider les personnes vulnérables qui ont besoin d’aide alimentaire et de soins de santé. La possibilité de continuer à coopérer avec les organisations religieuses, les services gouvernementaux et des Organisations non gouvernementales a été aussi envisagée. Cette coopération aiderait la plupart des personnes qui subissent le poids du ralentissement économique au lendemain de la pandémie en créant des moyens de subsistance alternatifs. Il faut continuer à adopter des mesures adéquates pour protéger les membres vulnérables de l’Institut, en particulier, ceux dans nos maisons de retraite. Et si c’est possible, il importe d’envisager la possibilité de former adéquatement des membres de l’Institut, pour aider des personnes souffrant de traumatismes psychologiques et de stress dus à la pandémie. Il est aussi vivement souhaité d’assurer une formation appropriée des jeunes confrères pour la mission dans le contexte post-COVID-19. Pour finir, il est urgent d’assurer une meilleure gestion des ressources disponibles et de renforcer la solidarité congrégationnelle. Nous souhaitons que des mesures nécessaires soient prises pour concrétiser certaines de ces propositions.

    Nous avons jusque-là essayé de présenter quelques éléments des actions posées par les membres de l’Institut, dans le cadre de la mission, afin de revitaliser l’Institut dans l’esprit de la trilogie corps-âme-esprit. Toutefois, nous ne devons pas oublier l’appel explicite à nous pencher d’une manière spéciale sur l’âme (le cœur) de la Congrégation. Pouvons-nous dire que les confrères ont répondu à cet appel et que le prochain Chapitre général n’a plus besoin de revenir sur cet élément clé de notre trilogie ?

    Trait d’union entre l’appel du 15e Chapitre général et le 16e Chapitre général CICM en préparation

    Nous ne pouvons pas être satisfaits de l’attention qui a été accordée jusque-là à l’âme de la Congrégation. Entretenir l’âme de notre Congrégation est un travail qui ne sera jamais achevé. Ainsi, pour encourager davantage les membres de l’Institut à la fidélité aux vœux de religion, à la prière intense tant individuelle et communautaire, à la contemplation, à la réconciliation, à la vie communautaire et à un nouvel élan missionnaire, le thème suivant a été retenu pour le prochain Chapitre est : « Témoigner de l’évangile dans un monde en mutation». Les trois mémos, qui ont été envoyés aux membres de l’Institut pour la méditation personnelle et communautaire, pour des réflexions et partages en petits groupes en vue de la préparation des Assemblées provinciales et régionales en vue du prochain Chapitre, sont titrés : «Spiritualité et Mission: évangéliser est notre joie » ; « La réconciliation comme don de Dieu et tâche missionnaire » ; «L’interculturalité: un témoignage ».

    Par ailleurs, les contenus de ces mémos n’étaient pas seulement utiles pour la préparation et le déroulement des Assemblées provinciales et régionales.

    Ils doivent continuer à être pour chaque membre de l’Institut un rappel constant à améliorer l’âme (le cœur) de la Congrégation. Dans cette perspective, nous

    aimerions reprendre ici ces mots adressés aux religieux et religieuses de Londres le 29 mai 1982 par saint Jean Paul II :

    La plupart des gens savent ce que vous faites ; ils vous admirent et vous apprécient pour cela. Mais votre vraie grandeur vient de ce que vous êtes. Peut-être ce que vous êtes est-il moins connu et compris. De fait, on ne peut saisir ce que vous êtes qu’à la lumière de la « vie nouvelle » révélée par le Seigneur ressuscité. Dans le Christ, vous êtes une « création nouvelle » (cf. 2 Co 5, 17)… Cette « vie nouvelle » est un don du Christ à son Église.

    Nous espérons que ces paroles pourraient bien nous guider dans nos efforts d’améliorer tous les jours la qualité de notre vie et de notre engagement pour mieux remplir notre rôle comme missionnaire religieux dans ce monde en mutation.  

    -------------

    1. Cf. CICM, Actes du 15e Chapitre général, Rome, 2017, p. 11-12

    2. Cf. CICM, General Conference Report, Santo Domingo, 2019,      p. 23

    3. Cf. Ibidem, p. 25.


    Évangéliser dans un esprit cicm

    Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

    Jean Gracia ETIENNEPar Jozef Matton, cicm 

     

    Dans cet article, je veux partager quelques expériences qui ont suscité en moi quelques

    réflexions et questionnements.

    Ces expériences trouvent leur origine dans les évènements des derniers mois, des rencontres personnelles et des visites dans certaines Provinces de notre chère Congrégation.

    La COVID-19

    Nous avons tous vécu pendant plus de deux ans sous la crise sanitaire de la pandémie de COVID-19. Cette pandémie a eu et continue d’avoir un impact significatif sur chacun de nous. Partout dans le monde, de nombreuses mesures restrictives pour freiner la propagation du virus ont été prises afin que notre vivre ensemble dans la société soit aussi sain que possible. Dans nos communautés, surtout celles ayant des confrères âgés et affaiblis, les mesures restrictives ont été également prises. Il a fallu beaucoup de créativité et de flexibilité de la part des confrères et du personnel.

    Certaines mesures ou dispositions spécifiques, qui n’étaient que temporaires dans certaines communautés, restaient définitives, comme l’emplacement des tables dans le réfectoire, la façon dont les repas sont servis à table et le fait de prendre ses repas seul dans sa chambre.

    J’ai également constaté que certains confrères souhaitaient revenir à la situation d’avant COVID-19. Ils estimaient, en effet, que la vie communautaire en souffrait et que les moments de rencontre physique devenaient encore plus limités. Mais, beaucoup d’autres confrères voulaient garder le provisoire comme le permanent. Et pour quelle raison ? Est-ce parce que le provisoire leur convenait le mieux ? Il y a en effet un équilibre à chercher entre la santé physique de chaque confrère et une vie communautaire saine. Là encore, une certaine créativité et une certaine flexibilité s’imposent.

    La COVID-19 a fait découvrir aussi l’application de visioconférence ZOOM. Nous avons tous fait l’expérience que ZOOM peut être un moyen efficace pour des communications, pour des réunions, etc. Par exemple, les sessions de SEDOS (Service of Documentation and Study on Global Mission) par ZOOM ont eu un plus grand nombre de participants de partout dans le monde. Beaucoup de ces participants n’auraient pas pu venir si ces sessions étaient organisées (seulement) en présentiel à Rome à cause du coût de voyage ou encore du problème de visa.

    Mais en même temps, nous avons aussi pris conscience des limites de Zoom. Nous avons tous senti l’importance des rencontres physiques et personnelles. Nous devons chérir nos rencontres personnelles et physiques non pas seulement en Europe, mais probablement ailleurs aussi. Nous avons tous appris comment le confinement a été une expérience pénible et dure pour beaucoup de gens. Heureusement, nous religieux, nous avons une communauté. Nous devons en prendre soin.

    La COVID-19 a eu d’importantes répercussions sur notre Congrégation. Il y a d’abord des confrères qui sont directement ou indirectement décédés de la COVID-19, même dans des pays où l’on prétendait que la COVID-19 n’existait pas.

    Ensuite, la pandémie de COVID-19, avec toutes ses restrictions, a fait que pendant plus d’une année, les membres du Gouvernement général n’ont pas pu voyager pour visiter les confrères dans plusieurs Provinces et pays où CICM est présente.

    Enfin, plusieurs jeunes confrères ont aussi fait une expérience dure. Certains, par exemple, ont dû attendre deux ans avant de pouvoir entrer dans leurs pays de mission. D’autres ne sont même pas parvenus à joindre les pays où ils étaient nommés comme missionnaires. Pour ces derniers, les nominations missionnaires ont été même changées. Cela exigeait beaucoup de patience et d’efforts d’adaptation aux nouvelles réalités. La patience et la créativité ont été nécessaires pour affronter ces nouvelles réalités. Avoir un esprit et une conviction missionnaire a beaucoup aidé dans ce processus d’adaptation. Cette expérience aidera peut-être dans l’avenir quand d’autres défis et difficultés se présenteront et nécessiteront une adaptation. Chers confrères, ne reculons pas devant les défis. Ce n’est pas missionnaire. Ce n’est pas CICM non plus.

    En plus de la pandémie de COVID-19, l’Europe fait face à une autre crise. Avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’Europe s’est rendu compte que le rêve d’une paix permanente en son sein était une utopie. Quelle horreur en Ukraine ! Des milliers de morts et de blessés des deux côtés ! Aucun appel à la paix n’a été entendu. Quel est le rôle des Églises qui se réclament de chrétiennes ? La religion devrait unir et construire et non pas séparer et détruire. Quel avenir pour l’œcuménisme ?

    Durant ce temps de guerre en Ukraine, nous assistons à des réactions contradictoires en Europe. D’un côté, l’Union européenne réagit en envoyant des armes soi-disant « pour se protéger ». De l’autre côté, elle manifeste une grande solidarité avec le peuple ukrainien. Soudain, de grosses sommes d’argent sont disponibles pour l’aide humanitaire et l’accueil des réfugiés. À la suite de cette attitude de l’Union européenne, d’aucuns se demandent pourquoi une si grande solidarité avec le peuple ukrainien et un quasi-refus d’accueillir les réfugiés syriens et ceux qui viennent d’autres pays ?

    Chacun peut collaborer à la construction

    d’un monde plus pacifique:

    à partir de son propre cœur

    et des relations au sein de la famille,

    dans la société et avec l’environnement,

    jusqu’aux relations

    entre les peuples et entre les États.

     

    Pape François, Message pour la célébration

    de la LVe journée mondiale de la paix. 1er janvier 2022

    Vivre des difficultés

    Au début de cette année, on a découvert que mon cousin avait une tumeur au cerveau. Les médecins lui ont dit clairement qu’il n’avait que six mois à un an à vivre encore, dépendant de la vitesse du développement de la tumeur et de l’efficacité de la chimiothérapie.

    Lorsque je l’ai visité, j’ai été énormément frappé par la sérénité avec laquelle lui et sa femme vivent cette réalité pénible. Je les en ai félicités tout en exprimant mon émerveillement pour la façon dont ils parviennent à vivre cette expérience douloureuse. Après s’être regardé avec sa femme, mon cousin me répondait : « Est-ce que m’énerver ou me rebeller ou bien me laisser aller changerait quelque chose ? Cela ne me ferait pas vivre plus longtemps ni encore moins me guérir. Mais nous devons tous les deux affronter ces moments pénibles. C’est le soutien et l’encouragement mutuel qui nous aident. Nous sommes mariés non seulement pour les beaux moments, mais aussi pour les moments pénibles. » 

    En rentrant, j’étais très pensif. Je pensais surtout à des situations difficiles que beaucoup de confrères vivent parfois. Je pensais aussi à mes rencontres avec des confrères qui recevaient de mauvaises nouvelles concernant leur santé. Je me suis aussi posé la question de savoir comment je réagirais moi-même dans une telle situation.

    Et nous CICM, sommes-nous vraiment frères et confrères les uns pour les autres ? Parvenons-nous à nous soutenir les uns les autres dans un esprit de

    Cor Unum et Anima Una quand nous traversons des moments difficiles ? Notre Cor Unum et Anima Una n’est pas seulement un slogan à imprimer sur des T-shirts, mais une mission à vivre.

    En vue du16e Chapitre général

    L’Assemblée provinciale de la Province CICM de LAC (Latin America and the Caribbean) à laquelle j’ai participé avait pour thème : Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur (Jn 20, 20). Le logo pour cette Assemblée reflétait très bien ce thème. Et c’est avec beaucoup de satisfaction que j’ai pu constater que beaucoup de confrères jeunes et moins jeunes, travaillant dans les différents pays de la Province, sont des missionnaires pleins de joie. Tout en étant réalistes et conscients des défis à relever dans chaque pays, il reconnaissent également qu’une conversion permanente est nécessaire pour chaque membre de la Province de LAC.

    Je voudrais terminer avec quelques mots concernant les mémos en préparation du 16e Chapitre. J’ai entendu quelques commentaires et remarques concernant les trois mémos que le Gouvernement général avait envoyés dans toutes les Provinces CICM afin de faciliter la préparation du 16e Chapitre général.

    Une des remarques était que « les mémos ont une orientation trop ad intra. C’est à peine qu’on voie quelque chose concernant notre “core business,” à savoir la mission. Quelle présence missionnaire aujourd’hui et dans le monde d’aujourd’hui ? » Certainement, ces questions ne sont pas explicitement posées dans les trois mémos. Cependant, je crois, personnellement, qu’il faut lire ces mémos avec la lumière du thème de notre 16e Chapitre général, à savoir, « témoigner de l’Évangile dans un monde en mutation. » Pour moi, le verbe « témoigner» a toute son importance. Il constitue la clé de lecture de tous les trois mémos.

    L’homme contemporain

    écoute plus volontiers

    les témoins que les maîtres

    ou, s’il écoute les maîtres,

    c’est parce qu’ils sont des témoins.

    Paul VI, Evangelii Nuntiandi, no. 41

    Nous sommes tous convaincus et nous le disons avec beaucoup de conviction que le témoignage de vie est l’élément le plus important dans notre vie et dans notre travail missionnaire. J’en suis aussi profondément convaincu.

    Certes, des questions telles que « quel travail missionnaire ? » et « à quel endroit ? » sont des questions importantes. Mais si nous n’avons pas les dispositions missionnaires nécessaires, si nous ne sommes pas vrais dans notre vie missionnaire et religieuse, si nous menons une double vie, quel témoignage pourrions-nous donner, quel que soit l’endroit où nous sommes ?

    Nous devons plutôt oser nous poser les questions suivantes : est-ce qu’évangéliser dans un esprit CICM est encore notre joie ? Sommes-nous là pour la mission ou est-ce que la mission est là pour notre propre profit ? Sommes-nous prêts à nous réconcilier, nous CICM, à plusieurs niveaux de la vie ? Quel témoignage missionnaire donnent deux confrères vivant dans une même communauté sans se parler ? Sommes-nous prêts à vivre et à nous engager dans un contexte interculturel témoignant de l’universalité du salut ? Quels sont nos critères de choix lorsque nous sommes consultés en vue des nominations au sein de notre Province ?

    Je suis convaincu que pour cela il nous faut aussi un renouveau spirituel. De belles structures et beaucoup d’argent ne suffisent pas. Il y a de très grands défis ad intra dans notre Congrégation.

    Honnêtement, il est très douloureux de voir que pour certains confrères, l’ambition personnelle, l’enrichissement personnel, le pouvoir et l’influence sont parfois plus importants que nos engagements communautaires pour la mission et pour une plus grande solidarité congrégationnelle. Nos trois vœux religieux risquent de perdre toute leur valeur et leur inspiration religieuse.

    Pendant l’Assemblée provinciale de la Province de LAC, un jeune confrère me posait, un peu à ma surprise, la question de savoir si j’avais encore l’espoir pour l’avenir de la Congrégation. Certainement ! Pourquoi en douter ? Cependant, l’avenir de la Congrégation ne dépendra pas seulement des Supérieurs à tous les niveaux de la Congrégation, mais aussi de chacun de nous. Chacun de nous a sa responsabilité malgré nos faiblesses. De belles structures et des moyens financiers ne sont que secondaires.

    Je vous souhaite tous un engagement missionnaire enthousiaste. Priez pour la réussite du prochain Chapitre général de notre Congrégation. Nous sommes tous « participants. » Cor unum et Anima una.


    Dérange-nous, Seigneur

    Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

    Jean Gracia ETIENNEPar Adorable Castillo, cicm 
    Vicaire général

     

    Cette prière de feu l’évêque Desmond Tutu qui figure dans les Actes du 15e Chapitre général a pour but d’inspirer les confrères CICM à continuer à rêver et à espérer une mission pionnière, audacieuse et créative. Nos Constitutions disent que le Chapitre général qui se tient régulièrement « vise à renouveler l’élan apostolique de l’Institut et à encourager ses membres dans la fidélité à leur vocation missionnairereligieuse» (Art. 110). Permettez-moi d’apporter mon grain de sel à cette réflexion en cours alors que nous préparons le 16e Chapitre général et que nous voulons renouveler notre engagement envers la mission universelle de l’Église.  

    Un authentique renouveau missionnaire présuppose une conversion, à la fois personnelle et communautaire. Comme dans le cas de personnages bibliques éminents, la conversion se produit de différentes manières, parfois de façon bizarre, concomitantes à des événements inattendus.

    Jonas est appelé par Yahvé à prêcher la conversion aux Ninivites, mais il refuse continuellement et prend délibérément la fuite. Naufragé et jeté à la mer, il fut finalement avalé par une baleine et dans le ventre de celle-ci il devint malgré lui un missionnaire.

    Frustré, épuisé et effrayé, Élie fut nourri par des corbeaux et une veuve. Et sur le mont Horeb, le Seigneur lui est apparu non pas dans l’ouragan, ni dans le tremblement de terre, ni dans le feu ; mais dans le murmure d’une brise légère.

    Simon, le pêcheur chevronné de Capharnaüm, a été impressionné par une pêche miraculeuse et est devenu un disciple de Jésus. Et plus tard, le chant du coq proverbial lui a rappelé non seulement son grand péché, mais aussi la grande miséricorde de Dieu.

    Saul de Tarse était un pharisien zélé, un défenseur acharné de la Torah, et un persécuteur reconnu des chrétiens. Sur le chemin de Damas, il est soudainement tombé et un éclair de lumière l’a rendu aveugle. C’est une expérience de conversion à ne pas négliger, car elle a changé le cours de l’histoire du christianisme.

    Des événements bizarres couplés à des occurrences naturelles et cosmiques telles que des éclairs, des prises miraculeuses, le chant du coq et des tempêtes turbulentes sont des occasions de perturbation, de dissonance et de rupture qui jouent un rôle crucial dans toute expérience d’une conversion. Puisse cette prière nous conduire à la conversion.

    Dérange-nous, Seigneur,

    lorsque nous sommes trop satisfaits de nous-mêmes,

    lorsque nos rêves se réalisent

    car nous avons rêvé trop peu,

    lorsque nous sommes arrivés en toute sécurité

    car nous avons navigué trop près de la rive.

    Lors d’une récente cérémonie de profession des vœux perpétuels, j’ai adressé ce message aux confrères concernés : « Cette profession perpétuelle signifie-t-elle avoir les droits et privilèges inviolables dont jouissent tous les membres profès perpétuels de la CICM ? Cela signifie-t-il un “droit” perpétuel ? Pas du tout. Elle signifie plutôt un service perpétuel au peuple de Dieu et un engagement durable dans la mission que le Seigneur nous a confiée ». Sommes-nous trop satisfaits de nous-mêmes lorsque nous avons enfin réussi à prononcer les vœux définitifs et à être ordonnés aux ordres de diacre et de presbytre ? Nos rêves se sont-ils réalisés lorsque nous jouissons enfin des droits et privilèges inviolables d’un CICM profès perpétuel et avons acquis l’honneur et la dignité d’un ministre ordonné ? Sommes-nous arrivés à bon port, « en naviguant trop près de la rive », lorsque nous préférons nous contenter de notre environnement confortable et familier ?

    Dans Evangelii Gaudium (n° 20), le pape François nous exhorte à accepter l’appel de « sortir de son propre confort et avoir le courage de rejoindre toutes les périphéries qui ont besoin de la lumière de l’Évangile.» Notre confort n’est pas seulement notre environnement familier et confortable. Elle comprend également le fait d’être prisonnier de théologies non actualisées, de méthodes missionnaires dépassées et de vieilles « habitudes du cœur. »1  Nous sommes mis au défi «de passer du mode d’entretien à un nouveau paradigme missionnaire ».2 Avec les maigres ressources dont il disposait, Théophile Verbist rêvait « grand ». Il rêvait d’une mission en Chine. Il est mort après seulement 27 mois dans l’une des missions les plus difficiles dans l’arrière-pays de la Chine, sans voir les fruits de son travail. Après 160 ans d’existence comme congrégation missionnaire, faisons un test de réalité. Le pape Jean-Paul II, dans son encyclique Redemptoris Missio (no 33), identifie 3 situations missionnaires : (1) les endroits où l’Évangile n’est pas encore connu, (2) les jeunes églises qui ont besoin de soins pastoraux, et (3) la « situation postchrétienne », notamment en Europe. Il va sans dire que plus de 80 % de notre personnel missionnaire actif se trouve dans la situation n° 2. Alors que nous effectuons un travail pastoral dans de nombreuses églises locales en Afrique, en Asie et dans les Amériques, nous sommes à peine présents dans les situations no. 1 et no. 3. Aujourd’hui, notre Congrégation est confrontée au défi clair et actuel de passer de la situation n° 2 aux situations n° 1 et n° 3.

    Dérange-nous, Seigneur,

    Lorsque, avec l’abondance de choses dont

    nous disposons,

    nous avons perdu notre soif d’eau vive;

    après être tombés amoureux de la vie,

    nous avons cessé de rêver de l’éternité,

    et dans nos efforts de construire une nouvelle terre,

    nous avons laissé baisser notre vision du nouveau Ciel.

    Selon un récent numéro du magazine Forbes, « un nombre record de milliardaires, environ un nouveau toutes les 17 heures, a été créé pendant la pandémie de COVID-19. »3  Les milliardaires naissent dans les bons et les mauvais moments. Alors que 6 millions de personnes sont déjà mortes et que de nombreux autres millions souffrent depuis l’apparition de la COVID-19, notamment dans de nombreux pays en développement, les milliardaires réussissent bien pendant la pandémie. Notre propre portefeuille de placements a enregistré des rendements records. « C’était en effet une année fantastique ». Ce résultat positif nous assurera plus ou moins la subsistance pour nous-mêmes et pour notre travail missionnaire pour les prochaines années à venir. Alors que nous nous réjouissons et félicitons nos gestionnaires des investissements pour un travail bien fait, ne devrions-nous pas penser davantage à partager généreusement nos ressources et à travailler en étroite collaboration avec ceux qui ont été gravement touchés par la pandémie actuelle ?

    L’une des grandes leçons tirées de la pandémie de COVID-19 est la « mondialisation de la solidarité ». Nous ne sommes peut-être pas « infectés, mais nous sommes tous affectés ». Nous sommes tous membres d’une même espèce appelée Homo sapiens. En tant qu’Homo sapiens, nous sommes les plus performants parmi les espèces de primates grâce à notre cerveau. Cependant, nous sommes également les plus dangereux, car, en tant qu’espèce, nous sommes capables de tuer, et pire encore, de planifier un génocide.4 De même, nous sommes capables de détruire notre propre environnement naturel. Notre intelligence s’avère être « notre faiblesse ». Elle est la source de la violence, de la manipulation et de l’autodestruction. Inversement, en tant qu’espèce, nous survivons avec plus de succès que les dinosaures, non pas grâce à notre « plus gros cerveau », mais grâce à notre plus grand « cœur ». Matthew Fox5 a un jour soutenu que la « bénédiction originelle » est « plus originelle » que le « péché originel ». Les êtres humains sont « bénis » dès le départ, car contrairement au principe de « la survie du plus apte »6, nous sommes dotés d’un « cœur plus grand » pour prendre soin des plus faibles et des plus vulnérables. C’est ce qu’enseigne la Bible (et le Coran, d’ailleurs) : aimer son prochain. Les êtres humains sont capables de se donner et de se sacrifier. C’est ce genre de moralité qui a permis à la toute jeune communauté des disciples de Jésus de survivre et de s’épanouir en tant que communauté de croyants au milieu de la domination de la Rome païenne.

    Il y a deux mille ans, le christianisme était une minuscule et insignifiante secte juive en marge de l’Empire romain. Plusieurs vagues d’épidémies avaient été enregistrées pendant l’apogée de l’Empire romain. Des milliers de personnes, voire des millions, sont mortes de maladies infectieuses inconnues. Selon le sociologue Rodney Stark7, de nombreux chrétiens étaient également morts, mais un nombre considérable d’entre eux avaient survécu à l’épidémie. Alors que beaucoup se s’étaient enfuis et étaient allés dans un havre plus sûr, les chrétiens étaient restés dans la ville. Ils avaient pris soin des malades et avaient enterré les morts, tout en faisant preuve de beaucoup de compassion et de solidarité envers les survivants. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la survie était le produit indirect des valeurs chrétiennes d’abnégation et de sacrifice de soi. Un bon nombre de chrétiens qui avaient pris soin des malades avaient acquis une certaine immunité contre la maladie et avaient finalement survécu. Avec le recul, nous pouvons conclure que les chrétiens avaient survécu non pas parce qu’ils étaient forts, en bonne santé et en forme, mais parce qu’ils avaient pris soin les uns des autres.

    Au lendemain de la pandémie de COVID-19, nous devrions être « perturbés » à la fois par le « résultat fantastique » de nos « gains » et par la « perte énorme » de vies et d’opportunités économiques de millions d’êtres humains dans le monde. Notre Institut missionnaire a commencé lorsque le Fondateur s’est lancé dans la fondation d’un « nouveau Ciel et d’une nouvelle Terre » dans la mission lointaine de Chine, malgré les contraintes financières et les maigres ressources. Rappelons-nous ce passage des Actes du 15e Chapitre général :

    Ce qui leur manquait en ressources financières, ils l’ont compensé avec leur foi et leur enthousiasme. Verbist, dans sa lettre du 20 octobre 1867, a écrit : « les forces spirituelles acquises doivent surpasser de beaucoup les forces corporelles. » L’exemple de Verbist et des premiers missionnaires en Chine nous rappelle que c’est précisément quand nous sommes faibles, petits, avec des ressources limitées, que nous témoignons tous de la puissance de Dieu quand nous réalisons la mission. 8

    Dérange-nous, Seigneur,

    Afin d’oser plus hardiment,

    de nous aventurer en mer plus large,

    là où les tempêtes nous révéleront ta majesté;

    Quand, perdant de vue la terre,

    nous trouverons les étoiles.

    Nous te demandons de repousser

    les horizons de nos espoirs,

    et de nous propulser vers l’avenir,

    avec force, courage, espérance et amour.

    Le 15e Chapitre général a déclaré explicitement que « la perte de “l’esprit de pionnier” est un obstacle majeur pour commencer quelque chose de nouveau. »9   Comme l’affirmé André De Bleeker, il n’est pas trop tard pour retrouver notre esprit de pionnier :

    Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est que les CICM entreprennent ce que peu sont prêts à faire — être des pionniers. Les pionniers abandonnent le statu quo et créent une « nouvelle normalité ». Les pionniers ont un feu au fond du cœur qui les pousse à partager la Bonne Nouvelle dans des situations exigeantes et difficiles… Notre mémoire rejoue notre passé, mais notre imagination prépare notre avenir. Nos pionniers ont dynamisé l’imagination de milliers de confrères. Puissent nos imaginations inspirer les confrères à entreprendre un travail de pionnier une fois de plus dans ce siècle. 10  

    Que les souvenirs des pionniers CICM «rejouent» notre passé. Après que le Fondateur et ses quatre compagnons se soient aventurés en Mongolie intérieure, quatre confrères conduits par Albert Gueluy sont partis pour la mission du Congo (aujourd’hui République démocratique du Congo [RDC]) en 1888. Ils ont parcouru d’énormes distances en utilisant les moyens de transport disponibles à travers des rivières périlleuses, des forêts épaisses et des terrains inhospitaliers pour prêcher l’Évangile aux populations autochtones d’Afrique centrale. Neuf confrères CICM menés par Peter Dierickx ont débarqué aux Philippines en 1907 et ont choisi de se rendre sur un vaste territoire dans la région montagneuse du nord de Luzon pour prêcher l’Évangile aux tribus non évangélisées des Cordillères. De nombre CICM néerlandais ont été les pionniers du travail missionnaire parmi les Torajas en Indonésie. Jerry Galloway a consacré toute sa vie et son expertise médicale au service des populations autochtones dans les forêts de Mai-Ndombe, en RDC. Depuis de nombreuses années, les confrères CICM travaillent en étroite collaboration avec les personnes marginalisées aux États-Unis telles que les Afro-Américains, les Amérindiens et les migrants hispaniques. Les confrères du Brésil se sont aventurés dans les territoires des autochtones dans la région amazonienne. En 1992, trois missionnaires CICM ont fondé de toutes pièces la mission catholique dans le vaste territoire de la Mongolie. Au Guatemala, des confrères se sont engagés dans l’apostolat missionnaire auprès de la population autochtone à Cobán et ailleurs. En Belgique, une communauté multiculturelle CICM fait de l’apostolat missionnaire dans une zone urbaine de Deurne, à Anvers. Le district d’Indonésie a récemment commencé un ministère pastoral parmi la population autochtone de Kalimantan. Le Gouvernement général actuel a décidé à l’unanimité de lancer une nouvelle entreprise missionnaire au Malawi. Les quatre premiers missionnaires CICM y sont arrivés au cours du dernier trimestre de 2020.

    Laissons notre imagination «préparer» notre avenir. Sommes-nous prêts à militer pour le bien des Batwas et d’autres tribus autochtones en RDC ? Sommes-nous prêts à travailler parmi les Dumagats de la Sierra Madre, les Aetas du centre de Luzon, ou les Lumads de Mindanao ? Sommes-nous assez audacieux pour accepter le défi du prélat de Marawi aux Philippines de nous impliquer à nouveau dans le dialogue islamo-chrétien ? Sommes-nous prêts à « planter notre tente » parmi les personnes sécularisées en Europe ? Sommes-nous assez audacieux pour répondre à nouveau à l’appel du Pape François d’aller aux périphéries de l’Amazonie en Amérique du Sud ? Sommes-nous capables de mettre à profit les nouvelles technologies de l’information et les médias sociaux pour l’évangélisation ? Sommes-nous présents dans les nouveaux aréopages11, les espaces culturels du monde post-chrétien et post-sécularisé qui ont besoin d’être imprégnés par l’Évangile ?

    Peut-être, la perturbation, la rupture et la dissonance qui se manifestent dans notre existence quotidienne peuvent-elles nous conduire à la conversion. Que l’Esprit du Seigneur nous guide dans nos efforts pour devenir des témoins fidèles de l’Évangile dans un monde en mutation.   

    ____________

    1 L’expression “habitudes du cœur”, en anglais “habits of the heart”, vulgarisée par Robert Bellah, est empruntée à la Democracy in America d’Alexis de Tocqueville. Elle désigne simplement la somme des idées, opinions et notions qui façonnent nos habitudes mentales.

     2 Actes du 15e Chapitre général, p. 15.

     3 “La 35e liste annuelle des plus riches du monde établie par le magazine a atteint le chiffre sans précédent de 2 755 milliardaires, soit 660 de plus qu’il y a un an, dont la valeur totale s’élève à 13 100 milliards de dollars US, contre 8 000 milliards de dollars US dans la liste de 2020. 63 autres femmes sont devenues milliardaires, ce qui porte le total à 328. En tant que groupe, les femmes de la liste ont une valeur de 1,5 trillion de dollars US, soit une augmentation de près de 60 % par rapport à l’année dernière.” (www.dw.com › en › forbes-a-new-billionaire-every-17hours.)

     4 Voir Jared Diamond, The Rise and Fall of the Third Chimpanzee (Sta. Fe, NM: Radius, 1991).

     5 Voir Matthew Fox, The Original Blessing: A Primer in Creation Spirituality (Santa Fe, NM: Bear, 1983).

     6 Cette expression a été inventée par Herbert Spencer en 1864, après avoir lu l’ouvrage de Charles Darwin intitulé « On the Origin of Species».

     7 Voir Rodney Stark, The Rise of Christianity: How the Obscure, Marginal Jesus Movement Became the Dominant Religious Force in the Western World in a Few Centuries (San Francisco, CA: Harper, 1997).

     8 Actes du 15e Chapitre général, p. 33.

     9 Ibid., p. 13.

    10 “Pioneering Spirit in CICM: Brief History and Future Perspective,” unpublished paper delivered on November 6, 2018, dans the meeting of the General Committee on Mission, p. 7.

    11 Voir Redemptoris Missio, no. 37.