Contact Us  |  

    Nouvelles

    Noviciat CICM Buisson Ardent (1972-2022) : 50 ans de fidélité et de persévérance

    Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

    In the frontlinePar Prosper-B. Mbumba, cicm

     

    L’année 2022 marque le cinquantenaire du noviciat cicm de Mbudi. En effet, après la première expérience à Katoka dans le Kasaï central de 1954-1964, le noviciat CICM en Afrique réouvre ses portes à Mbudi, une banlieue de Kinshasa, en 1972. Notre regretté confrère, le cardinal Frédéric Etsou, alors, Vice-Provincial de la Province CICM de Kinshasa et Aîné des Africains, avait joué un rôle important dans l’ouverture du noviciat de Mbudi. Les candidats y recevraient une formation missionnaire et religieuse authentiquement africaine, à en croire Mgr Léonard Kasanda, évêque émérite du diocèse de Luiza et premier maître des novices dans ce noviciat sous l’appellation de Buisson Ardent. Fondé à l’origine pour des candidats africains, aujourd’hui, ce noviciat est l’un des deux seuls noviciats de notre Congrégation dans le monde. Le deuxième noviciat est anglophone et se trouve à Taytay aux Philippines.

    Sous le thème « Cinquante ans de fidélité et de persévérance pour une flamme toujours allumée », ce jubilé d’or a culminé dans la célébration eucharistique du 8 septembre 2022, fête de la Nativité de la Bienheureuse Vierge Marie présidée par Mgr Léonard Kasanda. L’homélie était prononcée par notre Supérieur général, le Père Charles Phukuta. Plusieurs autres CICM étaient au rendez-vous pour rehausser ce jubilé d’or. Nous citons, entre autres, tous les anciens maîtres des novices du Noviciat Buisson Ardent, Mgr Godefroy Mukeng’a Kalond, Archevêque émérite de Kananga (RD Congo) et premier prêtre CICM africain ; Mgr Louis NKinga, Évêque émérite de Lisala (RD Congo) et Mgr Ernest Archevêque, Archevêque de Mbandaka-Bikoro (RD Congo).

    Dans son homélie, le Père Charles avait invité l’assemblée et les 10 novices qui allaient émettre les vœux de religion au cours de la même célébration à faire confiance en Dieu qui les a appelés et de se rendre disponibles pour écouter Dieu à l’exemple de Joseph et de Marie :

    « L’Évangile d’aujourd’hui, avec la longue liste généalogique, mène à Marie et Joseph, et au fils de Dieu fait Homme. Mais c’est Joseph, le modeste Joseph, qui est mis en exergue. Ayant appris que Marie était enceinte avant même qu’ils aient vécu ensemble, Joseph prend la décision de divorcer d’avec elle : pourtant il sera doux et agira avec prudence envers elle, planifiant de se séparer d’avec elle en secret. Et voilà que, avant que Joseph ne passe à l’acte, Dieu va intervenir dans un rêve, et va casser la décision de Joseph. Un ange lui dit de ne pas avoir peur, et de prendre Marie chez lui. C’est un conseil difficile à suivre. Pourtant, la profondeur de la foi de Joseph, sa maîtrise et son courage vont prendre le dessus. Obéissant au message de l’ange, il va faire ce qu’il était bon de faire… Comme Marie et Joseph, soyons à l’écoute de Dieu et du prochain. L’écoute suppose la disponibilité : aérons notre vie, débarrassons-nous de toute sorte d’encombrements pour rendre notre cœur disponible. »

    Dans son allocution à l’occasion de ce jubilé, le Supérieur général CICM avait souligné l’importance du nom donné à ce noviciat, à savoir, Buisson Ardent :

    « Le nom « Buisson Ardent » s’inspire de l’Exode 3, lorsque Dieu, par l’intermédiaire d’un buisson ardent, a appelé Moïse et l’a envoyé libérer son peuple, les Israélites, de l’esclavage en Égypte. À travers ce buisson ardent, Dieu a proclamé son nom à Moïse, YHWH. Le buisson ardent est de ce fait un symbole puissant. Il représente l’énergie miraculeuse de Dieu, la lumière sacrée, l’illumination et le cœur brûlant de pureté et d’amour. Il représente également la révérence et la crainte de Moïse devant la présence divine… Comme pour Moïse, ce lieu est devenu une terre sacrée pour des centaines d’entre nous, où nous avons découvert et approfondi notre vocation CICM pour le monde. »

    Durant ce demi-siècle d’existence, le Noviciat Buisson Ardent a accueilli et formé 669 novices dont certains ont rejoint la vie laïque. Des missionnaires formés en ce lieu, on compte aujourd’hui cinq Évêques : Mgr Philibert Tembo, Évêque de Budjala (RD Congo) ; Mgr Ernest Ngombe ; Mgr Oscar Nkolo, Évêque de Mweka (RD Congo) ; Mgr Félicien Ntambue, Évêque de Kabinda (RD Congo) et Mgr Faustin Ambassa, Archevêque de Garoua (Cameroun). En outre, le noviciat de Mbudi compte parmi ses ressortissants deux supérieurs généraux : les Pères Edouard Tsimba (2005-2011) et Charles Phukuta (2017 –).

    Pour finir, le Supérieur général, au nom de tous les CICM, avait émis les vœux de voir ce Noviciat ainsi que celui de Taytay continuer à remplir leur vocation noble de former des missionnaires religieux capables de répondre aux défis du monde et de l’Église en mutation :

    « Que Dieu lui-même, auteur de tout bien, nous aide à maintenir ce buisson ardent afin qu’il brûle pour de nombreuses années encore. Par l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie, Mère de Notre Seigneur, et Patronne de notre Congrégation, puissent ce noviciat Buisson Ardent de Mbudi et le Noviciat Théophile Verbist de Taytay aux Philippines, croître en efficacité et dans l’accomplissement de leur haute vocation et de leur noble mission de former les futurs missionnaires religieux CICM. »  

    50 ans


    CICM-Mongolie : 30 ans de présence (1992-2022), Appelés à être témoins

    Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

    In the frontlinePar Simon Mputu, cicm

     

    L’année 2022 marque le 30e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et le gouvernement de la Mongolie. Mais bien plus important encore, pour les fidèles mongols, elle marque le 30e anniversaire de la présence de l’Église catholique dans ce pays. Oui, il y a 30 ans, trois missionnaires courageux se sont lancés dans une aventure pour partager le message du salut au peuple mongol. Nous avons la chance d’avoir encore deux de ces vaillants confrères avec nous : le Père Robert Goessens au Japon et le Père Gilbert Sales aux Philippines. Mgr Wenceslao Padilla (Wens), notre cher évêque, nous a déjà précédés auprès du Père.

    Ce temps de célébration est sans aucun doute l’occasion de remercier Dieu pour les innombrables bénédictions accordées au peuple mongol au cours de ces 30 dernières années. Nous avons en effet la chance de faire partie de cet incroyable cheminement dans les Steppes, sur les pas de notre cher Fondateur, le Père Théophile Verbist, en tant que serviteurs dans cette vigne du Seigneur.

    En effet, l’histoire des relations entre CICM et les Mongols n’a pas commencé après la Révolution démocratique ! Au début de notre Institut Missionnaire, CICM et le peuple mongol avaient déjà noué des liens. Les Mongols ont été parmi les premières personnes que CICM a servies dans le monde. Peu après son arrivée en Mongolie intérieure, en Chine, notre Fondateur avait insisté pour que certains CICM apprennent la langue mongole pour faire leur apostolat parmi les Mongols. Le Fondateur était déjà conscient que travailler parmi les Mongols ne serait pas facile. Il savait déjà que les Mongols n’étaient pas aussi ouverts et accueillants au message de l’Évangile que les Chinois. Cependant, cela n’a pas éteint en lui et ses compagnons le désir et la détermination d’apporter l’Évangile aux Mongols, car ils avaient foi en Dieu, le Maître de la mission. De là, nous pouvons comprendre que Verbist et les premiers confrères ne s’intéressaient pas à savoir s’ils seraient accueillis avec des fleurs ou si leur message trouverait un terrain favorable ou non. C’était plutôt leur amour pour la mission qui comptait. Dans une de ses lettres aux novices, il déclarait : « Pour celui qui aime, rien n’est difficile. » Cet amour les a conduits à embrasser la mission auprès des Mongols, malgré l’indifférence apparente et les conditions climatiques difficiles. On raconte que lorsque la CICM a été chassée de Chine (Mongolie intérieure), il y avait environ 2000 catholiques parmi les Mongols. Aujourd’hui, alors que l’Église célèbre 30 ans de cheminement avec le peuple mongol, il y a approximativement 1300 catholiques ici en Mongolie « extérieure ». Cela a donc un air du déjà vu.

    Les temps ont changé, mais la mission est restée la même et la mentalité mongole ne semble avoir que très peu changé. Bien sûr, aujourd’hui, nous nous vantons des prouesses de la technologie moderne, qui nous permet d’être en contact avec nos proches. Bien que le climat soit resté le même, nous nous réjouissons d’avoir de meilleurs vêtements pour lutter contre le froid. Nous avons des humidificateurs et des purificateurs d’air pour garantir un air plus sain dans nos salons et nos églises. Mais nous sommes toujours confrontés à la même indifférence à l’égard de l’Évangile que Verbist et ses compagnons avaient affronté il y a plus d’un siècle. Nous sommes toujours confrontés aux mêmes difficultés que celles rencontrées par Mgr Wens, les Pères Robert et Gilbert il y a 30 ans. La seule différence serait peut-être qu’ils étaient motivés par ces défis et ces problèmes alors que nous en sommes effrayés ! Les flux et reflux qu’ils ont rencontrés les ont poussés à faire encore plus confiance à Dieu, alors que nous avons tendance à nous appuyer davantage sur nos capacités pour faire fonctionner les choses. Parfois, nous aimons nous présenter comme des réparateurs. Mais ensuite, lorsque nous nous rendons compte que nous ne pouvons rien réparer, nous nous décourageons et finissons par construire des « petits royaumes » autour de nous avec des personnes qui dansent sur le même pied que nous. Ou bien nous commençons à nous accuser les uns les autres pour nous assurer que quelqu’un porte le blâme.

    En effet, beaucoup d’entre nous, pas seulement les CICM, mais les membres d’autres congrégations travaillant en Mongolie, expriment leur frustration face à la lenteur de la croissance de l’Église en Mongolie. Je me souviens comment le prêtre coréen Fidei Donum, actuellement recteur de la cathédrale Saints Pierre et Paul, a exprimé cette frustration pendant la messe lors de notre récollection de l’Avent l’année dernière : « Nous allons célébrer le 30e anniversaire de l’Église en Mongolie. Mais nos églises sont vides. Alors, qu’allons-nous célébrer ? », se lamentait-il. Il fait partie des vétérans ici. Si un vétéran est frustré de la sorte, que dire d’un nouveau venu !

    Si nous examinons les chiffres, nous ne trouverons peut-être aucune raison de nous réjouir. De plus, le rythme auquel les autres églises chrétiennes, principalement les protestants, se développent peut nous gêner, ne serait-ce que pour dire aux autres que nous sommes ici depuis 30 ans. Une fois, je discutais avec un fidèle mormon mongol, et j’ai été surpris d’apprendre qu’ils ont plus de 20 missionnaires mongols dans d’autres pays, en plus des 62 autres qui travaillent sur place. En décembre 2021, leur église comptait plus de 11 000 membres. Mais l’Église mormone est arrivée en Mongolie un an après l’arrivée de l’Église catholique.

    Cependant, célébrer un anniversaire comme celui-ci ne concerne pas tellement nos réalisations tangibles. Il s’agit plutôt de célébrer ce que Dieu a fait pour nous et à travers nous. Nous célébrons le fait que, malgré nos faiblesses et parfois nos infidélités, Il nous est resté fidèle et continue à cheminer avec nous. C’est peut-être aussi le moment de nous asseoir et de comprendre que Dieu ne nous a pas envoyés ici parce que les Mongols sont faciles à convaincre. Il ne nous a pas envoyés à la conquête. Nous sommes ici parce qu’Il veut que nous soyons ici. Il désire que nous cheminions ensemble avec nos sœurs et frères mongols, que nous soyons des témoins et non des conquérants ! Une telle attitude nous soutiendra dans les épreuves et nous gardera fidèles à Celui qui nous appelle à cette belle mission dans les Steppes. Nous devrions donc nous préoccuper davantage du type de témoignage que nous rendons plutôt que du nombre de participants à l’église.  



    CICM-US: 75 ans de Service (1946-2021), Hier et Aujourd’hui

    Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

    In the frontlinePar Bill Wyndaele, cicm

     

    J’ai fait partie de la vie de cette Province durant 62 de ses 75 ans. J’ai maintenant 86 ans. Je ne suis plus bon avec les noms ou les dates. Au cours de ces années, beaucoup de choses se sont passées. Il y en a eu beaucoup trop pour les mentionner, mais en voici quelques-uns qui méritent d’être soulignés.

    La promotion du développement était la raison première de l’établissement de la mission aux États-Unis en 1946. C’est la raison pour laquelle Ernest Dieltiens a été envoyé de Chine aux États-Unis. Nous ne pouvons que nous émerveiller de la générosité des catholiques américains après 75 ans de travail de développement et de sensibilisation pour la mission. De nombreux bienfaiteurs sont devenus des donateurs fidèles pour nos missions et de véritables amis de CICM. Au début des années 1960, nous avions six confrères chargés de parcourir le pays pour lancer des missions d’appel (Mission appeals). Pendant des semaines, ils étaient sur la route. Depuis, de nombreux confrères d’autres Provinces sont venus aider aux missions d’appel pendant l’été. Pendant de nombreuses années, le magazine Missionhurst a été distribué à des milliers de lecteurs. Ces dernières années, le bureau de développement a privilégié la création d’un site Internet (https://www.missionhurstcicm.org) plutôt que le magazine et les missions d’appel par la poste afin de sensibiliser les bienfaiteurs potentiels et de promouvoir la mission. Nous sommes très fiers de ce que nous avons fait au cours des années au nom des autres Provinces CICM et nous nous engageons à poursuivre ce travail comme un engagement prioritaire de notre Province.

    Le travail pastoral a également été accepté pour rendre les évêques américains plus ouverts à notre travail de sensibilisation à la mission. Lorsque le Gouvernement général avait décidé de commencer une mission aux États-Unis en 1946, le nombre de membres envoyés avait augmenté rapidement. Il était décidé de se concentrer sur la pastorale des Noirs. Quarante-cinq confrères ont été affectés à la mission des États-Unis au cours des trois premières années. Il n’était pas facile de trouver des diocèses disposés à fournir des paroisses pour Noirs à tous ces confrères. Ainsi, beaucoup ont été envoyés au Texas et dans plusieurs paroisses rurales de Virginie et de Louisiane. Le 17 juillet 1949, le Gouvernement général fit de la mission des États-Unis la Province des États-Unis.

    Quand je suis arrivé en 1960, la Province des États-Unis était devenue une grande Province avec 86 confrères, dont la majorité était belge et quelques-uns hollandais. Ils étaient dispersés dans tout le pays. Il y avait des groupes de confrères dans le nord (Detroit, Philadelphie et Virginie du Nord) qui étaient séparés de ceux du sud (Texas et Louisiane).

    Nous avions encore plusieurs confrères travaillant comme pasteurs associés dans des paroisses pour Noirs à Philadelphie et à Detroit au début des années 1960. Cependant, plusieurs d’entre eux ont été appelés à devenir enseignants dans un collège (voir ci-dessous). Our Lady of Sorrows, une communauté mixte de Noirs et de personnes d’origine belge, ne comptait plus qu’un seul confrère en1980. Ce confrère avait pris sa retraite en 1994. Cela a marqué la fin de notre présence et de notre ministère auprès des Noirs à Détroit. À Philadelphie, nous avions John Van de Paer, qui avait été le pasteur associé de George Vermeiren dans une paroisse à prédominance noire, Saint-Charles Borromeo, depuis 1952 et en était devenu le curé en 1981. Il y a travaillé avec succès jusqu’à sa retraite en 1995. Cette date marqua la fin de la pastorale des Noirs dans notre Province. De plus en plus de confrères étaient affectés à la pastorale des Hispaniques. L’Assemblée provinciale de 1980 a choisi de donner priorité à la pastorale des Hispaniques tout en mettant l’accent sur les pauvres. Depuis lors, cette option a été renouvelée à chaque Assemblée provinciale. Jusqu’en 1960, quelques jeunes confrères étaient envoyés d’Europe chaque année, mais dans les années 1960, il y a eu une baisse significative des vocations missionnaires en Belgique. Ainsi, très peu de nouveaux membres ont été affectés à la Province américaine après leurs études. À la fin des années 1980, on craignait de plus en plus que nous ne devenions une Province vieillissante et stagnante. Mais les choses allaient changer. Aujourd’hui, nous sommes 33.

    La formation et l’américanisation

    Très tôt dans l’histoire de notre Province, il a été décidé de recruter des Américains pour notre Congrégation. En 1958, le premier noviciat a été établi. La Province a décidé d’accepter la dotation d’une école secondaire pour garçons (Archbishop Wood High School) dans l’archidiocèse de Philadelphie. Et, elle s’est engagée à fournir jusqu’à 20 confrères pour l’administration et le personnel enseignant. L’école avait ouvert ses portes en 1964. L’espoir était que cette école devienne une source régulière de vocations CICM. Cependant, les années 1960 ont été une période difficile pour les vocations. En réalité, seuls trois ressortissants de cette école ont rejoint la CICM sur une période de quatre ans. En 1970, il était clair qu’il n’était pas approprié pour une Congrégation missionnaire d’investir autant de ses membres dans une école secondaire qui produisait si peu de vocations CICM. C’est ainsi que l’école a été rendue à l’archidiocèse en 1974. Entre 1958 et 1988, nous avons eu 20 noviciats et un total de 160 novices. En 1981, il a été décidé de ramener le noviciat après la philosophie et de commencer plutôt un programme de prénoviciat. Dans les années 1970, il y avait beaucoup de jeunes hommes dans le programme de prénoviciat, mais seulement quelques-uns avaient rejoint le noviciat. La fin des années 1960 et le début des années 1970 ont été des périodes difficiles pour la plupart des programmes de formation aux États-Unis. Même si nous ne pouvons pas qualifier nos programmes de recrutement et de formation de réussite en termes numériques, nos confrères américains (US et Canada) se sont révélés merveilleux dans leurs missions et leur service à la Congrégation. Trois ont été Supérieurs provinciaux de États-Unis, un a été Conseiller général, et un autre a été Conseiller général puis Supérieur général. Nous sommes fiers d’eux et reconnaissants pour leur service.

    Le dernier noviciat a eu lieu à San Antonio de 1985 à 1986, avec un seul novice. Il a été décidé qu’aucun effort supplémentaire ne serait fait pour recruter aux États-Unis. Cependant, un fort désir de reprendre le recrutement s’est manifesté au cours de deux dernières Assemblées provinciales. Nous avons actuellement un prénovice qui suit des cours de philosophie à San Antonio, Texas. Nous prions et espérons plus de vocations à l’avenir.

    Le besoin d’américaniser la Province des États-Unis s’est fait sentir à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Plusieurs confrères américains ont été rappelés de leurs missions à l’étranger pour travailler à l’animation vocationnelle, à la Formation initiale et aux projets de développement (Promotion). De là, ils accédaient progressivement à des postes de direction. Joe Giordano a été le premier confrère d’origine américaine à être nommé Supérieur provincial de 1988 à1994. Bill Quigley a occupé la fonction de Supérieur provincial de 1999 à 2006. Mike Hann, un Canadien d’origine, a été le premier recteur non belge de la Maison provinciale (2003-2012), et Joe Giordano lui a succédé (2012 - 2020).

    L’internationalisation de la Province

    Trois confrères congolais ont été nommés dans notre Province entre 1982 et 1983, mais deux d’entre eux ont été rappelés après quelques années seulement pour des services dans leur Province d’origine. En 1989, 64 des 69 membres de la Province étaient encore d’origine belge ou néerlandaise, vieillissants et donc moins disponibles pour de nouvelles responsabilités. Lorsque le Gouvernement général avait demandé au Gouvernement provincial comment nous voyions l’avenir de la Province de US, notre réponse a été la suivante : « Nous croyons en l’avenir de notre Province de US. Mais… face au processus de vieillissement des membres de notre Province… nous prévoyons le besoin d’avoir 25 jeunes confrères, de préférence de cultures différentes, nommés à notre Province dans les dix prochaines années… »

    Le Gouvernement général a répondu en disant que la Province des États-Unis était précieuse pour le reste de la Congrégation. Dès lors, il y eut un afflux constant de jeunes confrères de la République démocratique du Congo, d’Indonésie et des Philippines. La Province a été rapidement revitalisée et véritablement internationalisée. Plusieurs de ces nouveaux venus ont étudié la théologie à San Antonio, au Texas. Les plus récents ont participé à un programme de stage de trois ans. On leur donne le temps nécessaire pour apprendre l’anglais et l’espagnol et pour commencer le ministère sous une supervision adéquate. Parmi les 33 membres, on compte actuellement 11 Congolais, neuf Philippins, six Américains (cinq US, un Canadien), trois Indonésiens, un Zambien et trois Belges en retraite. Le sentiment général est que nous sommes une Province relativement jeune et internationale.

    Une Participation plus active de tous les membres au Gouvernement de la Province et à La Formation permanente

    Notre Province a commencé à impliquer plus de confrères dans le processus de prise de décision sous l’influence de « Il faut que le feu brûle » (Actes du Chapitre général de 1974). En 1980, une Assemblée provinciale était tenue à Missionhurst. Vingt délégués, sur un total de 83 membres, s’étaient joints au Gouvernement provincial avec droit de vote. Cette Assemblée provinciale avait décidé de prendre au sérieux notre Formation permanente. Un responsable de la Formation permanente a été nommé avec la tâche de publier et de proposer des modèles de programmes sabbatiques. Entre 1981 et 1984, de nombreux confrères ont participé à un programme de renouvellement ou de période sabbatique. En dehors de cela, tous les deux ans, nous avons organisé des journées de Formation permanente auxquelles tous les membres ont participé. L’Église des États-Unis dispose d’un certain nombre de merveilleux programmes de renouvellement spirituel, de guérison et de formation au leadership. Entre 1976 et 1990, nous avons facilité la participation de 69 membres d’autres Provinces CICM à un programme sabbatique aux États-Unis. Nous continuerons à le faire.

    Les Assemblées provinciales se tiennent désormais tous les quatre ans. Chaque fois, nous fixons des objectifs basés sur notre charisme CICM pour les quatre années à venir. Ces Assemblées, ainsi que nos retraites annuelles où tous les membres se réunissent, ont insufflé un nouvel esprit à notre groupe. Nous avons l’occasion d’apprendre à nous connaître, nous prions ensemble, nous prenons des décisions ensemble et nous comprenons maintenant que nous sommes tous responsables de notre Province. Partager ses pensées et ses sentiments était inhabituel avant 1980, car on avait peur de la réaction des autres. Mais, avec le temps, nous avons pris l’habitude de partager nos pensées, nos prières et nos souhaits les plus profonds. À cet égard, l’aide d’animateurs qualifiés pour les Assemblées s’est avérée très bénéfique.

    Je pourrais en dire beaucoup plus, mais mon dernier mot est un mot de gratitude. Nous avons eu des moments plus sombres dans l’histoire de notre Province, mais nous devons nous rappeler de compter nos bénédictions. Le Seigneur nous a bénis. Nous sommes reconnaissants pour les nombreuses bénédictions qui nous sont parvenues. Nous sommes reconnaissants pour l’excellence de leadership favorisé par les Chapitres généraux de notre Institut et les Supérieurs provinciaux. Nous sommes reconnaissants pour tous les hommes qui ont fait partie de notre Province et pour l’espoir que les jeunes membres de la Province nous ont apporté. Selon les mots de Dag Hammarskjold : « Pour tout ce qui a été, Merci. Pour tout ce qui est à venir, Oui ! »  




    Missionnaire aujourd’hui, c’est dépassé ?

    Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

    In the frontlinePar Jan Reynebeau, cicm

     

    Interview du Père Jan Reynebeau, Supérieur provincial de BNL qui encourage fortement les trois «jeunes» Scheutistes, venus de l’étranger et installés à Anvers depuis 3 ans et prépare actuellement l’insertion d’une nouvelle communauté de trois autres trentenaires Scheutistes venus de Haïti, Indonésie et République Centre Afrique dans Scheut en Famille, 2e trimestre 2020

     

    Pour convertir?

    Quand nos anciens partaient en Mission dans le temps, c’était pour faire connaître Jésus, construire l’Église et travailler au développement, puisque dans la mentalité de l’époque ils pensaient être supérieurs aux autres par leur savoir-faire, leur culture,…

    Aujourd’hui le monde devenu un grand village, non seulement parce qu’on se déplace facilement, mais surtout parce que les informations, les idées, les valeurs et les coutumes se partagent de plus en plus, ce qui nous oblige à changer et changer ensemble. C’est pour cela qu’il est bénéfique pour tous que certaines valeurs soient véhiculées à travers des petites communautés qui, à la fois, les diffusent, mais aussi qui les assimilent. Ces petites communautés dans le monde sont comme une bouffée d’oxygène : composées de personnes de cultures différentes, elles aèrent les lieux où elles sont implantées tout en évoluant elles-mêmes.

    Et Dieu dans tout ça?

    C’est évidemment l’Évangile qui ouvre ces missionnaires à d’autres cultures, et ils y croisent d’autres manières de rencontrer Dieu, en s’enrichissant de pratiques religieuses différentes. Ils espèrent enrichir également leurs amis par leurs propres pratiques. Ils le feront aussi en suivant l’exemple de Jésus lorsqu’il rencontrait des personnes de son temps. Plus d’une fois, quand il était au Sénégal, Gabi Hénaut s’était entendu dire par des amis musulmans : Gabi Djouf, tu es comme nous, pourquoi ne deviens-tu pas musulman ? Le partage des valeurs et des pratiques religieuses fait partie intégrante de la Mission. Certains aujourd’hui osent affirmer que : Dieu est trop grand pour être enfermé dans une seule religion !

    Ces nouveaux, ils vont boucher les trous?

    Pour remplacer les curés manquants en Belgique ? Absolument pas ! Sauver ou restaurer l’Église : NON. Leur objectif est de collaborer à construire un monde meilleur, le Royaume de Dieu. Ils le feront par le fait de vivre ensemble alors qu’ils sont de cultures et d’origines fort différentes : être témoins dans une Belgique de plus en plus multiculturelle, de ce qu’un « vivre ensemble » est une grande richesse.

    Ils le feront aussi par une attention particulière aux plus abandonnés, celles et ceux qui ne comptent pas ou peu dans notre société : les démunis, les sans- voix, les réfugiés,… Et enfin en prenant des initiatives diverses qui permettront aux personnes de se mettre ensemble, créer la communion, évacuer la peur de l’autre… C’est une possibilité pour eux de rencontrer bien des personnes qui sont, soit éloignées de l’Église, soit totalement indifférentes. Partager avec elles les valeurs communes tout en gardant et/ou enrichissant sa foi personnelle est une vraie tâche missionnaire.

    Ils ne seront pas curés?

    Dans les circonstances actuelles, ils seront intégrés dans une structure existante : une unité pastorale à Malines, ville multiculturelle. Mais comme ils sont trois, la tâche sera probablement moins lourde à porter, ce qui leur permettra de dépasser les frontières de la pastorale habituelle, et de sortir de l’Église, car c’est là que se trouve une bonne partie des personnes qu’ils doivent atteindre.

    On se souvient comment un autre Scheutiste — Paul Hanson — s’était affilié à un groupe colombophile quand il a compris que c’était le hobby de nombreux habitants de sa commune. De plus, ce sera également l’occasion pour la communauté paroissiale de sortir d’elle-même et de rencontrer également d’autres religions.

     

    foto2-30-03-22.jpgLes trois « jeunes » Scheutistes, venus de l’étranger et installés à Anvers depuis 3 ans.
    Ghislain Toussé (Cameroun), Thomas Hendrikus (Indonésie), Fabio Teixeira (Brésil) [de gauche à droite]

     


    Page 1 sur 2